Atelier co-écriture au séminaire de rentrée des LéA-IFÉ 2023

Comment s’organise la co-écriture  ? Que peut-on écrire ensemble ? Pourquoi écrire ensemble ? Qu’est ce que ça apporte au LéA ? Autant de questions auxquelles les équipes LéA-IFÉ ont tenté de répondre lors d’un atelier sur les pratiques de co-écriture entre les acteurs d’un LéA.

Un atelier sur les pratiques de co-écriture entre les acteurs d’un LéA a été proposé pendant le séminaire de rentrée du réseau des LéA-IFÉ, le 18 octobre 2023.

Deux sessions du même atelier se sont déroulées en parallèle avec chacune 3 groupes de 5 personnes environ. L’atelier a été organisé en World Café pour permettre à chacun des groupes de contribuer aux 3 questions posées : 

  • Tableau 1 : Comment organiser la co-écriture dans mon LéA ? (Phases de l’écriture, supports, personnes impliquées)
  • Tableau 2 : Qu’est-ce qu’on écrit ensemble ? Quelle est la spécificité des écrits co-produits ? 
  • Tableau 3 : Dans quel but se lancer dans la co-écriture ? Quels effets sur le LéA ? 

Un défi co-écriture a également été lancé pour réaliser un reportage sur le World Café. Trois à quatre personnes par session ont relevé ce défi et ont observé ou interviewé les groupes au travail. Suite au séminaire, elles se sont elles-mêmes mises en situation de co-écriture pour rédiger leurs articles qui seront publiés prochainement. 

Nous vous proposons dans cet article, une synthèse des échanges qui ont eu lieu au cours des deux sessions de ce même atelier.

Comment on écrit ensemble ?

Production des participants d’une des deux salles sur la question
“Comment organiser la co-écriture dans mon LéA ?“

La co-écriture est structurée en étapes (« les phases de l’écriture »). Pour les uns, la méthodologie et la planification sont premiers ; ils déterminent la répartition des tâches. Pour les autres, le choix d’un objet prime : il faut « se mettre tous d’accord sur l’objet sur lequel nous voulons écrire », « clarifier l’objet ». Ce choix de l’objet permet ensuite de s’accorder sur le « rôle de chacun » dans le projet de co-écriture et de cibler le lectorat (« quelle diffusion »). 

Une réflexion sur le travail collectif et ses conditions est engagée. Des règles de travail sont de mise ; si l’investissement de tous est de rigueur, il convient aussi de veiller à ce que chacun trouve sa place dans la co-écriture. En outre, des règles de fonctionnement structurent l’activité de co-écriture et offrent un cadre de travail dynamique et motivant. Ces règles concernent l’organisation matérielle du travail dans le temps (calendrier commun) et dans l’espace (atelier en présentiel, réunion à distance), la répartition des tâches, les outils et supports utilisés (un document partagé via une plateforme collaborative, un logiciel). 

La genèse de l’écrit et l’activité de co-écriture sont abordées. Les différentes étapes de co-écriture suscitent des questions : qui impulse l’écriture ? Qui relit ? Selon quels critères ? On s’intéresse plus particulièrement à l’avant-texte, à l’étape de planification (« le plan ») et de révision. La mise en texte relève de la coopération et prend la forme d’une « écriture par relais », à tour de rôle. L’étape de réécriture est dédiée aux « corrections successives » nourries de « commentaires », de « révisions », de « relectures ». 

Dans le discours des acteurs, l’emploi du conditionnel (« un plan serait posé », «un premier écrivain qui serait suivi d’un second », « on aurait un temps où on discuterait collectivement ») ouvre les possibles sur d’autres manières de faire.

La discussion est également l’occasion de verbaliser les obstacles et les dilemmesliés à la co-écriture en inter-métiers dans un projet LéA : comment « écrire à 25 » ? Comment faire avec la diversité des « personnes impliquées (enseignants, chercheurs, parents, coordonnateurs et caetera ») ? En effet, « tout le monde n’a pas forcément la connaissance de ce que c’est qu’un article de recherche », « de comment ça s’écrit ».

Qu’est-ce qu’on écrit ensemble ?
Production des participants d’une des deux salles sur la question
“Qu’est-ce qu’on écrit ensemble ? Quelle est la spécificité des écrits co-produits ?“

Les participants proposent une typologie des écrits co-produits qui distingue les écrits produits dans le cadre du fonctionnement du LéA au sein du réseau (dossiers de candidature LéA, fiches ateliers pour la rencontre internationale des LéA-IFÉ au mois de mai), et les écrits produits dans le cadre de la recherche : ce sont des ressources produites et utilisées à l’interne pour le travail du collectif (écrits intermédiaires, écrits fonctionnels tels que les comptes rendus, résumés) ou diffusées pour communiquer sur le travail réalisé (blogs, podcasts). Sont également citées les ressources produites pour l’enseignement et la formation. Enfin, on mentionne les écrits de recherche publiés (ouvrages, chapitres d’ouvrages, articles) qui peuvent donner lieu à des communications (colloques, congrès)

Le statut et la place de certains écrits dans le processus de co-écriture sont mis en exergue. C’est le cas des écrits dits intermédiaires : un compte rendu, une transcription d’échanges oraux sont-ils la trace d’une co-écriture ? Pour certains ces écrits constituent des traces de co-activité (fruit des « échanges »). Pour d’autres, ces types d’écrits participent du processus même de co-écriture (« un premier jet d’une écriture, d’une co-écriture »), à l’image de manières de travailler ensemble en contexte collaboratif (« c’est de l’écriture orale »).

Des démarches et des productions singulières

Le style d’écriture est interrogé à la lumière du genre discursif et du lectorat visé. Dans le discours des participants, les formats et les styles d’écriture sont corrélés au genre d’écrits à produire (« Quel est le lectorat et quels sont les attentes, les objectifs ? Quelle diffusion, quel degré de vulgarisation en fonction du lectorat ? »). 

L’écrit co-produit est également questionné à l’aune de l’identité professionnelle des auteurs. On s’intéresse à l’énonciation : qui parle dans un discours co-produit ? « Est-ce que c’est un chercheur, un professeur, un doctorant qui s’exprime ? ». Autrement dit, on se demande si des traces du genre professionnel sont décelables dans les écrits co-produits. 

Le contexte d’une co-écriture en inter-métiers (« plusieurs points de vue », « plusieurs grilles d’analyse », « plusieurs langages ») produit un dialogue entre des acteurs de catégories professionnelles différentes. L’écrit co-produit constitue la trace d’un discours polyphonique. On se demande alors comment les énoncés composent les uns avec les autres. L’écrit co-produit constitue-t-il un entrelacs d’énoncés? Ou bien les discours des énonciateurs se succèdent-ils dans l’écrit co-produit ? La co-écriture est-elle une juxtaposition des discours ou bien les discours font-ils chorus pour ne « faire qu’une seule voix » ? 

Buts et effets de la co-écriture
Production des participants d’une des deux salles sur la question
Dans quel but se lancer dans la co-écriture ? Quels effets sur le LéA ?

Les effets des écrits co-produits sont abordés en production comme en réception. La co-écriture produit des effets sur les acteurs engagés dans le projet :  elle permet à chacun de trouver sa place au sein de l’équipe LéA, quel que soit son statut. Des enjeux éthiques de reconnaissance et de valorisation sont ainsi mis en lumière (« que chacun puisse prendre une place et acquérir une place à la fois dans l’écriture mais aussi dans les équipes »). Des effets en termes de développement sont également soulignés (« stimulation intellectuelle », « acquisition de nouvelles compétences »).

La co-écriture a des effets structurants en ce qu’elle fait vivre la collaboration à ses différentes étapes, permettant ainsi de « baliser le temps de la recherche ». La co-écriture est bénéfique pour le collectif : elle fabrique du commun (« langage commun », « connaissances », « méthodes », « pratiques ») et créée un « sentiment d’appartenance »  en développant l’intercompréhension et la cohésion d’équipe.

Les écrits co-produits rapprochent la recherche et l’éducation, créant « une interface entre deux mondes ». Des enjeux sociétaux sont pointés sur le rôle de la recherche collaborative : à la production de connaissances co-construites s’ajoutent des enjeux pour l’éducation en termes d’action commune (« agir ensemble avec la recherche ») et de transmission de nouveaux savoirs pour les « établissements » et toute la « communauté éducative » (acteurs éducatifs, élèves, parents).

Article co-écrit par Alexandra Goislard, Aurore Promonet, Bertille Joseph et Samia Aknouche

 

 

Suivez le séminaire de rentrée 2023



Citer ce billet
équipe des léa (2023, 8 décembre). Atelier co-écriture au séminaire de rentrée des LéA-IFÉ 2023. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnf2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search