Neurosciences, psychologie expérimentale et mise en pratique au collège Gérard Philipe

Depuis maintenant 3 ans, 8 enseignants du collège (Mmes Vinatier et Ziégler en Lettres, MM. Boyer et Renaud en Histoire-Géographie-EMC, Mme Lemaire et M. Simonet en Mathématiques, Mme Babineau en SVT et Mme Rolland en Physique-Chimie) suivent avec M. Dominique Bellec, enseignant-chercheur, docteur en psychologie cognitive, conseiller et formateur en développement d’environnement d’apprentissage, une formation liée aux neurosciences, à la psychologie expérimentale et à leur mise en pratique dans le collège. L’accompagnement de cette équipe a pour finalité de créer, de concevoir et d’aménager des environnements en faveur de l’amélioration de la qualité des apprentissages chez les élèves. Plus précisément, il est maintenant question de déployer en situation de classe des préconisations sous la forme d’un ensemble de gestes et de postures professionnelles issues de la psychologie des apprentissages humains.

Dans le cadre de cet accompagnement, l’équipe souhaite se mobiliser pour intégrer l’écriture sous ses différentes formes comme une pièce fondamentale de l’acquisition des connaissances chez les élèves. L’impact de l’écriture, largement étudié par des nombreux chercheurs en psychologie, en sociologie et en sciences de l’éducation, est identifié comme un levier pédagogique essentiel pour s’assurer de l’intégration des connaissances chez les apprenants. Les programmes d’enseignement des cycles 3 et 4 (MEN 1, MEN 2, 2015) définissent de façon très explicite ces approches pédagogiques dans les classes. N’Kambou, Delozanne et Frasson (2008) caractérisent les apprenants à l’école selon trois dimensions (cognitive, conative et affective), chacune d’entre elles devant être prise en compte pour s’assurer de l’optimisation et de la pertinence du développement des environnements d’apprentissage. Sur la dimension cognitive, l’écriture est une modalité d’expression qui permet de mobiliser les quatre piliers de l’apprentissage (Dehaene, 2014) et en particulier l’attention, la profondeur de traitement et le retour d’informations. Par ailleurs, pour l’apprentissage des sciences, Anne Vérin (1995) soutient que « la production d’écrits par les élèves joue un rôle déterminant dans l’élaboration de la pensée ». En ce qui concerne les dimensions conatives et affectives, de nombreux effets sur les apprentissages ont été démontrés (ex : Bannour, 2009).

L’objectif de ce projet est de traiter l’écriture comme un moyen d’apprendre de façon plus efficace, plus efficiente et plus attrayante. Pour cela, l’écriture doit être considérée comme un apprentissage non adaptatif et explicite, c’est-à-dire fondé sur une pratique quotidienne (sur la durée de la scolarisation) et régulée par les enseignants de toutes les disciplines. La régulation préconisée consiste à plonger les élèves dans un environnement qui mobilise l’écriture sous la forme la plus large (c’est-à-dire en incluant le dessin, le griffonnage, le brouillon comme outils de mémorisation temporaire) et qui est encadré par des enseignants qui ont les mêmes attentes, les mêmes exigences et les mêmes critères d’évaluation. La complexité de cette approche multidimensionnelle des apprentissages chez les élèves, qui dépasse largement la dimension didactique, nécessite pour les enseignants des connaissances plus approfondies sur les processus d’apprentissage des élèves. L’expérience montre qu’un accompagnement ponctuel et régulier avec apport de connaissances aide pour construire des séances et intégrer des moments d’analyse de pratique dirigée ; cela pourrait être pertinent pour au final permettre aux élèves d’apprendre de façon plus performante.

L’équipe « neurosciences » du collège, emmenée par Mme Rolland et M. Dominique Bellec, a travaillé en 2017-2018 à la mise en place d’une formation initiale d’une quinzaine d’heures à destination de tous les élèves de 6ème pour que chacun commence en entrant au collège à écrire pour mieux apprendre. Cette formation sera dispensée à toutes les classes par demi-groupe dans le cadre de l’AP 2018-2019 : elle inclut le plan annuel de formation, les plans de séance et les exercices d’apprentissage.

Nous espérons pouvoir bientôt rendre compte de cette expérience.


jdutois

Enseignante de lettres modernes au collège Gérard Philipe de Niort

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.