Evaluer la géographie prospective au collège et au lycée : le LéA Debeyre en pleine réflexion.

Mardi 5 février 2019, le LéA Debeyre s’est retrouvé au lycée Beaupré de Haubourdin pour sa deuxième rencontre annuelle.

Durant la matinée, le groupe a travaillé sur l’évaluation des travaux de géographie prospective au regard des compétences du socle et des attendus des programmes disciplinaires du collège et du lycée général et technologique. Au sein de deux groupes de travail (un groupe pour le collège, un groupe pour le lycée), les collègues ont confronté leurs expériences en étudiant des productions d’élèves évaluées, des listes de critères et des grilles d’évaluation. En croisant les regards, plusieurs pistes de réflexion communes ont été dégagées :

-La géographie prospective permet d’évaluer les concepts, les notions, les savoirs et les savoir-faire propres à la géographie scolaire et à la démarche géographique. L’usage d’un vocabulaire en contexte, l’emploi d’outils de description (par exemple, l’emboîtement et l’articulation des échelles, le rapport localisation / situation) ou l’énonciation orale et écrite d’un raisonnement géographique reviennent souvent dans les critères d’évaluation conçus au collège et au lycée. La géographie prospective sert à évaluer la manière dont un élève du secondaire fait de la géographie.

-La géographie prospective permet de mettre en valeur les compétences que l’élève maîtrise, notamment lorsqu’il s’engage dans une démarche de projet dont il devient l‘acteur principal. De fait, sa capacité à faire émerger de nouveaux apports de connaissance, de nouvelles méthodes ou de nouvelles stratégies de raisonnement, au risque du bouleversement des scénarios pédagogiques balisés par le professeur, doit être évaluée. L’évaluation d’un travail de prospective prend souvent en compte ce que l’élève sait faire. Il évite de faire la somme de ce qu’il ne sait pas faire.

-La vision prospective de l’élève ne peut être évaluée en tant que telle. Parce qu’elle s’inscrit dans une intersubjectivité globale où tous les scénarios conçus se valent, elle ne peut être mesurée à celle du professeur ou des pairs. Il faut donc privilégier le raisonnement qui permet à l’élève d’élaborer son scénario prospectif. Comment utilise-t-il le diagnostic territorial qu’il a établi en début de démarche ? Comment emploie-t-il les connaissances disciplinaires ou les savoirs transférés pour nourrir son raisonnement ? Comment (notamment à la fin du cycle 3 ou au lycée) prend-il en compte les contraintes imposées par le professeur ou la présence de certains signaux faibles ? La géographie prospective permet d’évaluer les compétences de raisonnement.

-Enfin, une vision prospective peut servir de support à une évaluation diagnostique des représentations initiales d’un élève, liées à un espace, un lieu, une dynamique ou un processus géographique.

Dans l’après-midi, le groupe a assisté à une présentation de Peggy Bernadat, professeure de lettres et formatrice, sur l’évaluation subjective. Une aide précieuse à la réflexion générale, au regard du malaise que le professeur d’Histoire-Géographie éprouve parfois lorsqu’il doit évaluer la qualité esthétique d’une maquette ou d’un dessin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.