La conscience disciplinaire en inter-degrés Réseau du collège Maurice Jaubert NICE

À l’occasion de la première réunion de l’année du LéA conscientisation des apprentissages en inter-degré (CID) réunissant les professeurs du second degré (mathématiques et français), le principal du collège, la coordinatrice REP+, une enseignante chercheuse et les professeurs des écoles, nous avons analysé les atouts et les obstacles de la démarche mise en œuvre dans notre projet de classe inter-degré, tant du point de vue des élèves que des professeurs.

1/ La coopération

Élément essentiel du fonctionnement de notre LéA, cette coopération s’observe tant du côté des élèves que du côté des professeurs. 

Pour l’équipe enseignante :

Le projet implique que l’ensemble de l’équipe pédagogique impliquée construise la totalité de la séquence d’apprentissage. Ce temps de construction est pris systématiquement sur le temps « libre » de chacun. Cependant, nous soulignons tous son intérêt précieux :

  • Échanges inter-degrés, confrontation de nos points de vues, de nos conceptions pédagogiques, réflexions sur nos gestes professionnels… 
  • Élaboration d’une culture commune s’appuyant d’une part sur l’expertise disciplinaire des professeurs du second degré (des contenus exigeants visant les attendus de fin de cycle 3, en lien avec le référenciel pour l’éducation prioritaire). D’autre part, sur l’apport des professeurs du premier degré quant à la mise en œuvre de la démarche (rythme, accompagnement, outils…).
  • Réflexion collective : sept professeurs qui réfléchissent ensemble ! Soit, plus de richesse, d’intérêt et de rigueur.
  • Enfin, l’apprentissage de la « décentration » pour s’ouvrir à d’autres approches en acceptant que nos propositions soient complétées, modifiées, voire récusées.

Bien sûr, le principal frein est celui du temps. Trouver des moments de rencontre, parfois même des lieux (certaines rencontres ayant lieu en dehors des horaires d’ouverture de nos établissements) reste une équation difficile à résoudre.

Pour les élèves :

Faire travailler ensemble des élèves de trois classes d’âge différentes est un choix réfléchi qui fonctionne bien, à condition toutefois d’adopter une conception et une organisation « du cours » adaptée. En effet, la coopération est instituée à chaque séance. Les élèves travaillent ensemble, généralement par groupe de quatre composé d’un élève de CM1, d’un de CM2 et deux de sixième.

Les observations réalisées les années précédentes et cette année encore, montrent que les élèves scolarisés depuis le CM1 dans nos classes inter-degrés ont développé des compétences sociales leur permettant de travailler en groupe volontiers, mais également de s’engager dans la tâche rapidement et durablement.

De plus, les professeurs du second degré constatent que s’il arrive que certains élèves de 6ème soient perturbateurs, le climat de travail est particulièrement serein et porteur lors des séances inter-degrés.

Si nous sommes heureux de ces éléments positifs, nous avons conscience de certains manques :

  • Nous ne formalisons pas suffisamment le « comment travailler en groupe ». 
  • La phase de retour cognitif sur la tâche est souvent négligée faute de temps.
  • La valorisation des productions des élèves est clairement insuffisante.

2/ La co-intervention

Ritualiser la démarche pédagogique :

Que ce soit lors des séances de français, de mathématiques ou d’ÉPS, nous proposons lors de chaque séquence une trame ritualisée. Rituels en terme de support, d’outils et de méthode. Par exemple :

  • ÉPS : échauffement géré par les élèves en totale autonomie.
  • Mathématiques : des exercices « d’échauffement » gérés par le groupe.
  • Français : utilisation d’une même carte mentale de repérage des informations essentielles pour chacun des textes étudiés.

La co-intervention : quel intérêt ?

  • le « lâcher-prise » : co-enseigner permet à l’un des deux professeurs de ne plus être le seul garant du cadre pédagogique mis en œuvre et de la gestion du groupe. Une posture, relativement nouvelle pour beaucoup d’enseignant(e)s peut émerger : celle de l’observateur qui se tait.
  • L’observation fine des élèves : se filmer en élaborant un scénario, parfois anticipé, permet de prendre conscience, de questionner nos pratiques.
  • Le partage des gestes professionnels : souvent cité par les enseignants comme un élément très formateur, l’observation d’un pair en situation d’enseignement permet l’échange de compétences professionnelles de manière fluide, sécurisée et naturelle.

La co-intervention ne présente à nos yeux que des avantages et aucun écueils. En revanche, nous regrettons de ne pas disposer de suffisamment de moyens humains pour bénéficier d’ un co-enseignement à toutes les séances CID.

3/ Les apports du LéA

Cette recherche collaborative prend toute sa place dans notre projet. Elle est précieuse à plusieurs titres :

  • Elle offre un espace de réflexion collective riche et porteur dans la durée.
  • Elle permet de prendre la juste distance pour analyser finement nos gestes et nos pratiques professionnelles tout en bénéficiant d’un regard extérieur riche d’une culture professionnelle complémentaire.
  • Elle fait de notre projet un objet d’étude partagé ; ce qui nous conduit à prendre conscience de ce que nous faisons, de pourquoi et de comment nous le faisons ! 

Une seule difficulté à noter sur l’articulation du travail entre enseignants et chercheurs : la difficulté de concilier « le temps court » des praticiens de terrain (construire et animer des séances semaines après semaines) avec « le temps long » des chercheuses (se mettre d’accord sur l’approche scientifique, le protocole, concevoir les outils, les tester, tirer des enseignements, évaluer). 

Pour conclure, un mot sur le climat de travail : des personnalités fortes, d’autres plus effacées, des moments de fatigue, quelques tensions mais une puissante émulation et un réel bonheur de vivre cette aventure professionnelle ! 

Retrouvez tous les articles de blog du LéA Conscientisation des apprentissages en inter-degré (CID) !



Citer ce billet
sbattu (2024, 19 février). La conscience disciplinaire en inter-degrés Réseau du collège Maurice Jaubert NICE. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv9a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search