Séminaire de rentrée du Réseau des LéA. Retours sur les ateliers avec les référents

Dans le cadre du Séminaire de rentrée du Réseau des LéA, a été proposé un atelier réunissant les correspondants LéA, les correspondants IFé et les référents. Cet atelier a été à la fois l’occasion de prendre en main (nouveaux LéA) et de mettre à sa main (anciens LéA) le prescrit des Chartespour en discuter les contenus, les comparer et les confronter au réel. Par ailleurs, il s’est agi de re-mettre en débat les missions du trio correspondants-référent et l’articulation entre ces missions au sein d’un LéA. L’atelier n’avait pas été conçu dans une logique de normalisation mais davantage imaginé comme un espace ouvert aux échanges et à l’analyse pour appréhender autrement l’action conjointe et les dynamiques qui animent les relations chercheurs-praticiens-référents.

Revisiter les Chartes

La Charteconstitue un document-cadre guidant l’action et délimitant les contours des missions et les champs d’intervention des correspondants et des référents. Plus encore, elle formalise le cadre déontologique d’une association d’acteurs régie par des règles de fonctionnement fiables et robustes. Elle garantit un travail propice au climat de confiance et de bienveillance. 

L’atelier a débuté par une Relecture des Chartes. Chacun a ainsi pu pointer ce qu’il faisait au sein de son Réseau.

La mise en commun a permis de visualiser les tâches et de catégoriser collectivement les rôles et les missions pour dégager une cohérence d’ensemble. L’objectif était de mieux comprendre les obligations de chacun pour mieux coordonner l’action de tous.

Les missions du correspondant LéA. Des actions à prioriser ? 

Animation du collectif, communication large pour rendre visible le travail réalisé au sein du LéA (courriels, contacts, blog et site du Réseau des LéA, présence et présentation des avancées du travail lors des rencontres nationales), organisation (temps de réunion, calendrier), pilotage des productionset des actions de formation, gestion administrative  (signature des conventions, bilans annuels), coordination. Le champ d’action du correspondant LéA s’ouvre sur un horizon vaste et complexe. Des correspondants LéA se sont posé la question de la priorisation de leurs actions : quelles logiques de division du travail et de partage des tâches entre le référent et le chercheur ? Quelle mise en cohérence entre leurs activités ? 

Une préoccupation des correspondants IFé : comment pérenniser le travail collaboratif sur la durée ?

De son côté, le chercheur endosse plusieurs rôles, de la documentation du processus de recherche à la planification des activités en passant par la formation. Il joue un rôle essentiel en tant que catalyseur et facilitateur de l’action et de la réflexion. Se pose alors la question de la pérennisation du travail collaboratif en réseau sur une durée de 3 ans.De cette problématique mise en lumière par les correspondants IFé découlent d’autres interrogations étroitement liées au contexte du lieu d’éducation associé : comment gérer les questions du chercheur et les préoccupations collectives sur lesquelles s’engagent les équipes ? Quels compromis entre les investigations de la Recherche et les actions du terrain ? Comment concilier durablement les attentes des uns et des autres ? 

Des correspondants IFé ont dégagé des points d’appui et des pistes d’action pour penser le travail collaboratif et envisager sa faisabilité : la complémentarité des apports du chercheur et des praticiens se nourrit des besoins mutuels, dans une logique professionnelle d’efficacité du donnant-donnant. Des points de vigilance ont été mis en avant contre la tentation d’instrumentaliser les acteurs et le danger de les déposséder de leurs questionnements professionnels. A ainsi été soulignée l’importance, pour le chercheur, de faire des retours fréquents dans les établissements afin de « rester présents » sur le terrain. L’invention d’espaces et de pratiques de co-écriture associant le chercheur et l’enseignant a été mise en avant comme moyen participant d’une démarche de création et de production de l’oeuvre collaborative.

La circulation de toutes ces réflexions a apporté un éclairage précieux sur le travail du Référent. Pendant l’atelier, des cartes mentales ont été produites pour mieux cerner son rôle qui découle du champ d’actions des correspondants et en même temps l’alimente en conformité avec les orientations du pilotage du Réseau. 

Toutes ces réflexions entrent en résonnance avec les propos de Yves Reuter : ils mettent en lumière les liens entre le rôle que l’on construit soi pour soi et celui que l’on élabore en tension avec l’autre, ses logiques, ses objets de travail, ses démarches, dans l’esprit du don contre-don. Mettre en balance ces logiques singulières est nécessaire pour ne pas transformer les différences en conflits  mais en faire des forces facilitatrices du travail collectif.

Le Guide annuel de l’activité de chaque LéAconstitue un autre outil pour s’approprier les pistes de travail explorées lors du 8eSéminaire de rentrée du Réseau. En aval de l’atelier, des équipes ont poursuivi la réflexion au sein de leur LéA, insistant notamment sur la complémentarité des missions et les dynamiques entre les actions des uns et des autres. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.