Retour sur le groupe de co-formation aux recherches collaboratives – Québec, Liban, France

La 2ème rencontre du groupe de codéveloppement pour les coordonnateurs de projets de recherche collaborative organisée par nos partenaires du CRRE-UQAC va bientôt avoir lieu. C’est l’occasion de revenir sur le contexte de ce projet et sur le témoignage d’Emmanuel Maire, membre du LéA Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges, qui a exposé une situation dans son contexte de recherche collaborative, lors de la première réunion le jeudi 19 octobre ! 

Un groupe de co-formation aux recherches collaboratives : Pourquoi  et comment ?

Prendre part à des recherches collaboratives est stimulant et source d’apprentissages nombreux. Néanmoins, des écueils et difficultés peuvent survenir, qu’ils soient liés aux relations interpersonnelles, à des défis méthodologiques ou à tout autre aspect relatif à leur déroulement.

Comment dépasser ces difficultés ? Comment trouver et partager des solutions ?

C’est pour répondre à ces enjeux que nos partenaires québécois du CRRE nous ont proposé de participer à un groupe de co-formation aux recherches collaboratives. Des membres de trois réseaux de recherches collaboratives sont parties prenantes :

  • le réseau des LéA-IFÉ (Lieux d’éducation Associés à l’Institut Français de l’Éducation)
  • le CRRE (Consortium Régional de Recherche en Education) de l’UQAC (Université de Québec à Chicoutimi)
  • les LéAL (Lieux d’éducation Associés au Liban) de l’Université Libanaise

Ce dispositif de co-formation comprend deux modalités :

  • un groupe de codéveloppement professionnel
  • prolongé par des échanges à l’écrit sur un forum privé

Un groupe de codéveloppement : C’est quoi ?

Un groupe de codéveloppement professionnel est une approche centrée sur les solutions :  

Cette démarche vise l’apprentissage ainsi que le développement de la pratique professionnelle à partir d’une recherche de solutions quant à des situations présentées par les participants.” 

Champagne 2020

Lors de chaque rencontre, une personne volontaire présente une situation qu’elle a vécue et qui lui pose question dans son contexte de recherche collaborative. Puis, les échanges s’articulent en six étapes afin que les collègues partagent des solutions et stratégies pour aider la personne qui a présenté sa situation. Un animateur se charge du respect des étapes et des tours de paroles. 

Les 6 étapes d’un groupe de codéveloppement (Payette et Champagne, 1997; Payette, 2001)

  • Exposé de la situation (témoignage) : brève description d’une situation professionnelle en lien avec le thème par l’un des participants (préparation avec l’animateur de quelques points importants pour guider le discours en amont) ;
  • Collecte d’informations : questions des participants pour préciser des points du témoignage, mieux le comprendre ;
  • Synthèse et attentes du participant : question pour savoir ce que la personne attend du groupe, analyse d’une situation ou éléments de résolution par exemple ;
  • Analyse de la situation : les participants analysent la situation, donnent leur avis, formulent des suggestions (parfois avec les propositions d’intervenants qui contribuent à la discussion) ; la personne qui a témoigné ne s’exprime plus, ne fait que prendre des notes ;
  • Synthèse et plan d’action : un témoin choisi en amont exprime ce qu’il retient ;
  • Apprentissages : chaque participant explique ce qu’il a retenu.

À la suite des rencontres, les échanges se poursuivent à l’écrit sur un forum privé. Les participants peuvent partager d’autres stratégies, des textes et des expériences en lien avec les thématiques abordées.

Visuel de l’outil en ligne utilisé dans les communautés de coélaboration de connaissances à travers le monde (Scardamalia et Bereiter, 2006, 2010; Allaire et Laferrière, 2013)

Ce groupe de co-formation s’inscrit dans un projet de recherche du CRRE qui vise à étudier l’intérêt de ce dispositif en termes de développement professionnel. Sa coordination est assurée par Sophie Nadeau-Tremblay, chargée de cours et doctorante à l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle est également animatrice du groupe.

Une première rencontre riche en partages

Le jeudi 19 octobre, des membres des trois réseaux de recherche (Québec, France, Liban) se sont réunis pour un premier groupe de codéveloppement. Cette réunion s’est déroulée en commodal avec des personnes en visioconférence dans les trois pays et quelques personnes présentes à l’IFÉ dont l’animatrice du groupe et la personne présentant sa situation. La deuxième rencontre se déroulera prochainement. Une troisième rencontre aura lieu en mars-avril.

Question mise au travail lors de la première rencontre du groupe de codéveloppement

Emmanuel Maire, conseiller pédagogique, membre du LéA Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges, a exposé une situation au groupe et posé la question suivante : 

Comment des enseignants d’un LéA peuvent s’approprier le cadre d’analyse des chercheurs et acteurs pilotes du LéA ?

Voici son retour d’expérience : 

Le  LéA Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges (ICARE) entre dans sa troisième année d’existence. Il est constitué d’un collectif composé de chercheures, d’inspecteur et d’inspectrice de l’Education Nationale du 1er degré, de formateurs et de 15 enseignants du 1er et du 2nd degré, issus de 11 établissements différents. La recherche collaborative s’appuie sur un dispositif didactique d’enseignement de la compréhension de textes narratifs, la « lecture pas à pas », (Bischop, 2018) pour analyser, catégoriser et faire émerger les gestes professionnels qui seraient facilitants pour cet enseignement.

Le choix de la problématique proposée au groupe de co-développement s’est imposé comme une évidence, puisqu’elle venait de faire l’objet d’une discussion entre chercheure et formateurs engagés dans la recherche-action LéA. En cette troisième année de recherche-action, l’analyse des gestes professionnels enseignants est, en effet, réalisée avec un grain assez fin par le collectif « chercheure, inspecteurs, formateurs » et, de fait, la question de l’appropriation par les enseignants du cadre d’analyse de cet agir enseignant se pose de façon prégnante.

Cette problématique a été retenue pour être traitée dans le cadre du groupe de co-développement et j’y ai participé, sans avoir une représentation précise a priori du déroulement, des enjeux et exigences de ce dispositif. Il s’agissait là d’une première expérience qui s’est avérée particulièrement enrichissante à titre personnel et qui – je l’espère – va permettre de réguler l’activité du LéA.

Avec du recul, la phase préalable de préparation du sujet m’a paru essentielle dans l’intention de définir, le plus précisément possible, un objet commun qui va pouvoir être questionné au sein du groupe de codéveloppement. Le fonctionnement de notre recherche collaborative repose, en effet, sur un bon nombre de principes devenus naturels ou implicites. Or, les recherches collaboratives LéA s’appuient sur une grande diversité d’acteurs et d’organisations et l’approche interculturelle initiée dans le groupe de co-développement accroit probablement la nécessité d’objectiver au mieux la problématique à traiter. Aussi, des informations supplémentaires portant principalement sur la composition, le fonctionnement et le rôle des différents membres de la recherche collaborative ont pu être apportées dès la phase d’exposé, au service d’un déroulement certainement plus fluide du temps de clarification.

Au cours de cette phase, les « consultants » interrogent la problématique exposée à partir d’un questionnement neutre et non-orienté. Toutefois, puisque les principes de fonctionnement « naturalisés » de la recherche collaborative sont questionnés, plusieurs facteurs potentiellement à l’origine de la problématique apparaissent de façon incidente. Ainsi, une bascule s’effectue de façon assez évidente vers les deux étapes suivantes, notamment vers la phase d’« idéation » au cours de laquelle les participants au groupe de co-développement formulent impressions et suggestions. Lors de cette phase se dessinent en effet des solutions opérationnelles à la problématique présentée. A ce titre, il m’a semblé intéressant que les participants au groupe de co-développement constituent un collectif interprofessionnel et interculturel, qui a proposé une palette variée de commentaires (toujours bienveillants), de références et d’analyses. Les discussions ont en effet régulièrement oscillé entre le commun et le particulier, dans un souci bénéfice réciproque pour le « consulté » et les « consultants ».

Il me parait prématuré d’évaluer les effets du groupe de co-développement sur le fonctionnement de la recherche collaborative ; toutefois, les différentes interventions ont permis de formuler des pistes afin de ré-interroger notamment la place des enseignants dans le collectif. La participation au groupe de co-développement a donc permis de prendre un certain recul pour analyser et conscientiser certaines orientations prises par la recherche collaborative, qu’il va s’agir de questionner, voire de réguler.

Emmanuel Maire, conseiller pédagogique, membre du LéA Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges

Merci à Emmanuel pour ce partage !

Pour en savoir plus sur les groupes de codéveloppement : 

Équipe des LéA. (2022). Groupes de co-développement : des exemples dans la formation des enseignants au Québec. Le blog du réseau des LéA-IFÉ. Disponible en ligne

Payette, A. (2000). Le codéveloppement : une approche graduée. Interactions, Vol. 4, no 2. Disponible en ligne.

Champagne, C. (2020). Le groupe de codéveloppement professionnel. In Revue de l’analyse de pratiques professionnelles, No 18, pp. 24-42 et Le Codéveloppeur, vol 6, no 3. Disponible en ligne. Disponible en ligne.

Payette, A. et Champagne, C. (1997). Le groupe de codéveloppement professionnel. Ste-Foy : les Presses de l’Université du Québec.

Suivez les annonces de l’équipe de coordination des LéA-IFÉ



Citer ce billet
équipe des léa (2024, 30 janvier). Retour sur le groupe de co-formation aux recherches collaboratives – Québec, Liban, France. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpoq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search