Premier séminaire du LéA MIREDeP (MIse en Réseau des Enseignants et Développement Professionnel)

En cette magnifique journée ensoleillée du 25 septembre 2017, les sept enseignants-pilotes et les deux enseignants-chercheurs du tout nouveau LéA baptisé MIREDeP sont venus des quatre coins de France à Montbéliard (25), et plus précisément au collège Lou Blazer, avec pour objectif de faire connaissance et de poser les premières bases de ce collectif naissant.

Le MIREDeP, qu’est-ce-que c’est ?
Il s’agit d’une mise en réseau d’enseignants jouant un rôle de pilotage dans les dispositifs de formation et/ou d’espaces collaboratifs d’analyse du travail au sein de leur collège ou de leur lycée.
L’un des problèmes majeurs est aussi leur relatif isolement : en tant « qu’animateurs » d’espaces collaboratifs, ils évoquent souvent l’absence de soutien de la part de l’institution et le manque de formation.
Partie du constat que ces enseignants-pilotes éprouvaient parfois des difficultés à impulser du travail collectif ou à faire perdurer leurs espaces de travail collaboratif en établissement, Sylvie Moussay a proposé la création d’un réseau d’Enseignant-pilotes. Le MIREDeP est donc un LéA d’un nouveau genre qui se donne comme défi de créer un collectif de travail rapprochant des professionnels issus d’établissements géographiquement éloignés autour d’échanges d’expériences.
Ce réseau est accompagné dans son élaboration et son cheminement par les enseignants-chercheurs Sylvie Moussay et Eric Flavier.

Une journée pour réfléchir au fonctionnement du MIREDeP
La journée de séminaire du 25 septembre avait pour objet la mise en place du LéA dont la configuration est relativement inédite puisqu’il met en réseau plusieurs établissements.
Chaque participant s’est présenté puis a exposé ses fonctions au sein de son établissement et de l’espace de travail qu’il anime. Ces échanges préliminaires ont permis de percevoir quelles étaient les attentes des uns et des autres. C’est autour d’une préoccupation centrale ayant émergé des premiers échanges – Comment faire en sorte que cette mise en réseau devienne une ressource pour la mise en œuvre des dispositifs de formation et/ou de espaces d’analyse du travail au sein de chacun des établissements scolaires ? – que les premières pistes d’action ont pu être envisagées :
– Le partage d’outils efficients déjà éprouvés par certaines et certains, voire la création de nouveaux outils, ont été perçus comme une nécessité. Cependant tous se sont accordés sur l’importance de se donner le point de vigilance suivant : que ces outils (on songera par exemple à une plate-forme numérique collaborative) dans leur élaboration et leur suivi ne viennent pas constituer une charge de travail supplémentaire inutile.
– L’organisation de temps de rencontres qui permettraient de s’affranchir des contraintes d’éloignement géographique et d’agendas déjà bien chargés : le principe de rencontres à distance sous la forme de « classes virtuelles » a ainsi été retenu, une première classe virtuelle a même déjà été programmée courant novembre !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.