Appel à communication : colloque LCF-Icare

Interventions éducatives et sociales en contextes pluriels : quels défis?

Université de La Réunion, Equipe LCF-Icare, ESPE, 28-29-30 avril 2014.

Initié par Louis Not puis repris et développé par Yves Lenoir, le concept d’intervention éducative est défini dans ses grandes lignes comme toute activité qui vise la transformation de l’autre. Il distingue, sur le plan du processus d’enseignement-apprentissage, la pratique enseignante (qui renvoie à une sphère élargie du champ scolaire) et la pratique d’enseignement caractérisée par un ensemble d’activités gestuelles et de discours opératoires en situation (singuliers, génériques et complexes). Tout en étant relativement rugueux, signifiant et à forte charge symbolique, ce concept présente l’avantage d’être englobant. Y recourir contribue à la modélisation d’une pratique par nature complexe qui peut renvoyer à la notion de geste professionnel.

L’intervention est « méta », elle comporte un ensemble de médiations engendrées par des contextes pluriels : contexte géographique, local, culturel et social… Parler d’intervention en contextes pluriels interroge les variations, leur nature, leurs manifestations, leurs effets, tant du côté des cultures en présence que des pratiques sociales, langagières, cultuelles… Les interrogations soulevées répondent alors à une demande sociale transversale qui touche la plupart des systèmes éducatifs et ce, bien au-delà des cas particuliers des régions ultramarines. Le processus de contextualisation, notamment en tant que décontextualisation et recontextualisation, intéresse particulièrement notre Institut Coopératif Austral de Recherche en Éducation qui s’adosse à l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education de l’université de La Réunion.

En questionnant les variations et les stabilités des interventions éducatives et sociales dans différents contextes, les contributions de chercheurs issus de différents horizons apporteront de nouveaux éclairages sur la pluralité des voies par lesquelles le concept d’intervention envisage cette contextualisation en termes d’adaptation conceptuelle, d’actualisation des données empiriques, d’interactions sur le terrain. Elles pourront également ouvrir à d’autres dynamiques, notamment celles de la rencontre, du choc et d’autres encore, suivant les paradigmes de référence. A travers une recherche de problématiques convergentes et une attention portée aux questionnements spécifiques, seront interrogées les dimensions didactiques (rapport au savoir et aux savoirs), psychopédagogiques (rapport au sujet), organisationnelles (gestion d’un établissement, de la classe) et les dimensions institutionnelles et sociales (rapport aux contextes).

L’épaisseur d’un tel projet justifie pleinement le croisement de discours portés par des chercheurs internationaux qui nourriront les débats scientifiques à partir de questionnements épistémologiques, éthiques, méthodologiques et praxéologiques :

  • Quelles interventions dans et hors l’école ?
  • Quelle pertinence de l’intervention elle-même ?
  • Quelle légitimité de l’intervenant, enseignant, chercheur, expert ?
  • Quelles relations entre les concepts de médiation et d’intervention éducative ?
  • Quelles tensions ou télescopages et quelles relations en termes de modalités  langagières, de socialisations, de constructions identitaires, de pratiques culturelles et cultuelles, de moyens économiques ?

Le colloque international vise à mettre en débat l’intervention en tant que processus, pour en cerner davantage les contours, la questionner du point de vue de la recherche en sciences de l’éducation et de la formation. Cette manifestation scientifique sera placée sous le signe du dialogue entre chercheurs dont les centres d’intérêt relèvent de problématiques liées aux interventions éducatives et sociales.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs, aux doctorants, aux étudiants qui travaillent sur des questions d’éducation et qui pourront y trouver un endroit d’échange et de croisement de leurs interrogations scientifiques. En outre, un espace de dialogue chercheurs-praticiens (formateurs, enseignants …) prolongera les temps de conférences et de communications pour permettre des témoignages des acteurs impliqués.

A travers une approche systémique de l’intervention éducative et sociale, la complexité sera questionnée à différents niveaux :

  • Axe 1 (niveau macrocontextuel) : approche territoriale de l’intervention (économique, idéologique, politique, social…)
  • Axe 2 (niveau mésocontextuel) : dans et hors l’école, l’intervention des acteurs de la communauté éducative (enseignant, chercheur en éducation, artistes, partenaires associatifs, familles…)
  • Axe 3 (niveau microcontextuel) : en classe, l’intervention et ses relations avec les médiations, notamment à travers les situations d’enseignement-apprentissage.

Dans cette perspective, vous êtes invités à soumettre des propositions de communications au regard de l’un des trois axes du colloque à l’adresse : colloque . icare @ univ-reunion.fr avant le 15 novembre 2013.

En savoir plus (PDF).

 


Ghita Benotmane

Stagiaire architecte de l’information pour les LéA à l’IFE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *