Quand on chasse l’asymétrie des acteurs de recherche collaborative par la porte, revient-elle par la fenêtre ?

Alexis Vachon, correspondant LéA du LéA Réseau de professeurs de collèges et lycées – France, nous partage ses impressions sur la journée de Rencontre Internationale 2023.

Lors de la Rencontre internationale des LéA-IFÉ de 2023 ont été développées les thématiques du développement professionnel dans le cadre des recherches collaboratives et les difficultés d’une démarche inter métiers. Si toutes les recherches engagées s’intéressent à des questions d’apprentissage et d’enseignement, il est intéressant d’observer le développement professionnel issus du dispositif des lieux d’éducation associés. C’est donc l’objet qui a été choisi dans le cadre de cette rencontre.

Lors de la première conférence sur « Les dessous du dialogue en collectifs métiers : quelques facteurs de collaboration « inter » pour un développement professionnel. »  Caroline LetorProfesseure, Gestion de l’éducation et de la formation, Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, a explicité les principes et difficultés rencontrées lors de recherches collaboratives. Notamment, l’asymétrie possible qui s’établit entre enseignants et chercheurs et le développement professionnel induit par ce type de collaboration.

Ces idées ont été développées de façon complémentaire lors de la deuxième conférence « Le dialogue professionnel : ses attendus, ses inattendus et ses développements potentiels. »  de Bernard ProtMaître de conférences, membre de l’équipe psychologie du travail et clinique de l’activité, Centre de recherche sur le travail et le développement, CNAM. Au prisme des concepts d’analyse du travail à la croisée des chemins entre la psychologie et l’ergonomie, Bernard Prot, à travers une situation décontextualisée dans le domaine de la production de pièces ferroviaires, a décrit cette asymétrie, qui même invisible, s’établit entre des acteurs qui collaborent lors de réalisations communes. Il nous est apparu, dans le contexte décrit, qu’apparaissait de manière tangible cette asymétrie, avec une verticalité entre le grutier et l’agent au sol.

Plus tard dans la matinée, des sessions de communication avaient pour vocation de donner, sur la thématique du développement professionnel, une vision pragmatique dans le réel de l’activité des LéA.

J’ai pu assister à ces trois communications parmi les vingt-six proposées lors de cette journée :

 Un enchaînement intéressant de trois témoignages de LéA, le premier sur les mathématiques, le second sur les langues en lycée professionnel puis le dernier sur le conflit socio-cognitif dans le travail collaboratif en lycée. Les collègues impliqués ont mis en exergue cette thématique du développement professionnel, le premier LéA du côté des outils produits pour l’apprentissages des élèves et de la montée en expertise des enseignants pour les produire. Les représentants du LéA Réseau CAPture en lycées professionnels – Aix-Marseille ont quant à eux souligné la production d’outils pour les enseignants, leurs réutilisations par les formateurs et pilotes pour accompagner le développement professionnel. Enfin, les représentants du LéA Classes coopératives Lycée Feyder (93) ont explicité les différentes dimensions du développement des compétences professionnelles (sociales, personnelles…) des praticiens dans le cadre de leurs travaux. Ces dimensions ayant fait l’objet d’un questionnaire.

Il m’est apparu intéressant de mettre en miroir les conférences de Caroline Letor et Bernard Prot et les trois communications auxquelles j’ai assisté. Tandis que les conférences abordaient la question du développement professionnel des acteurs et celle de l’asymétrie qui peut exister entre les acteurs. Les trois communications auxquelles j’ai assisté ont abordé la question du développement professionnel des enseignants sans parler du développement professionnel des chercheurs.

Ne sommes-nous pas retombés, comme un pied de nez aux conférences, dans le piège de l’asymétrie des acteurs ? Le développement du chercheur est-il un enjeu envisagé dans le cadre d’une recherche collaborative ?

Je ne m’étais encore jamais posé la question dans le cadre de notre propre LéA, voilà donc matière à nourrir nos prochains échanges collaboratifs…

Retrouvez toute l’actualité du LéA Réseau de professeurs de collège et lycée, France


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexis Vachon (4 juillet 2023). Quand on chasse l’asymétrie des acteurs de recherche collaborative par la porte, revient-elle par la fenêtre ? LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tndl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search