Deuxième jour du séminaire LéAL à Beyrouth – des ateliers pour préparer les travaux à venir

Le deuxième jour du séminaire LéAL à l’Institut français du Liban a permis d’approfondir les travaux préparatoires aux différents projets des LéA durant quatre ateliers. Un premier atelier a permis d’appréhender les concepts d’institution (Chevallard, 2003), d’objet frontière (Star et Grisener, 1989) et de brokering (Munerol et al, 2013) à partir de l’analyse d’un extrait de verbatim d’une réunion d’un projet français regroupant des enseignants de différentes écoles et des chercheurs. Les trois concepts proposés permettent de penser les interactions dans les groupes et de suivre l’avancée des travaux de construction collective de savoir sur l’objet frontière, chacun permettant à l’autre de considérer les composantes de l’objet qu’il distingue depuis son point de vue. Un travail de groupe a amené à chacun à mobiliser les concepts pour réfléchir à ses propres pratiques, et aboutir à la conclusion d’une des participantes : « Grâce au brokering on caractérise la frontière de l’objet et cela permet de réaliser le travail entre les institutions. » (voir la présentation de l’atelier).

Deux ateliers ont ensuite permis d’initier la réflexion sur la thématique du Climat scolaire avec Suzanne Abdul Reda, Renée Zeinoun, Rita Zgheib et sur celle de l’interdisciplinarité avec Rim Hammoud. Après avoir recueilli les représentations de chacun sur ce concept, Rim l’a ainsi différencié de celui de multidisciplinarité, et de celui de pluridisciplinarité, puis les participants ont travaillé par groupe pour produire une problématique pouvant initier un projet interdisciplinaire, envisager une production finale, et préciser les dimensions de cette interdisciplinarité : « Une plante peut-elle pousser sur la lune ? Comment diminuer la facture d’électricité ? Comment diminuer le volume de bouteilles d’eau en plastique jetées au niveau de l’école ? »

En début d’après-midi, l’espace collaboratif LéAL et le tout nouveau blog des LéAL sur la plateforme hypothèse ont été présentés par Nawal Yatim, étudiante à l’UL, qui a conçu cet espace et en est responsable. Une nouvelle adresse à noter dans vos carnets pour prendre des nouvelles des LéAL !

Le dernier atelier du séminaire a proposé aux participants de construire en équipe LéAL leur protocole de travail, en envisageant leurs objectifs, la composition de l’équipe, le planning des travaux, les productions, et la répartition des responsabilités. A l’échelle du réseau des LéAL il s’est agi ensuite d’initier la réflexion concernant les éléments à faire figurer dans la convention de partenariat entre les établissements et l’université et de mieux définir les rôles particuliers des correspondants LéAL et des chercheurs. Ces objectifs ont été explorés par un World café avec un groupe d’enseignants, un groupe de responsables administratifs et un groupe de chercheurs, dont les résultats très riches nourriront sans doute la structuration du réseau des LéAL (voir la présentation de l’atelier)

Enfin, la conclusion a permis à Suzanne Abdul Reda de souligner que ce séminaire représente un temps fort de lancement effectif du collectif des LéAL, grâce au professionnalisme et à l’investissement de tous les acteurs. Rim Hammoud a insisté sur l’apport du séminaire pour faire connaissance, partager les motivations de chacun, se questionner sur les conditions de l’engagement de tous dans le réseau LéAL, et pour s’engager dans la mise en place des projets, au sein de chaque établissement. Réjane Monod-Ansaldi et Michèle Prieur ont remercié vivement pour le délicieux accueil qui leur a été réservé. Elles ont été impressionnées par l’implication de chacun, la réflexivité et la profondeur des travaux menés, sans doute permise par un grand respect des contributions de chacun et par la confiance qui en a découlé. Elles attendent avec impatience la venue d’acteurs du réseau des LéAL aux prochaines rencontres du réseau des LéA, et de revenir pour partager l’avancée des travaux qui seront réalisés au Liban.

Voir aussi l’article sur le séminaire sur le blog du DFIE Lyon

Voir les billets sur les jour 1 et jour 3 du séminaire LéAL

Chevallard, Y. (2003). Approche anthropologique du rapport au savoir et didactique des mathématiques. In S. Maury & M. Caillot (dir.), Rapport au savoir et didactiques, Paris : Faber, p. 81-104.

Munerol L., Cambon L. & Alla, F. (2013). Le courtage en connaissances, définition et mise en œuvre ? Une revue de la littérature, Santé Publique, 5 (25), 587-597.

Star, S.L. & Grisener, J.R. (1989). Institutional Ecology, `Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39. Social Studies of Science, 19(3), 387-420.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.