Une mise en pratique des cercles d’études par les élèves de seconde et de première DECLAM

Cliquez ici

Le dispositif DECLAM, étudié dans le LéA Lycée H. Parriat – Montceau-les-Mines, ainsi que les « cercles d’étude » décrits dans les articles précédents sont au cœur de la mise en place d’un dispositif apprenant à l’échelle de l’établissement mais aussi au-delà, dans un futur réseau

Au cours des deux derniers mois les élèves de seconde puis les premières DECLAM ont à leur tour, imaginé conçu et animé des cercles d’étude à destination d’élèves de quatrième et de CM1/CM2.« Après avoir expérimenté le dispositif, l’acteur est capable d’une action sur le monde. Son expérience lui donne un pouvoir, la capacité de « modifier » le monde. Ainsi, il est enrichi par le dispositif » (Aussel, 2013) ; l’effet de type modelage (Belin 2001) – on « n’en sort pas avec la même « forme » qu’en y entrant » (ibid., p.238). Article complet ici !

L’expérience des secondes : faire vivre ce qu’ils ont “appris”

Après leur propre expérience des cercles sur le fait religieux et la visite des lieux de culte à Lyon en compagnie des élèves de 4ème du collège Saint-Exupéry (Montceau-les-Mines), les secondes ont à leur tour expérimenté l’animation de cercles sur la diversité des pratiques religieuses et sur la laïcité. Ils l’ont fait en présence de M. Philippe Velten, directeur pédagogique de l’académie de Dijon.

La phase de préparation est aussi celle au cours de laquelle ils ont pu fixer les compétences mobilisées dans cette manière particulière de construire des connaissances en commun. La préparation a donc été aussi un travail réflexif.

On voit sur le mur quelques éléments de réflexion quant à la conduite des cercles : la posture de l’animateur, les objectifs. On remarque que les compétences psycho-sociales sont présentes à côté de compétences plus académiques.

Préparation des cercles : animateurs

C’est l’un des objectifs des cercles : associer les deux. Ainsi « l’esprit critique » côtoie le fait « d’apprendre sur les autres », « l’écoute », le souci de « faire parler »

Tous les élèves n’étaient pas animateurs, nous avons donc proposé aux autres d’être observateurs des cercles ce qui nous a conduit à nous interroger sur ce qu’est l’acte d’observer : dans quel but ? avec quelle question préalable ?

Une grille établie avec les élèves observateurs

Pendant que les animateurs préparaient leurs interventions les observateurs ont établi des grilles d’observation. Les critères ont été réduits (faute de temps) à la question des postures et de la prise de parole et de ses conditions. Une analyse est en cours mais le temps de parole cumulé des participants est bien plus important que celui des animateurs ce qui a montré à tous que la prise de parole est facilitée.

L’expérience des premières : adapter l’outil à un public d’école primaire

Les élèves de première DECLAM ont quant à eux animé des cercles sur la question du genre avec des élèves de CM1 / CM2. Le transfert de l’expérience à la pratique a été le même, il a permis de bien établir le rôle des animateurs, les objectifs et le cadre général des cercles. Les observateurs ont réfléchi de la même manière que les secondes à la question de la prise de parole et de ses conditions.

Cependant il est rapidement apparu que les questions et la réflexion avec les plus jeunes devaient passer par une étape intermédiaire : une activité qui puisse déclencher la prise de parole.

Sur la photo on voit les deux animatrices présenter des images extraites de dessins animés et simplement poser la question « Qui regarde ces dessins animés ? Filles ou Garçons », les échanges commençaient par les réactions accueillies telles quelles.

Les premières ont de leur côté déjà vécu les cercles sur la religion l’an passé et leurs séquences ont pour la plupart débuté par ou donné l’occasion à des cercles (la « place », le portrait, le genre…).

Au travers de cette expérience il est apparu que proposer des « activités » qui rendent concrètes une question facilitent l’expression plus libre de la parole qui est d’abord une réaction. Les élèves de primaire ont pu, de leur côté, définir la notion de consentement et distinguer le genre biologique du genre construit.

Pour conclure cette description et ces premiers éléments de lecture, la mise en place des cercles par les élèves pour d’autres publics leur a permis de mettre en œuvre à la fois des compétences académiques (esprit critique, analyse, problématisation) et non-académiques (écoute, empathie, ouverture, réflexivité)

Il reste à analyser plus finement en vue de la fin de notre troisième année de LéA les retombées d’une telle expérimentation sur les élèves eux-mêmes et ce que l’on peut en tirer pour nous en vue de l’extension du dispositif auprès de nos collègues, au collège et en école primaire.

Les schémas qui suivent proposent une synthèse de nos réflexions sur cette étape, vue du côté élève et du côté enseignants.

Cliquez ici

Retrouvez tous les articles de blog du LéA Lycée H. Parriat – Montceau-les-Mines



Citer ce billet
yleblanc (2024, 13 février). Une mise en pratique des cercles d’études par les élèves de seconde et de première DECLAM. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtqq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search