Des évaluations pour connaitre la plus-value du dispositif – LéA Circonscriptions de Besançon 2 et Besançon 3 – Collèges (ICARE)

Les acteurs du LéA Circonscriptions de Besançon 2 et Besançon 3 – Collèges (ICARE) présentent de nouveaux résultats de leur recherche collaborative.

Le LéA-ICARE a pour objectif de déterminer quels gestes didactiques peuvent faciliter la compréhension des élèves de cycle 2 et 3 et de catégoriser ces gestes pour en faire des objets de formation, grâce à la mise en œuvre d’un dispositif didactique spécifique, la lecture Pas-à-pas. L’hypothèse de départ est que les gestes didactiques qui organisent l’activité cognitive des élèves et les interactions sont plus efficients que d’autres. Pour tenter de vérifier cette hypothèse, des tests sont effectués en début et en fin d’année scolaire par les classes engagées dans le LéA et quelques classes témoins (pré et post-test), durant les 3 années de la durée du LéA.

Analyse des évaluations de l’année 1

Ce document présente les résultats des évaluations menées en année 1 (2021-2022) de notre lieu d’éducation associé. Nous les avons réalisées en nous appuyant sur des classes témoins, et des classes « LéA » engagées dans notre réflexion autour de l’enseignement de la compréhension. Les élèves ont entre 6 et 12 ans (CP -> 6ème). L’évaluation s’est déroulée en 2 phases : 1 évaluation « pré-test » en début d’année et une évaluation « post-test » en fin d’année.

Notre échantillonnage ne se veut pas représentatif scientifiquement. Il représente le contexte de nos 2 circonscriptions de l’Académie de Besançon. Les IPS[1] des élèves évalués sont globalement dans l’écart-type français, mais les situations des écoles et des collèges sont néanmoins très hétérogènes.

Les enseignants des écoles de nos 2 circonscriptions ont participé à des formations pédagogiques sur la compréhension pendant plusieurs années. Ainsi les analyses des évaluations nous permettent de pointer l’apport du LéA sur les compétences des élèves en compréhension.

Nous nous appuyons sur des textes résistants et non connus des élèves en début d’année. Les enseignants s’engagent à ne pas retravailler sur les textes avant la phase de post-test. Lors de l’évaluation, les textes sont lus par l’enseignant à deux reprises. Les élèves répondent ensuite en autonomie à une série de questions qui permettent d’évaluer des compétences propres à la compréhension, celles dites bas niveau telles le prélèvement ou de haut niveau comme le calcul inférentiel élaboratif. Selon l’hypothèse de départ, l’efficience du dispositif doit porter plus particulièrement sur les compétences de haut niveau, ce sont donc les résultats concernant les compétences de haut niveau qui sont présentés ci-dessous.

La comparaison avec des classes qui ne sont pas engagées dans le LéA permet de vérifier si le travail mené apporte des résultats visibles, sans aucune volonté de comparaison terme à terme. Les classes témoin sont peu nombreuses et les populations sont parfois très différentes, ce qui explique que ces classes ont parfois de meilleurs résultats dès les pré-tests que les classes du LéA.


[1] Indices de position sociale dans les écoles de France métropolitaine et DROM https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/indices-de-position-sociale-dans-les-ecoles-de-france-metropolitaine-et-drom-version-2-1/

IPS des écoles et des collèges engagés dans le LéA



Année 1 du LéA – 2021 – 2022 – Analyse pré-test / post-test



CP : Classes LéA : 83 élèves – Classes témoin : 15 élèves

CE1 : Classes LéA : 83 élèves – Classes témoin : 18 élèves

Anatole

Le chien Anatole habite chez ses maitres, dans une grande maison, fermée par une grille. Chaque matin, il attend le voisin qui sort de chez lui et lui donne des friandises : un morceau de sucre, ou un os, ou quelques délicieuses croquettes.

Mais le voisin a déménagé hier, et aujourd’hui c’est un nouveau voisin qui sort de la maison.

Anatole s’avance vers lui pour réclamer sa friandise… mais le nouveau voisin ne comprend pas ! Alors Anatole aboie très fort.

Le nouveau voisin a peur, et s’enfuit sur son vélo. Anatole est étonné, il ne comprend pas lui non plus !

(À partir d’une idée originale de J. Mesnager)

Question : A ton avis le nouveau voisin a-t-il raison d’avoir peur ?


Commentaires :

En CP comme en CE1, les élèves des classes du LéA atteignent 50 % de réussite à cette question en post-test, ce qui représente un progrès de près de 20% pour les deux niveaux. Le pourcentage d’élèves qui ne parviennent pas à comprendre pourquoi le nouveau voisin ne devrait pas avoir peur est au moins divisé par 2 lors des post-test (scores 9 et 0) pour les élèves de LéA. On observe que les élèves de CE1 des classes témoins sont 3 fois moins nombreux à échouer lors du post-test.


CE2 : Classes LéA : 32 élèves – Classes témoin : 27 élèves

Les enfants et la sorcière

Deux jeunes enfants vivaient dans une petite maison, au bord de la forêt. Leur père était très pauvre et ils n’avaient plus rien à manger. Il ne savait plus quoi faire pour trouver de la nourriture.

Les enfants se dirent qu’ils allaient chercher à manger seuls. Ils se dirigèrent vers la forêt pour cueillir des fruits. Ils trouvèrent quelques framboises, quelques mûres, mais ils avaient tellement faim que ça n’était pas suffisant !

Ils avancèrent dans la forêt, jusqu’à une vieille cabane, dont la cheminée fumait. Après avoir frappé à la porte, et comme personne ne répondait, ils entrèrent doucement, en respirant la bonne odeur de tarte qui venait de la cuisine. À peine étaient-ils arrivés devant le four, qu’une vieille sorcière surgit derrière eux. De son doigt magique, elle immobilisa les enfants et fit tomber sur eux une cage dans laquelle elle les enferma en ricanant.

Un vieux chat noir entra dans la cuisine et vint s’immobiliser devant la cage, les regardant d’un air méchant. Les enfants étaient terrorisés. Ils se demandaient ce que la sorcière allait faire d’eux.

Elle sortit la tarte du four, la mangea sous leurs yeux, puis partit faire un tour dans la forêt, accompagnée de son chat.

Le grand-frère expliqua alors à sa sœur comment il fallait qu’elle essaie de passer à travers deux barreaux de la cage pour sortir, puisqu’elle était encore plus mince que lui. Elle réussit, alla chercher la clef suspendue au coin de la porte d’entrée et revint vite délivrer son frère.

Ils sortirent de la cabane et coururent le plus vite qu’ils pouvaient jusqu’au bord de la forêt. Ils étaient sauvés !

Question : Les enfants ont-ils raison d’avoir peur de la sorcière ?


Commentaires :

Quand il s’agit de savoir si les enfants ont raison d’avoir peur de la sorcière, on observe un net progrès pour les classes LéA (75 % -> 93 %) lors du post-test alors que les résultats sont en légère baisse pour les élèves des classes témoins.


CM1-CM2 : Classes LéA : 120 élèves – Classes témoin : 19 élèves

Histoire policière

(in Histoires Pressées de Bernard Friot, éd. Milan Jeunesse 2005)

Une puce se promenait sur le bras d’un fauteuil. Elle rencontra un long cheveu blond qui se regardait dans un miroir de poche.

– Hé ! fit le cheveu, faites donc attention où vous marchez. Surtout ne me touchez pas, ne me déplacez pas : je suis un indice !

– Un indice, qu’est-ce que c’est que ça ?

– Figurez-vous qu’un crime a été commis ici, dans cette pièce. On a découvert la victime sur le fauteuil d’en face, une balle en plein cœur. L’enquête a prouvé que l’assassin était assis sur le fauteuil où nous nous trouvons. Alors, voyez-vous, je suis extrêmement important : quand les policiers me découvriront, ils chercheront d’où je viens et, grâce à moi, ils démasqueront l’assassin ! Tout le monde parlera de moi, les journaux, la télé, je vais devenir célèbre !

– Si je comprends bien, dit la puce, on a intérêt à être chauve quand on veut trucider quelqu’un : ces bavards de cheveux sont toujours prêts à vous trahir, rien que pour se faire mousser !

Alors elle jeta la perruque bouclée qu’elle portait ce jour-là et abattit froidement le long cheveu blond d’un coup de revolver tiré en plein cœur.

Question : Relie les différents personnages sur cette image, à l’endroit où ils se trouvaient au moment du premier crime.

Question : Selon toi qui est l’assassin ?


Commentaires :

Concernant la compréhension des lieux où se trouvent les personnages au moment du crime, le progrès réalisé lors du post-test par les élèves des classes LéA est plus sensible (28 % -> 69 %) que dans les classes témoins (53 % -> 72 %). De plus, l’identification de l’assassin progresse nettement dans les classes LéA (57 % -> 77 %), au contraire des classes témoins pour lesquelles on n’observe pas d’amélioration.


6e : Pré-test : Classes LéA : 81 élèves – Classes témoin : 21 élèves
       Post-test : Classes LéA : 49 élèves – Classes témoin : 20 élèves

Longue vie aux dodos
Bertie et Félix sont deux dodos. Ils vivent paisiblement avec leurs frères dodos sur une île de l’océan Indien. Les dodos sont de gros oiseaux tranquilles qui ne peuvent pas voler.

– Tous aux abris ! cria Bertie.

Dissimulés par les arbres du bord de la plage, ils regardèrent les marins sauter des barques […].

Cette fois, ils ne se précipitaient pas comme des fous, ils n’essayaient pas de poursuivre les dodos, mais marchaient calmement parmi eux.

Tous les oiseaux, même les dodelets, s’immobilisèrent et les regardèrent tranquillement.

Bertie et Félix virent que l’un des singes semblait être leur chef. Il portait un drôle d’objet sur la tête (les dodos ignoraient ce qu’était un chapeau et un tricorne encore plus) et marchait devant les autres. Un perroquet vert était juché sur son épaule

– Cette fois, ils paraissent assez calmes, dit Félix.

– Et si, après tout, ce n’était pas eux qui avaient tué oncle Éric ? Il a peut-être succombé à une crise cardiaque due à l’affolement général.

– Et, bien sûr, il s’est plumé et rôti tout seul, dit Bertie, sarcastique.

A peine avait-il prononcé ces mots que le chef s’arrêta en désignant le dodo le plus proche. Immédiatement, un singe de mer sortit un lourd gourdin et assomma l’oiseau qui s’effondra inanimé sur le sable ; le perroquet vert poussa un grand cri.

Fascinés et frappés d’horreur, Bertie et Félix virent le chef des singes de mers désigner les oiseaux les uns après les autres. Les uns après les autres, ils étaient assommés par le gourdin. Et, chaque fois, le perroquet criait.

Quand les marins étaient revenus du premier débarquement, le capitaine du navire avait dit : « Ça ressemble à du poulet, hein ? Écoutez-moi, mes jolis. Demain nous retournerons à terre nous approvisionner, et ce sera la fête. Ce qu’on ne pourra pas manger tout de suite, on le salera et on le gardera dans le tonneau à bœuf, et vous me ferez un bel édredon avec toutes les plumes. On va commencer par deux douzaines des plus gras, qu’en dites-vous mes enfants ? » « Ouais, ouais, capitaine », cria le perroquet sur son épaule.

Ce matin-là, le perroquet lança vingt-quatre fois son cri pendant que Bertie et Félix regardaient, impuissants. Les autres dodos, immobiles, fixaient stupidement le chargement des corps de leurs compagnons sur les chaloupes. Le beau temps clair du matin avait disparu. Le vent était tombé et le ciel avait viré au jaune aveuglant.

 Question : Pourquoi Bertie dit « Tous aux abris ! » au début du texte ? rédige ta réponse.


Commentaires :

Lors du post-test, on observe un progrès significatif des élèves de classes LéA (37 % -> 53 %). Les classes témoins se rapprochent du niveau de réussite des élèves de classes LéA.

On peut aussi noter qu’un élève sur deux dans les deux types de classes est incapable de répondre à la question : « Pourquoi Bertie dit « Tous aux abris ! » au début du texte ? ».


Question : Numérote les éléments du texte dans l’ordre chronologique de l’histoire.


Commentaires :

Lorsqu’il s’agit de remettre les éléments de l’histoire dans l’ordre chronologique, les élèves des classes LéA progressent (42 % -> 55 %) lors du post-test et rejoignent ainsi le niveau de réussite des élèves des classes témoins qui n’ont pas progressé. Ce pourcentage de réussite reste néanmoins relativement faible (55 %).


Conclusion :

Nous observons tout d’abord des progrès sensibles dans l’ensemble des questions posées, de façon plus nette pour les classes LéA. Fait intéressant : à deux reprises, les élèves des classes témoins ont des résultats qui ont stagné ou régressé ; ceci n’est jamais observé chez les élèves des classes LéA.

En moyenne, les résultats ont augmenté de 20 % pour les classes LéA, alors qu’ils ont augmenté de 12 % pour les classes témoins. Les résultats moyens des classes LéA en post-test (64 %) sont 5 % supérieurs à ceux des classes témoins (59 %).

Nous notons aussi que les résultats aux évaluations menées ne sont pas significativement différents si l’on exclut les 3 écoles à IPS élevés ou faibles (ce que nous considérons comme un effet positif des formations que nous avons menées depuis de nombreuses années sur le domaine de la compréhension).

Lors de cette deuxième année d’expérimentation, nous avons déjà réalisé et analysé les évaluations de « pré-test » (en augmentant l’échantillonnage). Nous procéderons à l’analyse comparative en fin d’année afin d’observer si le travail de notre groupe de recherche / action a des effets sur les résultats des élèves, ce qui serait un indicateur de l’évolution des compétences didactico-pédagogiques des enseignants engagés.



Annexes – IPS écoles et collèges

IPS écoles – LéA

L’indice est calculé, pour chaque élève, sur la base de la profession des parents, pondérée en tenant compte de l’effet des professions et des situations sociales sur la réussite scolaire. Chaque élève se voit attribué un indice entre 38, situation la moins favorable, et 179, situation la plus favorable. L’IPS de l’établissement est la moyenne des IPS de tous ses élèves. L’IPS français moyen est de 103.

L’IPS des écoles dans le Doubs varie de 63,2 à 135.

Par rapport à l’IPS des élèves sur la France entière :

IPS collèges – LéA

Retrouvez toute l’actualité du LéA Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges



Citer ce billet
cpasteur (2023, 15 septembre). Des évaluations pour connaitre la plus-value du dispositif – LéA Circonscriptions de Besançon 2 et Besançon 3 – Collèges (ICARE). LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tne0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search