Les démarches de collaboration qui accompagnent le travail scientifique dans les LéA

Le quatrième Rendez-Vous des LéA-IFÉ s’est déroulé le mercredi 15 mars, de 13h30 à 15h en visioconférence. Il portait sur “Les démarches de collaboration qui accompagnent le travail scientifique dans les LéA”. Il s’est organisé autour de deux témoignages de LéA “mathématiques”. 

L’équipe du LéA Circonscription ASH 35, dont la recherche porte sur le rôle du corps, et plus précisément de la motricité manuelle et de l’usage des doigts dans l’accès à un codage symbolique du nombre chez des élèves en situation de handicap avec déficience intellectuelle. Elle a été représentée par Nadège Saliot (correspondante LéA) et  Hélène Hili (membre du LéA, formatrice à l’INSPÉ). 

L’équipe du LéA DuAL du cycle 3 au lycée, dont l’objectif est de développer un modèle d’enseignement fondé sur la résolution de problèmes en s’appuyant sur la dimension expérimentale des mathématiques, s’est appuyée sur le témoignage de Marie-Line Gardes (correspondante recherche) et Antoine Guise (correspondant LéA). 

Les présentations se sont organisées autour de réponses à plusieurs questions proposées en amont aux équipes :  

  • Comment la ou les questions de recherche ont été co-construites dans le LéA ?
  • Comment au sein du LéA a été partagé le cadre théorique et la méthodologie de la recherche  ? 
  • Comment les questions de recherche, le cadre théorique et la méthodologie permettent-ils de faire vivre la collaboration, la coopération dans le LéA ?
  • Comment le partage du cadre théorique et de la méthodologie favorise-t-il l’interprétation collective des données ? 
  • Comment et à quels moments de la recherche les savoirs professionnels sont-ils partagés dans le LéA ?
  • Comment ces partages renouvellent-t-ils les pratiques des acteurs du LéA ?

Nous faisons le choix dans ce compte rendu de présenter en parallèle les réponses des deux LéA aux questions posées. Plusieurs autres questions ont été abordées pendant ce rendez-vous sans être développées, notamment :

  • la question de la diffusion des ressources,
  • la question des moyens matériels (plateforme numérique pour communiquer, partager les documents…) pour faciliter la collaboration,
  • la question de l’articulation des différentes temporalités selon le rôle de chacun et la possibilité d’un temps long qu’offre un LéA.

Nous avons organisé ce compte rendu selon trois dimensions qui ont été particulièrement mises en avant dans les échanges.

Co-construction des questions de recherche

Le LéA Circonscription ASH 35 s’est construit autour d’un intérêt commun celui de faire progresser tous les élèves en calcul dans le cadre de l’école inclusive. Nadège Saliot était alors conseillère pédagogique de circonscription (CPC ASH) et travaillait avec des enseignants spécialisés “experts” pour qui la formation continue classique ne correspondait plus aux besoins. Le LéA s’est constitué autour de ces enjeux, en regardant plus particulièrement l’usage des doigts en mathématiques pour les élèves déficients intellectuels.

Les thèmes et objets de travail ont ainsi été définis : 

  • caractériser les relations entre l’usage des doigts, le développement moteur et la performance en calcul chez des élèves qui présentent un développement intellectuel atypique ;
  • concevoir et mettre en œuvre une séquence d’enseignement d’utilisation des mains en mathématiques pour construire le nombre et aller vers l’arithmétique ;
  • mettre en place un dialogue entre les approches didactique et psychologique dans le champ de l’éducation inclusive.

De son côté, le LéA DuAL du cycle 3 au lycée a été créé en appui sur le groupe IREM DREAM (Démarche de Recherche pour l’Enseignement des Mathématiques) auquel participent, depuis une quinzaine d’années, en inter-métiers des chercheurs, formateurs, enseignants du 1er et 2nd degré. Le LéA, constitué de trois établissements du 2nd degré et d’une école élémentaire de la Drôme, explore en contexte ordinaire les conditions et les contraintes d’un enseignement des mathématiques via la résolution de problèmes. Deux axes sont choisis pour mener cette investigation : 

  • Axe Apprentissage : Quelles connaissances et compétences mathématiques se développent chez des élèves dans un tel enseignement ?
  • Axe Enseignement et formation : A quelles conditions est-il possible de fonder son enseignement sur cette démarche ? Quelles caractéristiques d’un dispositif d’accompagnement permettent d’aider un enseignant, sur le terrain, à mettre en place ce type d’enseignement ?

Devenir LéA a imposé au groupe IREM un changement d’échelle qui a rendu nécessaire la réorganisation du travail. Pour rester au plus près des pratiques, il a été décidé de créer des mini-labos dans chacun des établissements associés. Dans un mini-labo sont rattachés les enseignants de l’établissement et un chercheur. Les enseignants qui étaient déjà membres de l’équipe DREAM sont des “pair-experts”, ils y ont des rôles de passeurs. Les trois questions de recherche n’y sont pas toutes étudiées, elles sont choisies en fonction du contexte des établissements. 

Organisation d’une interprétation collective des données pour développer une culture commune et un langage commun 

Pour mettre en place la collaboration dans le LéA Circonscription ASH 35, chercheurs, formateurs et enseignants spécialisés, ont partagé le cadre théorique et les résultats d’une recherche antérieure, menée en Cycle 1, à laquelle Hélène Hili et Nathalie Bonneton Botté ont participé (respectivement une formatrice en mathématiques et une chercheure). L’objectif était de se créer une culture et un langage commun. 

Pour le LéA DuAL du cycle 3 au lycée, les travaux conduits dans le groupe IREM DREAM s’appuyaient sur un cadre théorique partagé, celui de la Théorie des Situations Didactiques (Brousseau 1998). Il a été présenté aux nouveaux membres du LéA. 

L’équipe du LéA Circonscription ASH 35 a conçu des séquences d’enseignement et élaboré des pré-tests pour les élèves qui allaient participer au dispositif. L’investissement de tous les membres du collectif était requis et chacun a été porteur d’idées, que ce soit pour le partage d’apports théoriques que pour la réflexion sur la méthodologie de la recherche qui s’est affinée avec la  mise en place des pré-test. Hélène Hili précise que cela n’empêche pas chacun d’avoir des compétences spécifiques et sur certains points des prérogatives. Par exemple, le premier recueil de données a été traité par la chercheuse alors que l’analyse a été portée par toute l’équipe. En année 2 du LéA ASH, la participation à des colloques scientifiques (Colloque Sfère, Rencontre internationale LéA) a aidé et accéléré la structuration des idées. L’approfondissement théorique de points plus particuliers portant sur certaines spécificités des élèves, a alors éloigné certains acteurs de leur pratique ordinaire. Cela a compliqué un peu le travail du LéA, d’autant plus qu’avec la pandémie, les réunions continuaient à distance. Mais le groupe a toujours été attentif à ce que deux mondes ne se créent pas dans le collectif. Les nouveaux objets ont été systématiquement discutés et partagés par tous pour enrichir le langage commun du LéA. 

Dans le LéA DuAL du cycle 3 au lycée, le choix des méthodes pour étudier les questions de recherche dans le LéA a été source de nombreuses discussions et de recherche de compromis. Il y avait d’un côté l’ingénierie didactique pratiquée dans le groupe IREM pré-existant (méthodologie qualitative de recueil de données, pour expliquer des phénomènes d’enseignement apprentissage) et de l’autre la méthode expérimentale promue par le CSEN (méthodologie quantitative de recueil de données, mesurables avec une “preuve” de ce que serait l’“efficacité” de la “bonne pratique” et nécessitant souvent un groupe contrôle). L’équipe du LéA DuAL du cycle 3 au lycée s’est entendue pour mettre en place une ingénierie didactique et en même temps de garder des traces quantitatives à l’aide de pré-test et post-test pour avoir des données mesurables. Toute l’équipe a participé ensuite à la construction de ces tests, nécessitant la mise en discussion des outils théoriques : comment les construit-on ? quelle va être la portée des résultats ? Avoir pris le temps de chercher un compromis a permis d’engager une partie du groupe ensuite dans l’analyse de ces données quantitatives. 

Faire vivre un travail de lecture et d’écriture pour impulser un travail de recherche

Les deux équipes ont témoigné de l’importance de trouver des opportunités pour communiquer à plusieurs voix. Le LéA Circonscription ASH 35 a fait des présentations en équipe aux mercredis de l’APMEP et aux midis de l’INSPÉ. L’équipe a co-rédigé un article pour la revue professionnelle Au Fil Des Maths. Tous les acteurs ont pu parler des travaux du LéA à égale qualité de prise de parole ce qui a permis à chaque fois de renforcer la cohérence du groupe. Dans le LéA DuAL du cycle 3 au lycée une rencontre annuelle est organisée en mai avec l’ensemble des acteurs. Cette journée du LéA permet d’échanger autour du travail réalisé. Certains membres, chercheurs et enseignants, ont participé au colloque de l’espace mathématique francophone (EMF 2022) à l’étranger pour partager les résultats de la recherche. Un article est aussi en cours de co-écriture.

Pour conclure :  le collectif dans un LéA 

Dans le LéA Circonscription ASH 35, on parle de “travailler ensemble” (pour éviter la polysémie de collaboration, coopération). Ce qui fait fonctionner le groupe est le fait d’être en relation symétrique, horizontale. La présence de chacun est indispensable à chaque fois et toutes les réunions concernent tout le monde. Le groupe vise la mise en place d’une intelligence collective qui permet de dépasser les champs professionnels de chacun. 

Cette volonté d’être ensemble dans toutes les réunions est aussi très présente dans le LéA DuAL du cycle 3 au lycée. Pour une personne extérieure au LéA qui entrerait dans une réunion du LéA, il ne serait pas simple de savoir qui sont les enseignants et les chercheurs.

 

 

Retrouvez toute l’actualité du LéA Circonscription ASH 35 1D ESMS

Retrouvez toute l’actualité du LéA DuAL – du cycle 3 au lycée



Citer ce billet
équipe des léa (2023, 7 avril). Les démarches de collaboration qui accompagnent le travail scientifique dans les LéA. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tncs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search