Diffuser un journal philosophique au cycle 3

Les membres du Léa Réseau écoles-collèges Maine et Loire présentent un outils de valorisation des écrits philosophiques des élèves impliqués dans la recherche collaborative.

1°) Naissance du projet

Les 28 élèves du Collège de Pierre et Marie Curie font partie de la classe « philosophie ». Tous les lundis, le cours de français du moment est rattaché à une problématique philosophique ; par exemple : « Peut-on aimer un monstre ? » en lien avec l’objet d’étude « le monstre aux limites de l’humain » et la lecture de contes. Alors que les élèves de 6e sont très impliqués dans le projet philosophie, ils se battent pour « lire leurs textes » ou « rendre leurs cahiers » pour être lus. Comment valoriser ces écrits ? Que faire des écrits philosophiques à l’issue des séquences ?

2°) Organisation

En mars, il y a la semaine de la presse. Il est proposé aux élèves de créer un journal. Une heure de conférence de presse est organisée en salle multimédia.
Il s’agit de déterminer tous ensemble :

  • Le lectorat du journal
  • Le titre du journal
  • Le sujet du 1er numéro
  • Les rubriques
  • Les tâches à accomplir

Le professeur prend note des idées sur le tableau interactif.

Au bout de 20 minutes, les élèves ont proposé plusieurs titres. Après un vote, il est décidé de conserver le titre « Philomag » qui existe déjà par ailleurs (revue philosophique pour les adultes) et de transformer le titre « petits, mais déjà de grands philosophes » en slogan. La liste des rubriques est complète, chaque élève s’est positionné sur une tâche à accomplir (dessin du logo, dessin de la une, sommaire, rédaction des articles…). Deux élèves proposent d’écrire aux CM pour les faire participer et se penchent sur la rédaction d’une lettre. Les élèves ont quarante minutes pour arriver au bout de leur tâche. Ils ont le droit d’enregistrer leur projet sur e-lyco (ENT des lycées et des collèges des Pays de la Loire) pour le terminer à la maison pour la semaine suivante.

3°) Un projet chronophage ?

          Le but n’est pas de créer du contenu, mais de mettre en valeur les traces écrites dans les cahiers. Il s’agit donc de sélectionner les textes dont les élèves sont les plus fiers et simplement de les taper. Les élèves ont la liberté totale des supports utilisés. Certains utilisent des logiciels que l’enseignant ne maîtrise pas (ex : OpenOffice Draw). L’idée est d’être efficace. Les élèves très autonomes sont favorisés pour la découverte de nouveaux outils (type nuage de mots ou mots croisés…).

Pour l’enseignant, il y a une heure de mise en page pour uniformiser l’objet, scanner certains éléments comme le débat dessiné, préparer la Une avec Canva.

Vingt minutes seront prises la semaine suivante pour faire valider le numéro par les élèves à partir d’un exemplaire projeté au tableau. L’objet final est un peu artisanal, mais il remplit parfaitement sa mission de diffuser les idées philosophiques en dehors de la classe.

4°) Diffusion

          Le journal est diffusé en ligne sur le blog du collège. Quatre numéros papiers sont imprimés pour être diffusés : aux familles, au CDI, à la classe de CM2 de Mme Rethoré, à la médiathèque de Chemillé.

5°) Bilan

  • Engagement : Les élèves sont très motivés par le journal. La moitié choisit de continuer à la maison, la moitié a terminé en fin d’heure. Pour les deux numéros, tous les élèves iront au bout de la tâche pour laquelle ils se sont engagés.
  • L’attention et la relecture sont de grande qualité : les élèves font des remarques sur : la mise en page, les fautes d’orthographe et de syntaxe, les illustrations qui ne correspondent pas au texte, l’importance des codes couleurs pour distinguer dates et mots difficiles…
  • Publication : les élèves sont aussi sensibilisés au droit à l’image et à l’importance de ne pas faire de copier-coller. Ils comprennent l’importance du destinataire : adaptation des illustrations, du vocabulaire…
  • Estime de soi : les élèves admirent les pages de chacun. Le journal est un bel objet qu’ils ont construit du début à la fin. Ils en sont très fiers. L’idée d’inviter les CM à participer au journal est une vraie plus-value. Elle les situe dans une « communauté de philosophes ». Les élèves ont tout de suite proposé de participer à un concours. Finalement, leur enthousiasme sera récompensé, car ils gagneront le prix « coup de cœur » du concours Médiatiks 2023 pour un journal imprimé.
  • Recontextualisation : Lire les écrits des CM permet aussi de fréquenter des textes philosophiques sur un autre thème et d’y retrouver les compétences et les habiletés de pensées dans un autre contexte.

          Finalement, le journal fait évoluer la pratique philosophique. Pour le second numéro, certains élèves choisissent d’approfondir leurs recherches sur les héros, d’autres, de refaire un débat à trois voix. La prise en note du travail sur les habiletés de pensée a évolué, afin d’être mise en valeur dans le journal.

La limite est le coût du papier. Il est regrettable que chaque élève n’ait pu disposer d’un numéro du journal.

Philomag n°2

Justine Juret, professeur de français au collège Pierre et Marie Curie de Chemillé,

membre du Léa Réseau écoles collèges Maine et Loire

 

 

Retrouvez tous les articles de blog du LéA Réseau écoles collèges Maine-et-Loire



Citer ce billet
srethore (2023, 21 juin). Diffuser un journal philosophique au cycle 3. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tndj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search