Deux jours à Lyon : une parenthèse enchantée – Par Corinne HENRIET

Le partage d’expériences, le rapprochement des savoirs issus de la recherche et des savoirs issus de l’expérience a largement commencé en voiture, favorisé par le covoiturage des deux bavardes que nous sommes, Aurore et moi ! Pour ma part, partie dans cette aventure sans attente précise, mais pleine de curiosité pour ce partage d’expériences, pour la conférence d’un prestigieux universitaire, j’étais un peu inquiète mais aussi excitée à l’idée d’évoquer notre travail sur la trace écrite à la webradio de l’ENS.

Mercredi matin à l’IFE débute le séminaire de rentrée des LEA de la France entière. Les échanges de cette première journée sont riches parce que teintés d’authenticité et révélant un désir de communiquer largement partagé. Ici, par exemple,  on entend parler des enseignants et des chercheurs de géographie prospective, ou de projets d’éducation culturelle au service de la citoyenneté, et des chefs d’établissement de lycée professionnel dereconstruction d’estime de soi chez des élèves décrocheurs. Puis dans une conférence limpide, Yves Reuter évoque différents aspects du travail collaboratif réunissant des professionnels d’horizons divers : ces éléments sont directement transposables à nos groupes des LEA mais aussi à de nombreuses situations professionnelles ou associatives (voir le compte-rendu).

Après cette journée foisonnante d’idées, visite de Lyon illuminée avec un guide de choix : Aurore arpente familièrement la ville de ses années d’étudiante, pour mon plus grand plaisir : la vieille ville est animée dans une étrange ambiance d’été prolongé. Un avant-goût des vacances toutes proches…

De surprise en surprise, nous découvrons le lendemain le studio de la webradio : nous allons assurer la deuxième rubrique d’une émission en triptyque consacrée à l’ECRITURE SCOLAIRE : tout d’abord, une bibliothécaire de Lyon a sorti des archives de la bibliothèque Diderot des journaux d’élèves provenant d’écoles Freinet, datant de 1958-1960, et elle a apporté avec elle ces petites merveilles. Puis c’est notre tour, dans la rubrique « pile et face » : habilement guidées par l’animatrice Diane, la chercheuse Aurore et la professeure de collège que je suis présentent leur travail sur la trace écrite et dialoguent sur le projet collectif au sein du LEA. Enfin, Claire JOUBAIRE, chargée d’étude et de recherche à l’ENS, présente sa veille intitulée « (RE)ECRIRE A L’ECOLE, POUR PENSER ET APPRENDRE », avec une approche historique des pratiques d’écriture, de la « rédaction » à la « production d’écrit »  , qui retient toute notre attention.

Cinq heures plus tard environ, revenues en Lorraine, nous peinons un peu à nous replonger dans notre pratique quotidienne : une réunion « parents/professeurs » m’attend, et Aurore a déjà en tête ses formations d’étudiants de la semaine suivante. Mais en un temps concentré, en des lieux enchanteurs, d’improbables rencontres ont eu lieu, d’une grande richesse intellectuelle et humaine !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.