Premier jour de séminaire LéAL à Beyrouth – bel accueil et travail productif !

Le réseau des LéAL lieux d’éducation associés au Liban a organisé son premier séminaire les 5, 6 et 7 février 2019 à Beyrouth. Dans le cadre d’un partenariat entre l’Université Libanaise, l’Institut Français au Liban et l’IFE-ENS de Lyon, deux personnes du comité de pilotage des LéA, Michèle Prieur, ingénieure au département Formation, Innovation et Expérimentation (DFIE) du Rectorat de Lyon et Réjane Monod-Ansaldi, chargée d’étude à l’IFE sont venues contribuer à ce séminaire. Un article sur cette visite est aussi disponible sur le site du DFIE.

 

Ce premier jour a permis à Rim Hammoud et Suzanne Abourjeili de lancer ce projet de LéAL, qui regroupe 6 établissements scolaires, publics et privés de Beyrouth et Tripoli pour travailler avec des chercheurs de l’Université libanaise autour de deux thématiques principales : le climat scolaire et l’interdisciplinarité. Il s’agit de soutenir les acteurs scolaires pour remédier à des problèmes de terrain en assurant un appui par la recherche, de mieux comprendre et promouvoir les pratiques professionnelles au sein des LéAL et de valoriser les savoirs d’expérience et la recherche scientifique dans les milieux universitaire et scolaire (formation initiale et continue). Un questionnaire diagnostic sur chacune des thématiques a déjà été passé, ou est en cours de passation dans les écoles concernées. Les travaux se lancent pour deux ans, en collaboration avec les acteurs du terrain, et pourront être prolongé d’un an. Le réseau des LéAL se construit en lien avec le réseau des LéA, dont les principes et le fonctionnement ont été présentés en introduction (voir la présentation).

Les acteurs présents ont ensuite décrit leurs établissements. Le réseau comprend 6 LéAL diversifiés dans leur statut (écoles publiques/privées), leur taille, leur mixité… :  l’école publique Chafik Soueid reçoit environ 200 élèves garçons du secondaire. Le collège officiel Sed el Bauchrieh des filles dispense ses cours le matin à 250 élèves, et assure une séquence méridienne pour les enfants réfugiés. L’Ecole des trois docteurs, est une école orthodoxe historique de Beyrouth, aujourd’hui engagée dans une démarche qualité avec l’institut français au Liban. École des sœurs de la Charité Besançon Baabdath, est mixte et représente 700 élèves.  L’école Azm reçoit 1400 élèves dans la région de Tripoli. Elle développe également des activités de guidance parentale, de conseil et de soutien scolaire.  Enfin le lycée publique Dhour Shweir est aussi impliqué dans le réseau des LéAL.

A suivi un exposé sur les recherches actions collaboratives proposé par Réjane Monod-Ansaldi : Mener des recherches en éducation en partenariat entre acteurs éducatifs et chercheurs . Pourquoi et comment ? Il s’agissait d’insister sur l’importance scientifique et épistémologique de travailler en alliance avec les praticiens pour comprendre et transformer l’éducation et de prendre quelques repères dans les différentes méthodologies décrites dans la littérature. L’importance de travailler en réseau entre les projets et en synergie entre les réseaux a aussi été soulignée (voir la présentation).

 

La matinée s’est terminée par la première phase d’un atelier sur la conduite de projet AGILE, dans la salle des expositions de l’Institut Français au Liban. Les participants ont pu faire connaissances dans des groupes mélangés en s’engageant collectivement dans un jeu de rôle pour la construction d’une ville de papier. Après plusieurs cycles de préparation-conception-révision animés par Michèle Prieur, quatre belles maquettes de Ville ont été présentées dans une exposition.

 

 

Après un repas dans la douceur ensoleillée de Beyrouth, l’atelier s’est poursuivi par un retour réflexif individuel, par groupe puis collectif sur le vécu de ce jeu de rôle, pour identifier les tempsforts, les difficultés et les obstacles à la conduite de projet. La carte d’expérience (pdf de la carte ?) construite collectivement sur la vitre de la salle a matérialisé ces éléments, permettant à Michèle de présenter les bases de l’approche AGILE et à l’ensemble des participants d’envisager ensuite, dans un troisième temps, les difficultés existantes ou qui pourraient survenir dans leurs propres projets pour travailler collectivement sur des pistes pour les surmonter.

Une belle convergence sur la question de l’engagement des individus dans les projets s’est dégagée au sein des quatre groupes. Elle a permis de travailler dans un World café différentes dimensions  de cet engagement : comment motiver les acteurs scolaires à s’engager au début du projet ? Comment leur permettre de s’investir dans la durée à l’échelle de l’établissement ? Comment cette motivation peut-elle toucher les différents acteurs pour qu’ils s’impliquent dans la réalisation des tâches ? Comment favoriser la qualité de cette implication ? Les posters produits en fin d’atelier témoignent du travail approfondi et réflexif mené au sein de chaque groupe et rassemblent des pistes d’actions qui nourriront sans doute les travaux des LéAL (voir la présentation de l’atelier  voir la présentation de l’atelier).

Voir aussi l’article sur le séminaire sur le blog du DFIE Lyon

Voir les billets sur les jour 2 et jour 3 du séminaire LéAL

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/05/2019

    […] les articles jour 1, jour 2 et  jour 3 du séminaire sur le blog des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.