Trois séminaires initiés par le LéA Triolet pour échanger sur l’accompagnement personnalisé

Les situations de co-enseignement interrogent les enseignants. Pour répondre à ces préoccupations, le LéA Triolet met en place de nouveaux espaces de travail et d’échanges. Les enseignants observent et analysent le travail mené dans le cadre de l’accompagnement personnalisé rendu obligatoire depuis la Réforme de la rentrée 2016.

A la demande du collectif des enseignants investis dans le LéA Triolet trois séminaires de travail ont été organisés au collège les 18, 24 novembre et 2 décembre 2016. Chacun des trois Séminaires a réuni une dizaine d’enseignants volontaires sur chaque session. Lors de ces rencontres, des enseignants ont présenté une situation de travail en lien avec le co-enseignement, support vidéo à l’appui. Au préalable, un cadre avait été soumis au collectif précisant les modalités de présentation (durée, contextualisation et problématiques soulevées par rapport à la séquence video visionnée).
De même que les enseignants ne s’accordent pas sur une seule et unique définition de l’accompagnement personnalisé (L’AP, « une situation d’accompagnement où l’on se met à la hauteur des élèves » ? une situation où l’on apprend aux élèves à travailler en autonomie ?), on constate que les modalités de mise en œuvre posent question et suscitent la controverse : comment être raccord avec le contenu de l’AP et la progression disciplinaire ? Comment ne pas tomber dans la parcellisation des compétences ? Quelle continuité entre le cours disciplinaire et l’AP ? Quelle continuité d’une séance d’AP sur l’autre ?
A partir des traces vidéo de l’activité de co-enseignement, il s’est agi d’observer et d’analyser l’activité réelle -exprimer ce qui a posé problème, ce qui a échoué, ce qui a été fait pour réaliser ce qui était prévu- afin de dégager des points d’appui sur ce qui a marché. Durant ces échanges des méthodes de travail « inédites » sont données à voir. Elles interrogent l’activité professionnelle des enseignants (coopération enseignante, pilotage de la séance pendant le cours en co-enseignement) et le travail des élèves.

Les trois séminaires ont permis de produire des ressources : des fiches de terrain ont pu être élaborées et mises à la disposition du collectif. Elles sont la trace des échanges et des propositions qui ont émergé durant ces rencontres. Elles constituent également une ressource pour outiller les professionnels en compilant ce que disent les enseignants et les élèves et ce qu’ils perçoivent des enjeux de l’accompagnement personnalisé par rapport aux cours « classiques ». Elles proposent en outre des pistes de transformation pour mieux faire réussir les élèves.
Ces temps d’échanges sur l’activité in situ sont inédits dans notre établissement. Ils donnent à voir le travail tel que les professionnels le vivent et le réalisent. Les séminaires ont pu faire émerger les difficultés professionnelles : ainsi, la tension entre le réel et le prescrit a été mise en lumière par l’association contrainte de certains binômes de disciplines. Certains enseignants ont par ailleurs évoqué des problèmes de gestion qui impactent fortement l’organisation pédagogique (absence ou désengagement de l’enseignant porteur de discipline). D’autres ont parlé des difficultés à construire et à échanger ensemble et autrement (difficultés pour dégager du temps de préparation et faire des bilans par exemple).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *