Participation du LéA Musécole au Workshop « L’Empreinte de la matière » au musée Fabre

Le LéA Musécole (Musée Fabre/Faculté d’éducation) de Montpellier a participé à une journée Workshop « L’Empreinte de la matière » au musée Fabre, organisée par son Service des publics (4 mai 2016).

Cette journée est une étape dans la mise en place, au sein du Musée Fabre, d’un dispositif muséal expérimental qui s’appellera « Galerie tactile« . Ce parcours permettra à tous publics d’expérimenter l’approche d’oeuvres d’art via le sens du toucher, en alternant des ateliers d’expérimentation et d’apprentissage et une exposition proposant des oeuvres adaptées à cette approche.

Le LéA est depuis sa création sollicité par les Services du Musée Fabre pour contribuer à la réflexion sur les enjeux et les démarches tout à fait spécifiques que sollicite l’approche tactile. La ressource numérique que le groupe est en train de construire porte spécifiquement sur les problématiques de l’oeuvre d’art en 3 dimensions (sculpture principalement, installation) et sur les gestes professionnels de la préparation, de l’accompagnement et du prolongement de visites orientées sur cette thématique.

Dans la phase de montage de l’exposition, le Musée Fabre a installé, dans les locaux de la Faculté d’Education et avec son soutien logistique, une pré-figuration de la Galerie tactile sous la forme d’une Exposition tactile expérimentale, « L’Empreinte de la matière », où sont venues plusieurs classes, dont certaines des écoles associées au LéA. Il s’agissait d’expérimenter divers dispositifs qui seront repris dans la future Galerie tactile (boites à toucher, approches d’oeuvres en aveugle, mise à disposition de moulages, etc.).

Le bilan de cette expérimentation a été fait au cours de l’atelier « L’Empreinte de la matière » du 4 mai 2016, journée qui a permis à Musécole de se présenter au cours de la matinée, et de participer aux sessions de retour d’expérience qui ont eu lieu l’après-midi.

Cette journée illustre bien comment le dispositif de recherche-intervention que constitue les LéA, cherche à articuler les préoccupations de ses différents groupes d’acteurs. Le LéA Musécole associe ainsi deux communautés partageant une même mission d’éducation culturelle et amenées à collaborer professionnellement : celle des médiateurs, professionnels du Service des publics du Musée, et celle des enseignants, très officiellement en charge (les programmes lui font une large place) du domaine de l’Education Artistique et Culturelle. Leur préoccupation commune porte spécifiquement (mais pas exclusivement) sur le travail d’éducation artistique et culturelle des très jeunes publics (la maternelle). Le LéA Musécole contribue à l’élaboration des questions théoriques que pose cette col-laboration, mais il travaille conjointement à la conception d’une ressource numérique, à destination des enseignants en formation.

Cette ressource est moins un produit fini qu’une maquette exploratoire, qui nourrit elle-même des questions de recherche à au moins trois niveaux : 1) Quels sont les « enjeux d’éducation » ou « contenus de savoir » qui sont réellement l’objet des transactions dans les séquences école-musée ? 2) Quels éléments de compétence professionnelle sont sollicités dans ces situations qui sont à l’interface entre médiation, éducation et enseignement ? 3) Comment concevoir la formation des enseignants aux problématiques professionnelles ainsi définies ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.