Troisième jour du séminaire LéAL à Beyrouth – Visite d’établissements et bilan prospectif entre partenaires

La matinée a débuté pour Rim Hammoud, Renée Zeinoun et moi, par une rencontre de l’équipe du collège officiel Sed El Bauchrieh des filles autour d’un délicieux déjeuné. Cet établissement public de Beyrouth accueille environ 240 élèves filles de la maternelle au collège, le matin (7h-14h), et plus de 800 élèves réfugiés l’après-midi (14h-18h). J’ai pu voir le registre où les présences de chaque élève sont consignées chaque jour, et celui où chaque membre de l’équipe éducative note son heure d’arrivée et de sortie. Madame Bassima, directrice dynamique, a lancé son équipe dans un projet de LéAL, et les enseignantes s’y engagent, apportant avec elles toutes l’expertise qu’elles possèdent. Cette école est en effet rompue aux projets : journal de l’établissement, accueil d’auteurs, … un roman jeunesse a même été écrit sur l’école par Didier Dufresne. Les élèves le lisent aujourd’hui avec fierté ! Au sein des murs colorés peints par les élèves libanais et réfugiés, j’ai croisé beaucoup de sourires offerts par les enfants comme les adultes, en accord avec la devise peinte sur le fronton : former une génération créative et responsable.

Après un court-long trajet avec Rim dans les embouteillages de Beyrouth, j’ai découvert l’école privée orthodoxe Des trois docteurs. Dans un bâtiment très ancien et très beau, rénové et vivant, autour d’un patio, une dizaine de classe accueillent environ 190 enfants. L’équipe, ouverte et souriante,  relève depuis 14 ans le défi de l’inclusion d’élèves en difficultés : (autisme, déficiences intellectuelle, dys…), en travaillant de façon collective entre enseignants, coordonnateurs de niveaux et de disciplines et orthopédagogues. Pour chacun des trente-sept enfants en difficultés aujourd’hui accueillis, un diagnostic permet de définir un projet, et c’est toute la communauté de l’école qui s’adapte et qui apprend. On discute ensemble de l’évolution de l’école, de l’importance du travail collectif et des approches de recherche qualitatives et quantitatives qui souvent se croisent pour étudier les situations complexes d’enseignement.

Et puis nous rentrons à l’Institut Français du Liban pour une réunion bilan avec Michèle Prieur, Suzanne Abdul-Reda Abourjeili et Renée Zeinoun : il nous semble à toutes que les travaux du séminaire marquent le lancement du réseau LéAL vers le développement de beaux projets, et que la collaboration LéALDFIE-LyonLéA est bien partie. La prochaine étape sera la 9ème rencontre internationale des LéA à Lyon les 21 et 22 mai 2019, où nous espérons bien retrouver des collègues libanais. Les potentialités de partenariat avec l’Institut Français du Liban sont d’ailleurs assez fortes, suite à notre rencontre avec leur représentants Rachida Dumas et Damien Guyard, que nous remercions vivement pour leur accueil du séminaire et la prise en charge de nos missions.

Voir aussi l’article sur le séminaire sur le blog du DFIE Lyon

Voir le dossier Veille et Analyse :  Apprendre [dans] l’école inclusive

Voir les billets sur les jour 1 et jour 2 du séminaire LéAL


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/05/2019

    […] les articles jour 1, jour 2 et  jour 3 du séminaire sur le blog des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.