LéA, un lieu, des lieux ? Qu’est-ce qu’un « lieu » ?

Que sont les LéA ?

Des « Lieux d’éducation associés à l’IFE« ,  ou bien encore « de nouveaux espaces pour la recherche en éducation », tels sont les premiers mots pour présenter les LéA sur le site de l’ENS-Lyon.

Lieu d’éducation… Soit ! mais qu’est-ce qu’un lieu exactement ? Nous connaissons tous des lieux qui nous sont chers, des hauts-lieux ou des lieux de mémoire, voire des saints lieux. Il y a aussi des lieux dits où on peut se mettre en lieu sûr, à l’écart des lieux de débauche ou de perdition. Il y a encore des lieux communs, vite dits, dans les lieux publics et peut-être même ruminés dans les lieux d’aisance. Et n’oublions pas le lieu géométrique du point p sur la courbe C… ou les « non-lieux » de Marc Augé…

Que de lieux !

« J’aimerais qu’il existe des lieux stables, immobiles, intangibles, intouchés et presque intouchables, immuables, enracinés ; des lieux qui seraient des références, des points de départ, des sources… » (Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Denoël/Gonthier, 1974, 140 p.)

Soyons sérieux, de tels lieux n’existent pas et au lieu de tergiverser entre le petit Robert et la poésie, de jouer et de se perdre dans la polysémie du terme (le Littré en recense 24 acceptions !), dressons un état des lieux, si ce n’est sémantique au moins géographique, à l’aide du « Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés »1. « Savoir de quoi l’on parle est clairement utile à l’énonciation des problématiques, à l’édification des théories, de construction des concepts, et à l’organisation de débats et discussions qui, à nos yeux, ont toujours constitué les zones cruciales du travail scientifique.« (comme il est rappelé dans l’introduction du Dictionnaire précité). Il est donc ici question de préciser la notion de « lieu », dans ses dimensions spatiales et sociales, afin de mieux comprendre ce qu’évoquent les LéA, ce lieu, ces lieux, et d’envisager une réflexion sérieuse sur « Quelle architecture pour les LéA ? »

Or, il apparait que la notion ne se laisse pas circonscrire aussi simplement. En consultant l’ouvrage de référence – dont la rédaction, dirigée par Jacques Lévy et Michel Lussault, recueille les contributions d’un peu plus d’une centaine d’auteurs – on découvre pas moins de quatre articles différents pour cette seule entrée2, « quatre points de vue qui concourent à la définition […] un ensemble de contributions complémentaires à une question difficile » (ibid.) :

Lieu (selon Augustin Berque) : « Là ou quelque chose se trouve et/ou se passe. Termes proches : endroit, place, position, site, emplacement, parage, lieudit, localité, coin, scène, théâtre… »  (renvoyant aux termes : Aristote, Ecoumène, Environnement, Géogramme, Haut-lieu, Médiance, Platon)

Lieu (selon J. Nicholas Entrikin) : « Une condition de l’expérience humaine » (renvoyant aux termes : Agencement, Haut-lieu, Humanistic Géography, Identité, Mythe, Représentation, Valeur spatiale, Topophilia)

Lieu (selon Jacques Lévy) : « Espace dans lequel la distance n’est pas pertinente » (renvoyant aux termes : Aire, Coprésence, Cospatialité, Espace, Identité spatiale, Local, Localisation, Réseau, Territoire)

Lieu (selon Michel Lussault) : « Plus petite unité spatiale complexe de la société » (renvoyant aux termes : Action, Agencement, Espace, Habitat, Spatialité)

Tous s’accordent à dire que le « lieu »  fait partie des cent notions et concepts les plus fondamentaux de la géographie (que Vidal de La Blache qualifiait de « Science des lieux« , comme il est souligné dans les articles d’Augustin Berque et Nicholas Entrikin). Pourtant il apparait que, bien que « lieu commun » de la discipline, il a longtemps été peu spécifiquement défini ou précisé. Aussi son champ de compréhension reste général et ample ce qui explique sans doute la diversité des approches et la difficulté d’établir un concept théorique solide. Si aucun des auteurs ne réfute le caractère topographique du lieu, il en va autrement pour en définir les limites ou préciser sa dimension « sensible ». Pour identifier un lieu, la tension est nette entre « la volonté d’abstraction scientifique et la prise en compte des réalités sensibles » (A. Berque), « la capacité subjective de participer à un environnement et la capacité objective de pouvoir observer un environnement comme étant externe et séparé de soi » (N. Entrikin), le « dehors/dedans » (M. Lussault), le « basculement lieu/aire, toujours en question, toujours en jeu » (J. Lévy).

Cette tension qui oppose le prédicat (la valeur et le sens) à l’identité (physique et géométrique) est très bien expliquée par A. Berque qui, en explorant les deux concepts de chôra (le lieu de Platon) et topos (le lieu d’Aristote), met en lumière les logiques ambivalentes – contradictoires mais néanmoins complémentaires – qui fondent la pensée européenne et travaillent encore le discours géographique contemporain. D’un côté, la chôra qui « intervient dans le rapport entre l’être absolu (oneidos ou idea), qui relève de l’intelligible, et l’être relatif (genesis), qui relève du monde sensible (Kosmos)« . D’où une conception d’un lieu du « croître ensemble », à la fois matrice et empreinte, essentiellement relationnel et interdépendant : « le lieu y dépend des choses, les choses en dépendent, et ce rapport est en devenir« . De l’autre, le topos, « assimilé à un « récipient immobile » qui limite immédiatement la chose. […] La chose et le lieu sont indissociables [et] l’être ou l’identité de la chose ne dépasse pas son lieu. » D’où découlera le lieu des coordonnées cartésiennes (longitude, altitude, latitude), lieu abstrait, totalement objectif.

Entre le monde sensible platonicien et l’identité aristolicienne, quelle est donc la logique du lieu, du locus latin ? Jacques Lévy, dans son article, interroge les proximités notionnelles entre lieu, localisation, localité, local, tous dérivés de locus. Michel Lussault, quant à lui, sans nier « le caractère sensible de leurs limites » met en avant le topos : « le lieu existe avant tout en tant que surface explicitement limitée. [… Il] participe d’une des deux grandes métriques, la métrique topographique, marquée par les principes de congruence, d’exhaustivité et de continuité. » Face à l' »espace dans lequel la distance n’est pas pertinente » de J. Lévy, il préfère nuancer et estime que « la distance, dans tous ses états, peut quand même intervenir pour décomposer le lieu en micro-lieux, ceux-ci toujours sensiblement intégrés dans l’espace limité qui les contient et qui demeure un cadre explicite de la co-présence possible des individus et des choses. » Il complète la notion d’aire, introduite par J. Lévy, en la définissant comme « une combinaison dynamique de lieux discrets« , discrets au sens mathématique du terme, et lieux comme « espaces extrêmement variés qu’il faut appréhender à l’aune des acteurs qui les agencent et les pratiquent. » Et voici la dimension humaine, le « choeur » social issu de la chôra qui réapparait. Ainsi Michel Lusssault poursuit : « Un véritable lieu n’existe pleinement qu’en tant qu’il possède une portée sociale, en termes de pratiques comme de représentations, qu’il s’inscrit comme un objet identifiable, et éventuellement identificatoire, dans un fonctionnement collectif, qu’il est chargé de valeurs communes dans lesquelles peuvent potentiellement – donc pas systématiquement – se reconnaître les individus. »

Comme le souligne Nicholas Entrikin, « l’importance de la connexion entre le lieu et le sujet est évidente dans la recherche contemporaine sur l’identité et la représentation« . Influencé par le courant de la philosophie existentielle et/ou de la phénoménologie, mais aussi par les poétiques de l’espace de Gaston Bachelard, l’humanistic geography va s’attacher à prendre « en compte [le] sujet et son expérience du lieu » : « Les êtres humains transforment l’espace terrestre et ces transformations affectent ce qu’ils sont et ce qu’ils font. » Ainsi, au delà du paysage et de ses modélisations, le lieu doit être compris comme espace social, observé dans ses tensions entre subjectif/objectif, matériel/idéel, particulier/universel, (chôra/topos ?).

En rédigeant cette note de synthèse – des articles proposés pour lieu dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, nous étions sensés préciser/circonscrire le concept. Or, en lieu et place d’une définition précise et exhaustive, cette plongée dans les sphères sémantiques nous ouvre un large champ de réflexion inter-trans-pluridisciplinaire où de nombreux débats pourraient se jouer dans des polémiques sans fin. Pourtant étudier le lieu, « espace de base de la vie sociale » (Michel Lussault), en questionner le fonctionnement et en mesurer les effets multiples, est un des enjeux centraux si on veut bien comprendre comment s’articule la vie collective.

Revenons à la question première : que sont les LéA ? Un lieu ? des lieux ?

« Un lieu d’éducation associé à l’IFÉ, c’est d’abord un espace (école, centre de quartier…) où il y a un enjeu d’apprendre, et qui porte en lui un questionnement qui mobilise ses acteurs » peut-on lire sur le site de l’IFÉ (ENS-Lyon).

Un lieu, un enjeu, une recherche, des acteurs… le désir/besoin/objectif de créer une unité dans la diversité, de tisser un réseau pour tous les acteurs de l’éducation (enseignants, chercheurs, cadres administratifs, voire même élèves – comme discuté lors du séminaire des LéA du 15 mai 2013 – et/ou toutes autres personnes concernées par l’innovation pédagogique), de produire et diffuser de la « science éducative » par un réel travail collaboratif, participatif, interdisciplinaire et inter-professionnel (compris aussi le métier d’élève)…

Mais où ? dans quel type de lieux ? un ou multiple ? pérenne ou éphémère ? central ou périphérique ? localisé physiquement ou virtuellement ? Et qu’est-ce qui fait lieu ? tant symboliquement que matériellement ? la ressource spatiale, l’identité, l’histoire, le devenir, les pratiques, le langage ?

Pour bien comprendre ce que sont les LéA3, dites-nous quel est votre LéA, où et comment l’habitez-vous ?4 Merci.

 

———————————————————————————————————————————

1. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Jacques Lévy & Michel Lussault (dir.), Paris, Belin, 2003. 1032 p.

2. En parcourant le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, on constate que, sur un peu plus de sept cents entrées, la majorité propose un seul article, signé par un auteur  ou encore co-signé (signalant ainsi une écriture collective ou « le résultat de l’intégration de deux écritures différentes »). Parfois, « pour une même entrée, deux ou trois articles […], manifestent des écarts plus ou moins significatifs de conception entre les rédacteurs ». A bien regarder, cela reste limité et n’est vrai que pour neuf entrées  : huit proposent deux articles et le terme « territoire » en présente trois « [dynamisant] la réflexion par la mise en évidence de différentes approches ». Aussi que le mot « lieu »  détienne le record d’articles, parmi toutes ces entrées du lexique géographique, et ouvre sur pas moins de quatre contributions – et huit pages (555-563) d’explicitation et précision – montre bien l’ouverture et la diversité des réponses qui peuvent être apportées à une problématique concernant les lieux et, par extension, à une réflexion sur les LéA.

3. N’oublions pas : « L’analyse des processus de socialisation, porteurs de reproduction et/ou de changement, requiert impérativement la prise en compte des lieux ou des espaces où s’effectuent rencontres et échanges, où se forgent des projets, où se nouent des enjeux. » (A. Vant , 1986)

4. En ce qui concerne les LéA et à propos des défis des « études de lieu« , nous pourrions faire nôtres les questions que soulève Nicholas Entrikin : « Comment, par exemple, le lieu influence-t-il l’action collective ? Le langage du lieu fait souvent partie du langage de la solidarité sociale et de l’identité culturelle, mais comment distinguer le rôle du lieu, en tant que symbole, idée, discours, représentation, de ses fonctions de milieu de vie matériel ? Par ailleurs, bien des géographes reconnaissent que le lieu est plus un processus (une relation d’expérience entre le sujet et un locus) qu’un objet donné. Mais comment ce processus interagit-il avec la formation d’un sujet individuel ou/et de l’acteur collectif ? La question du fonctionnement du lieu et de ses effets multiples doit donc rester centrale aux futures recherches géographiques.« 


Sophie Lambilliotte

Architecte DPLG (avec une formation complémentaire en programmation architecturale des bâtiment QEB) et Professeur des écoles, engagée actuellement dans une recherche sur "L'architecture des LéA"...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.