L’accompagnement en BTS des élèves issus de BacPro : Travaux 2013-2014

Ce projet s’inscrit dans la suite d’une recherche menée au CREN de septembre 2009 à octobre 2013 par Vincent Troger et Pierre-Yves Bernard avec l’appui de Laura Delavaud et James Masy. Elle a porté sur la réforme du bac pro en trois ans et a donné lieu à la publication de trois rapports de recherche, deux articles et une note du CREN.

Cette recherche a notamment montré que la réforme du bac pro en trois ans a des conséquences très significatives non seulement pour les Lycées Professionnels et leur public mais aussi pour l’ensemble des filières technologiques et professionnelles secondaires et supérieures. En effet, avant la réforme, le bac pro ne pouvait s’obtenir qu’en quatre ans après le collège, et à condition d’avoir obtenu le BEP après deux ans de LP. C’est pourquoi à peine plus de la moitié des élèves entrés en première année de LP étaient admis à poursuivre jusqu’au Bac Pro. Désormais, en raison de la réforme qui a effacé la barrière du BEP et raccourci la préparation du bac pro à trois ans, comme pour les autres bacs, tous les élèves de seconde professionnelle poursuivent jusqu’au baccalauréat. Cette recherche a montré qu’en conséquence 60% de ces élèves entrent au LP avec le projet de poursuivre leur formation après le bac, et qu’ils le font effectivement, pour l’essentiel en BTS, en formation initiale ou en alternance. C’est ainsi l’ensemble de la filière qui est affectée : le LP et le bac pro deviennent le vivier principal des classes de BTS tandis que les classes de technologie industrielle de lycée, transformées en STI2D, débouchent de plus en plus exclusivement vers les IUT et les écoles d’ingénieurs. Mais il a aussi été montré que dans les classes de BTS où ils sont admis, les bacheliers pro rencontrent souvent d’importantes difficultés qui tiennent à la fois à leur niveau scolaire initial et à leurs habitudes de travail. Néanmoins, il a été constaté que leur succès au bac les motive fortement et les conduit à s’approprier tous les dispositifs qui leur permettent de résoudre ou contourner ces difficultés. Pour aider les bacheliers pros en difficulté en BTS, Alain Ramade et Martine Hirschi, professeurs au lycée Aristide Briand de Saint Nazaire et associés au réseau Léa, ont mis en œuvre un dispositif de soutien dans deux classes du BTS « conception et réalisation en chaudronnerie industrielle », qui accueillent 70% de bacheliers professionnels. Ce dispositif est construit autour de plusieurs axes de travail : un test diagnostique ; un livret de compétences ; une fiche de maîtrise du plan de formation, un horaire hebdomadaire de TD libre, un tutorat avec un pôle sciences et un pôle lettres ; la plate-forme Moodle pour l’individualisation du parcours. Ce travail donne de bons résultats puisque cette année le taux de réussite au BTS de cette classe a été de 100%.

L’objet de la présente recherche est de comprendre comment les bacheliers pro concernés s’approprient le dispositif qui leur est proposé, en quoi ce dispositif répond à leurs attentes ou les incitent à mieux formuler ces attentes, et dans quelle mesure une telle démarche participe à transformer leur rapport au savoir et leur représentation de l’avenir. Il s’agit d’identifier les processus qui sont à l’œuvre aussi bien dans le domaine cognitif que dans le champ plus globalement psychologique et social et qui permettent à ces jeunes, la plupart du temps marqués par une expérience scolaire initiale difficile et parfois stigmatisante, de se réinscrire dans une démarche d’études et de formation après le baccalauréat. Ce travail peut notamment aider à réfléchir aux moyens d’améliorer la réussite des bacheliers pros en BTS à un moment où cette question devient un enjeu majeur de ces filières.

La recherche reposera dans un premier temps sur un questionnaire complet que nous administrerons dans les deux classes de BTS à la totalité des élèves. Ce questionnaire portera à la fois sur l’expérience scolaire antérieure des élèves, sur leur expérience actuelle et la perception qu’ils ont du dispositif de soutien qui leur est proposé, et sur les représentations qu’ils se font de leur avenir. Le dépouillement de ces questionnaires devrait nous permettre d’identifier des profils types d’élèves à qui nous demanderons de nous accorder des entretiens que nous conduirons selon la méthode semi-directive. C’est à partir de l’étude des transcriptions de ces entretiens que nous pourrons tenter de répondre aux questions posées au départ de cette recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.