Retour sur le Deuxième séminaire du LéA MIREDeP (MIse en Réseau des Enseignants et Développement Professionnel)

 

C’est à Vaulx-en-Velin, au collège Aimé Césaire, que les membres du LéA MIREDeP avaient choisi d’organiser leur 2ème séminaire, profitant de leur présence dans l’agglomération lyonnaise dans le cadre du 8ème Colloque des LéA des 22 et 23 mai 2018.

S’ouvrir à d’autres expériences : la participation au colloque des LéA

La journée du mercredi fut l’objet d’une écoute attentive d’autres expériences traitant de la collaboration en praticiens de terrain (enseignants, personnels des établissements scolaires) et chercheurs. L’après-midi fut l’occasion pour notre doctorante de présenter les activités menées dans le cadre de ce LéA ainsi que les premiers résultats de recherche, au bout de neuf mois de fonctionnement.

Réfléchir aux perspectives futures

Le lendemain a été consacré au 2ème séminaire de travail en présentiel.

Des discussions autour de la manière de poursuivre l’activité en réseau du MIREDeP l’année prochaine ont animé une bonne partie de la matinée : il a été retenu l’idée de conserver des rencontres en présentiel sous la forme de temps forts (2 séminaires par an, fin octobre et mai) et de poursuivre nos rencontres régulières à distance sous la forme de skype mais en les adaptant aux contraintes de temps et de travail des EP (Enseignants Pilotes). Faute de mieux, nous avons décidé de poursuivre l’utilisation de la plate-forme de partage et de communication ViaEduc. Les échanges ont été ponctués d’apports théoriques et conceptuels portant sur l’analyse de l’activité de la part des chercheurs : Qu’est-ce que finalement l’activité ? Quelle différence entre « cours d’action » et « clinique de l’activité » ? L’entretien d’auto-confrontation simple doit-il être mené de la même manière que l’on soit EP ou chercheur ?

De l’analyse de l’activité des autres EP

L’après-midi, les EP ont chacun soumis à l’analyse du collectif des traces de leur activité dans leur espace d’analyse du travail en établissement. Ces traces de leur activité ont fait l’objet de discussions professionnelles voire de controverses entre les enseignants-pilotes. La plupart des échanges ont orienté lé réflexion autour de la question de la posture de l’EP dans son établissement : Un « animateur » ? Un formateur ? Un enseignant comme les autres ? Un enseignant médiateur entre la direction et les autres enseignants ?  Une sorte de chercheur ? Ou tout cela à la fois ? Et si l’EP est tout cela à la fois, comment faire pour concilier ces différentes postures ?

Autant de questions qui nous guideront au cours de cette 2e année du LéA MIREDeP…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.