Dernière rencontre des enseignants du LéA Debeyre : réfléchir à l’insertion de la prospective dans les nouveaux programmes de lycée, penser les horizons de la prospective

Le 13 juin dernier, les membres du LéA Debeyre se sont réunis au lycée Beaupré de Haubourdin pour leur ultime rencontre de l’année scolaire.

Le matin, le groupe a recensé les expérimentations conduites en classe cette année, en mettant systématiquement en évidence les démarches pédagogiques engagées. Ensuite, un long travail de relecture réflexive et de réécriture collective a permis de finaliser un article à paraître dans une prochaine édition des Cahiers pédagogiques, dressant le bilan de cinq années de travaux. Y sont précisés les enjeux de la prospective, le fonctionnement de la « Fabrique » et les apports de la géographie prospective pour les élèves et les enseignants. 

L’après-midi, Aurélien Gack, professeur d’Histoire-Géographie au lycée Pasteur de Hénin-Beaumont, a proposé une analyse des attendus et des thématiques des nouveaux programmes de lycée général et technologique à l’aune de la prospective. Il a mis en évidence la manière dont la démarche prospective pourrait permettre d’aborder une géographie systémique, en travaillant sur la notion de transition ou en jouant sur l’approches multiscalaire et transcalaire des espaces.  

Aurélien Gack articule les notions de prospective et de systémique.

Aurélien Gack articule les notions de prospective et de systémique.

Sandrine Béraud, professeure d’Histoire-Géographie au lycée Darchciourt de Hénin-Beaumont, a présenté un exercice de cartographie sur Dubaï mettant en jeu le transfert langagier entre le texte et le croquis. Une réflexion commune sur une montée en compétence de la maîtrise du langage cartographique et sur la manière dont la prospective peut y contribuer a été engagée.      

Sandrine Béraud expose un travail de transposition des langages (du texte au croquis géographique).

Enfin, Sophie Nilson, professeure d’Histoire-Géographie au collège Fernande Benoît d’Hazebrouck, est intervenue en établissant un rapport entre temporalité de la projection prospective des élèves et évaluation. Elle a dégagé trois horizons de temps avec lesquels travailler en classe :

– une prospective de court terme (5 à 15 ans, voire moins) qui permet de travailler sur l’aménagement des territoires, notamment dans le cadre des espaces proches. Cette temporalité offre l’occasion de travailler la notion d’acteur, de développer une géographie citoyenne, de vérifier quelques hypothèses émises par les élèves sur un laps de temps court. Elle semble pertinente dans le traitement de certains thèmes des nouveaux programmes de lycée. 

– un prospective de moyen terme, à l’échelle des grands enjeux globaux sur une ou deux générations (démographie, climat et environnement, ressources). Cette projection permet de faire réfléchir les élèves à l’impact de leurs actions futures. Elle permet d’évaluer les savoirs géographiques, à savoir les contenus enseignés et réinvestis par les élèves dans les scénarios imaginés.

– une projection de très long terme, sur plusieurs centaines d’années. Afin d’éviter une production où l’imaginaire de l’élève prendrait à ce point le pas sur les apprentissages qu’aucun savoir ni aucune compétence ne pourraient être évalués, il semble judicieux de donner des scénarios déjà prêts, utopiques ou dystopiques, intégrant et accentuant des tendances fortes ou les signaux faibles du présent. Les élèves décrivent un chemin possible qui a conduit à ce résultat. Ils engagent une sorte de géographie rétrospective qui nécessite la maîtrise de savoirs géographiques solides pour justifier leurs hypothèses ainsi qu’une conscience du caractère systémique de l’espace géographique.

Pour chaque temporalité choisie, une nomenclature des types d’évaluation devra être posée.  

Sophie Nilson présente les trois horizons de la prospective et les manières d’en déduire des raisonnement en classe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.