Le Tigre mange-t-il de l’herbe ?

Mercredi 19 septembre, 11h55. Je suis devant « La Pagode », sur le Campus de la Doua. J’ai rendez-vous avec le collectif du LéA Paul-Emile Victor. Il s’agit d’une première rencontre avec le LéA dont je suis désormais référente. Je mets quelques minutes avant de trouver l’entrée. On m’ouvre. 

Dix personnes m’accueillent chaleureusement. Une personne est à distance mais peut interagir en direct par skype. L’ambiance est studieuse et détendue. 

L’entrée en matière est belle et inattendue. Le Tigre mange-t-il de l’herbe ?Je remarque rapidement l’album de Se-Yeon Jeong que Catherine Bruguière vient de poser sur la table. Elle l’ouvre, le feuillette et s’arrête sur une double page. Notre attention s’attarde. La simplicité des images, l’apparente naïveté des dessins me transportent dans l’univers enfantin. La double page montre des animaux de toutes tailles chaudement nichés dans le ventre arrondi d’un tigre replet au repos. La curiosité est soutenue par les couleurs vives qui attisent l’imagination. Le récit aux allures d’enquête est relancé par un jeu de questions-réponses sur les habitudes alimentaires du tigre. La fiction déroule les maillons de la chaîne alimentaire.

Ma découverte de l’album et les échanges nourris qu’il suscite au sein du collectif sont une porte ouverte qui me permettent de prendre sur le vif quelques-uns des questionnements du LéA Paul-Emile Victor : comment le goût de lire suscite-t-il l’intérêt sur des questions scientifiques ? Comment un album ouvre-t-il une voie pour les apprentissages scientifiques ? Comment la tension entre réel et imaginaire réinterroge-t-elle nos façons de voir le monde ?

Au cours des remarques à la croisée des sciences et du langage, j’apprends que l’album a donné lieu à une recherche menée en France par le LéA Paul-Emile Victor dans une école maternelle. Des articles sont en cours d’écriture qui rendront compte de l’expérience dans différentes revues. Par ailleurs, le collectif prépare une communication sur le sujet au colloque d’Angoulême. 

François Guillouët, Jean-Loup Héraud, Laura Cabodi, Catherine Bruguière, Frédéric Charles, Françoise Heyraud-Soulas, Valérie Mazellier, Anaïd Sarafian, Emilie Tremey, Luciana Backes, Nadège Pouey. Au cours du tour de table, je fais plus ample connaissance avec les membres du collectif qui associe chercheurs, didacticiens et enseignants du primaire et du supérieur. Cette année, l’équipe envisage une nouvelle ouverture sur l’international ; un projet collaboratif se développe avec le Brésil ; l’enseignante chercheure Luciana Backes est d’ailleurs assise à ma droite.

Le collectif se réunit ainsi une fois par mois. Le calendrier annuel est déjà posé. Nadège Pouey, la correpondante LéA rédigera la compte-rendu de la rencontre de ce jour.

Très prochainement, le Séminaire de rentrée des LéA sera l’occasion d’une nouvelle rencontre avec les membres de l’équipe. De mon côté, je vais m’empresser de conseiller à mes collègues enseignants la lecture d’une belle fiction documentaire…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.