Séminaire de rentrée du réseau des LéA-IFÉ – Retour sur l’atelier “Se connaître, faire réseau” 

Mercredi 18 octobre, à l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ-ENS de Lyon), s’est tenu le 12ème séminaire de rentrée du réseau des LéA-IFÉ. À cette occasion, les acteurs de l’éducation et de la recherche présents ont appris à mieux se connaître et à faire réseau au travers d’un atelier où les freins et les leviers liés à la construction du collectif ont été mis en discussion. 

Le séminaire de rentrée est l’occasion pour les différents acteurs du réseau des LéA-IFÉ de se rencontrer, de faire connaissance avec leur référent et avec les différents partenaires du réseau, et de travailler ensemble sur des questions transversales

Répartis par groupe de 5 personnes, les acteurs de l’éducation et de la recherche, membres du réseau des LéA-IFÉ ont discuté de la façon dont se construit le collectif tout au long de la vie d’un LéA. Le livret du réseau des LéA-IFÉ 2023-2024 a servi d’appui pour initier les échanges.      

 
Voici un retour sur les discussions, et plus particulièrement sur les leviers et les freins liés à la construction d’un collectif.

 

Poser la question de la construction d’un collectif pluriel au sein du réseau des LéA-IFÉ provoque des discussions sur la nécessité d’une réflexion commune sur les objectifs, la taille du collectif, la géographie, la diversité des acteurs, le langage, le financement, la répartition des rôles, la reconnaissance

Lorsqu’il s’agit de préciser les leviers et les freins liés à sa construction, tout un chacun met en discussion son propre vécu ou ses projections. Il en ressort des singularités. 

 

Cet article propose une synthèse des traces écrites laissées par chaque groupe. 

Les leviers à la construction d’un collectif

Les acteurs des LéA mentionnent les caractéristiques du cadre de travail et la diversité des acteurs. Les leviers énoncés se trouvent dans l’”horizontalité des rapports” mais également dans le rôle que chacun peut tenir : “leaders” ; “passeurs” ; “coachs” etc, ainsi que dans le fait de trouver, au sein du collectif, “des personnes ressources” qui confèrent à ce lieu un caractère “secure”, une “bulle d’air intellectuelle” où l’on travaille dans “la convivialité” et dans un esprit de “bienveillance, d’accueil, d’adaptabilité et d’ enrichissement mutuel”. Il y a une hybridation du rôle de chacune, on co-analyse et co-intervient. On adopte une posture réflexive qui fait évoluer les pratiques et aboutit à une trace commune acceptée de tous.

La construction du collectif est renforcé par la co-construction de questions et d’objectifs ce qui nécessite de bien expliciter de part et d’autre les attendus dans un langage que l’on tend à rendre commun, une “langue doudou” ainsi qu’une “épistémologie spécifique de la recherche avec”

Travailler sur un temps long apparaît également comme un levier. Il permet des régulations et (re)négociations des attentes et des objectifs. Les membres du collectif ont le temps de construire une culture commune permettant de passer d’une logique ressentie comme “asymétrique” à une “logique d’altérité”

La question de la reconnaissance (hiérarchique et institutionnelle) de l’implication dans le collectif est importante. Un soutien académique, une reconnaissance intellectuelle et financière, une aide à la valorisation des productions du collectif sont des leviers. 

En retour, participer à la construction d’un collectif peut également être un levier, un lieu où l’émulation est porteuse d’évolution professionnelle et personnelle et/ou d’une diplomation. Par exemple, passer un doctorat après avoir été enseignant·e et/ou formateur·trice. Contribuer au collectif semble initier un repositionnement dans les pratiques avec “effet bénéfique sur les élèves”

Les freins à la construction d’un collectif

La question du positionnement des acteurs éducatifs entre eux, ou par rapport aux chercheurs au sein d’un collectif peut être un frein. Les participants à l’atelier évoquent une “rigidité dans l’assignation des rôles”, un sentiment de “verticalité”, des problèmes de “légitimité” entre enseignants et chercheurs, un environnement où une “hiérarchie ou une dichotomie théorie – pratique” est trop marquée. Entre enseignants, le “regard de certains “pros” sur l’autre degré (1er-2nd)” est relevé comme une gêne au bon fonctionnement du collectif.  

Un collectif mouvant soumis aux contingences de terrain (mutations, changement de direction, changement d’équipes) et qui nécessite de s’adapter est également énoncé comme un obstacle. La participation des acteurs varie dans le temps. Les niveaux d’investissement différents sont liés à de multiples facteurs : “contraintes personnelles et professionnelles ; ordre des priorités, motivation ; contraintes sociétales”. On relève une possible perte d’intérêt et de sens”

Des problèmes relationnels traduits par l’absence d’un “climat de confiance” entre les acteurs et l’émergence de “tensions”  fragilisent le collectif. Des niveaux d’investissement différents peuvent donner le sentiment de se faire manger “la laine sur le dos”.

La reconnaissance est un levier, son absence, un frein. Un manque de reconnaissance de l’engagement” que ce soit au niveau financier ou en terme de temps investi peut constituer un frein à l’engagement des acteurs et ce, d’autant plus que la charge de travail qu’engendre le collectif peut être perçue comme importante.

Le facteur temps revient fréquemment dans les traces écrites, qu’il s’agisse des temporalités différentes entre recherche et terrain,  des contraintes temporelles liées aux dispositifs ou aux institutions. Manquer de temps est un frein “pour se rencontrer, pour partager, échanger, et se connaître”Les calendriers (recherche/scolaire) présentent des différences. Au sein des établissements, les plages de temps de concertations ne sont pas toujours concordantes, par exemple entre le premier et le second degré. Le temps de la collaboration alloué au projet peut manquer pour pouvoir passer d’une “phase d’exploration” à une “phase d’approfondissement”.

L’éloignement géographique freine la construction d’un collectif. Il nécessite la mise en place de modalité de rencontre en présentiel et en hybride, et peut engendrer une “parcellisation du travail”. Les temps de rassemblement impliquent une logistique et un coût de transport (temps / financier), il faut pouvoir se rendre disponible et sur le lieu des rencontres du collectif. Est abordée aussi la question des “créneaux horaires” à négocier, des “autorisations d’absence à accorder”. 

La question de l’évaluation est aussi soulevée. On cite ici des “écarts” relevésvis à vis de sa définition institutionnelle” et une “mesure objective de l’efficacité” pas toujours réalisable dans l’instant sur le terrain.

 

En conclusion, au sein de l’atelier “Se connaître, faire réseau” du séminaire de rentrée des LéA-IFÉ, les discussions sur “les leviers et freins à la construction d’un collectif” ont engendré des échanges riches et concordants. 

Couplés aux traces écrites, les échanges oraux ont montré que rejoindre le réseau des LéA-IFÉ est perçu comme facilitant. Le réseau soutient par son organisation cadrée, l’accompagnement proposé, les outils mis à disposition, les temps d’échanges, la reconnaissance financière et par le rayonnement et la visibilité qu’il procure au collectif.

L’émulation du collectif semble s’inscrire dans la capacité de chacun à faire culture commune et l’acceptation d’un collectif mouvant, où le contrat se renégocie afin que chacun y trouve sa place au bénéfice des acteurs de l’éducation et de la recherche comme à celui des élèves. 

 

Suivez le séminaire de rentrée 2023



Citer ce billet
équipe des léa (2023, 27 novembre). Séminaire de rentrée du réseau des LéA-IFÉ – Retour sur l’atelier “Se connaître, faire réseau” . LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnet

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ahmed Elyaagoubi dit :

    Le résautage reste le meilleur vivier de rapprochement de communautés professionnelles en éducation ,sans restriction aucune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search