Une belle journée au séminaire final du projet PREMaTT !

Ce mercredi 9 janvier 2019, j’ai passé la journée au séminaire du projet Penser les Ressources de l’Enseignement des Mathématiques dans un Temps de Transitions (PREMaTT) , projet financé dans le cadre de l’Institut Carnot de l’éducation Auvergne Rhône Alpes (ICE-AuRA), et qui mobilise le LéA réseau d’écoles et collèges Ampère.

Pour moi, qui suis impliquée à la fois dans le réseau des LéA et l’ICE-AuRA, c’était vraiment une journée passionnante. Les présentations du matin ont permis de montrer la richesse des productions du projet, autant en termes de situations robustes pour l’enseignement de l’algèbre et de l’algorithmique, qu’en termes d’outils pour la co-conception et la co-analyse dans une approche créative agile. La réflexion sur la forme des ressources à produire pour partager les situations produites, et les conditions d’essaimage des outils de collaboration en formation et dans la classe ont également été discutées. L’après-midi a été consacré à la présentation de méthodologies  d’analyse réflexive de l’activité et des trajectoires documentaires et professionnelles des enseignants du projet. Les résultats de ces travaux montrent un développement professionnel important des acteurs et identifient des moments critiques, et des contradictions qui sont moteurs pour ce développement. Un atelier organisé en world café a permis ensuite de travailler les forces, faiblesses, manques et opportunités du projet et d’apprendre ensemble beaucoup sur ce qui avait été fait, ce qui aurait pu être fait et ce qui pourrait être fait dans le cadre d’un nouveau projet. Le lendemain verra d’ailleurs des travaux prospectifs pour élaborer la suite…

J’ai remarqué le fort potentiel de collaboration au sein du projet entre personnes de différents statuts (enseignants du primaire et secondaire, formateurs, étudiants, ingénieur pédagogique, chercheurs de plusieurs disciplines et nationalités), comprenant des individus  hybrides, à cheval entre différents statuts et différentes fonctions.  Cette association a permis de porter un regard hybride  sur les objets étudiés, par le tissage d’objectifs partagés et de visées individuelles ou catégorielles, d’activités partagées et/ou segmentées, qui s’articulent, se passent le relais, et incrémentent la conception et l’analyse. Le projet se caractérise également par l’articulation de travaux de recherche collaboratifs  « avec » les enseignants et de travaux « sur » leurs pratiques, où les chercheurs se placent plus en observateurs qu’en concepteurs de ressources. Le tissage entre les fils des trajectoires des différents acteurs produit alors une sorte de tissu, damassé, velours ou jacquard, qui se déploie à différentes échelles, dont on peut ressentir la souplesse, les couleurs, les mailles… et dont les méthodologies d’analyse restent à inventer.

Une force du projet me parait être dans la mobilisation d’outils pour concevoir ensemble, et pour analyser et le retour réflexif sur ces outils. Cela me fait souhaiter que ces outils puissent être partagés au sein des réseaux ICE-AuRA et des LéA. Un autre atout concerne le fort potentiel de développement de tous les acteurs au sein du projet, à partir de situations et d’expériences co-vécues, de concepts et de vocabulaire plus ou moins partagés, d’un travail réflexif au sein du projet, avec des aller-retours dynamiques entre le développement des individus et celui des collectifs.

Ainsi, le projet lui-même m’est apparu en développement, en lien avec et à l’articulation d’autres projets menés précédemment ou simultanément. Identifier les points de friction, et les « trous dans le tissus du collectif », semble alors crucial pour les transformer en moteur de développement  en inventant des outils pour les traiter : mieux comprendre l’engagement de chacun en termes de contributions et de bénéfices ? Explorer les trajectoires des chercheurs ? Voir les « trous dans le tissus du collectif » comme un motif dans la dentelle, une possibilité de regarder derrière l’écran, un canevas où tisser les trajectoires du prochain projet ?

Enfin, l’observation de ce projet si fructueux qui contribue autant au réseau des LéA qu’à celui de l’ICE, et sa comparaison avec d’autres, pourraient aussi permettre de mieux discerner les apports de chacun des deux dispositifs. Cette analyse m’apparait aujourd’hui comme est un défi pour l’IFE, qui est au cœur de ces deux réseaux, et dont la restructuration devrait reposer sur cette expertise et cette visée de collaboration entre chercheurs et acteurs de l’éducation.

voir la page du projet PREMaTT.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.