Séminaire de rentrée du LéA MIREDeP

Ce lundi 15 octobre 2018, pour la deuxième année consécutive, les membres du collectif MIREDeP composé des deux chercheurs et des sept enseignants pilotes se retrouvent à Montbéliard pour leur Séminaire de rentrée.

Voyage dans le même train, co-voiturage, hébergement ou repas partagé, l’intendance est rôdée et l’accueil franc-comtois chaleureux dès l’arrivée des provinciaux.  Comme l’année dernière, la rencontre a lieu au collège Louis Blazer.

Le premier temps est consacré aux actualités du MIREDeP. Le collectif échange sur les nouveautés du Réseau et les changements professionnels de certains ; des questions administratives (participation aux Séminaires annuels, Conventions avec les établissements scolaires associés) et éthiques (droit à l’image) sont soulevées. 

La rencontre du Collectif MIREDeP a été préparée de longue date. Elle a donné lieu à plusieurs échanges par mails ou par téléphone. Par exemple, en amont du Séminaire, chaque enseignant pilote a visionné la video de l’activité du groupe d’échanges de pratiques Lou Blazer (GEP) animé par les deux enseignants pilotes, Caroline Strehl et Nicolas Louisot. En s’appuyant sur les images video de la première séance de septembre du GEP , il s’est agi d’observer  les actions réalisées par l’EP puis d’émettre des hypothèses quant aux motifs poursuivis.

Les deux enseignants pilotes du GEP commencent par contextualiser la séance de travail. Le visionnage de la première séquence filmique offre une vision du fonctionnement du GEP et permet aux autres enseignants pilotes de confronter les hypothèses issues de l’observation à partir des traces réelles à ce que disent les enseignants pilotes de ce qu’ils font.  

L’analyse est robuste ; les questionnements sont riches et passionnants. En outre, l’activité observée est questionnée au filtre de l’expérience de chacun au sein de son espace d’analyse.  La discussion à partir des traces met en jeu des questions essentielles, telles que les modalités de communication sur le cadre éthique, les étapes de conception de la séance : du recueil des besoins à la formulation d’une problématique professionnelle, en passant par des interrogations sur la nature, le statut et la fonction des matériaux utilisés pour nourrir la réflexion professionnelle, la souplesse de l’espace et son adaptabilité au regard des besoins du terrain.

Tous ces éléments ouvrent le débat sur l’éventail des postures endossées par l’enseignant pilote, leur mouvance aussi. 

La journée s’achève sur une synthèse des discussions qui tente de tracer les contours des missions de l’enseignant-pilote et d’en appréhender toute la complexité. Une carte mentale est esquissée par le collectif. Elle sera peaufinée et soumise à l’appréciation du collectif dès ce soir. Par la suite, la ressource sera mise à l’épreuve par chaque enseignant-pilote au sein de son espace d’analyse. Un Skype est prévu en novembre qui permettra un retour réflexif sur l’ethos, le modus operandi et les dilemmes de l’enseignant pilote.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.