Journée LéA DuAL – 26 mai 2023

Dans la foulée de la rencontre internationale des LéA-IFÉ du mercredi 24 mai, le LéA DuAL – du cycle 3 au lycée a organisé sa journée de rencontres pour permettre à chaque mini-labo engagé dans le projet de partager et présenter son travail.  Dix-huit personnes étaient présentes autour de la table pour suivre les présentations, débattre des résultats obtenus… mais ne nous voilons pas la face, tous étaient venus pour le pique-nique dans le jardin de l’ENS !!

La journée commence avec un petit accueil sucré, du café et un excellent cake aux amandes préparé par Gilles. Après un rapide tour de table, c’est au mini-labo de Pierrelatte (académie de Grenoble) d’ouvrir le bal des présentations. Au menu, un retour sur les contenus et travaux réalisés ces trois dernières années, notamment autour de la dimension expérimentale et de la preuve en mathématiques. Si la possibilité d’expérimenter s’est ancrée de plus en plus chez les acteurs de ce mini-labo (enseignants puis élèves), la nécessité de produire ou approcher par des preuves les conjectures émises se fait de plus en plus sentir. Les retours témoignent d’une évolution positive des élèves sur la nécessité de raisonner et de prouver. Et ensuite… ? Un travail doit être engagé pour sensibiliser les professeurs à cette pratique d’enseignement. Un travail de sensibilisation et de diffusion avec les enseignants du secteur va s’engager avec l’aide précieuse d’Anne-Christelle. 

Des discussions, une pause café, et on s’y remet avec la présentation du mini-labo de Rennes. Agnès Viry présente ce mini-labo qui a intégré le LéA DuAL l’année dernière. Il est intégré dans le plan de formation continue (intégré au 18h annuelles de formation), une quinzaine de personnes sont impliquées dont 11 enseignants du cycle 3 répartis sur 5 écoles différentes. Durant ces deux années, trois situations ont été proposées aux élèves :

– année 1 : « plus grand produit », « somme des dix » et « château de cartes »

– année 2 : « plus grand produit », « les régions du disque » (version remaniée et adaptée au cycle 3) et « château de cartes »

Les retours de ces expérimentations et les échanges qui ont suivi se sont focalisés sur la nécessité d’avoir des analyses de procédures d’élèves de cycle 3 pour mieux les anticiper, sur l’aide à apporter aux enseignants qui se sentent fragiles en mathématiques (vulgarisation des analyses mathématiques par exemple), sur la clarification des notions qui peuvent émerger en fonction du niveau de la classe, sur l’accompagnement possible (nécessaire ?) lors des phases de mise en commun en classe et des séances qui suivent…

On termine la matinée avec une analyse statistique illustrée des données récoltées dans le questionnaire « Image des mathématiques ». Plus de 300 élèves interrogés  du cycle 3 au lycée sur des questions portant sur leur vision des mathématiques vues comme une discipline à part entière et vues comme une activité scolaire. Pour nous aider à faire des statistiques comme il se doit, nous avons sollicité l’aide précieuse d’Antoine Rolland, maître de conférence à Lyon 2 en statistiques. L’analyse a été confrontée au modèle théorique de Bishop et nos hypothèses de travail sont les suivantes :

– les composantes « progrès » « empirisme » et « ouverture » du modèle favorisent l’apprentissage des mathématiques autres que procédurales.

– les élèves voient mieux les côtés empiriques, progrès et ouverture des mathématiques dans un contexte d’enseignement par la recherche de problème.

L’analyse menée montre  un léger basculement du « contrôle » vers le « progrès » et du « rationalisme » vers « l’empirisme ». La composante « mystère » n’apparaît pas (ni en début d’année ni en fin d’année) et la composante « ouverture » augmente entre septembre et juin. Quoi qu’il en soit, les élèves ont bien l’impression d’apprendre et de comprendre des mathématiques.

Après toutes ces données chiffrées, une pause pique-nique dans le jardin de l’ENS était bien méritée.

L’après-midi était plus orienté vers le second degré. On commence avec le mini-labo Duchère Ampère qui présente principalement l’analyse faite sur les pré-tests et post-tests réalisés autour de 3 situations de recherche en classes de seconde : les nombres trapézoïdaux, après la virgule et le problème de l’échange. Pour rappel, le principe est de proposer aux élèves un test avant et un test après (le même) une séquence fondée sur la résolution d’un problème et de vérifier si – à travers cette séquence – les élèves ont bien appris les mathématiques présentes dans les programmes. Le test est construit à partir des connaissances et capacités présentes dans les programmes (dans l’année n-1 et dans l’année n) et potentiellement abordées lors de la résolution de ce problème. 

Difficile de transmettre les conclusions en quelques lignes mais on peut tout de même préciser que les élèves apprennent bien des mathématiques lors d’un tel enseignement. Cette progression est plus ou moins marquée selon les classes et selon les thèmes mais un tel dispositif ne peut pas être considéré comme contre-productif vis-à-vis des attendus institutionnels.

Pour terminer le mini-labo Lagrange- Paul Émile Victor est revenu sur son travail autour de plusieurs thèmes :

– une analyse (plus qualitative) de l’évolution des connaissances des élèves à l’aide de pré-test et post-test à laquelle on peut conclure que les élèves ont également progressé.

– une présentation du retour d’expérience de Thomas dans le dispositif au cours de ces trois années, de son évolution et des outils et facteurs qui ont permis cette évolution et cette appropriation du projet.

– un retour sur des séquences construites autour de plusieurs problèmes (triangles rectangles entiers, recherche statistiques etc.), pour répondre aux exigences de différents projets interdisciplinaires, avec des mises en œuvre à adapter du cycle 4 au cycle 3 en passant par des élèves allophones, ce qui ouvre à des questions concernant la phase d’institutionnalisation en cas de prolongements sur des notions multiples, l’intérêt de fiches méthodes pour les élèves,…

La journée se termine et ce sont les dernières semaines d’existence pour le LéA DuAL… Place désormais au LéA Ecl@Maths qui va prendre la suite pour les trois prochaines années !!! Tout le monde est plus motivé que jamais pour continuer le travail engagé, l’approfondir et l’ouvrir à de nouvelles perspectives.

Bel été à tous et à la rentrée prochaine.

L’équipe DuAL

Retrouvez toute l’actualité du LéA DuAL – du cycle 3 au lycée



Citer ce billet
Gilles Aldon (2023, 19 juin). Journée LéA DuAL – 26 mai 2023. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tndh

Gilles Aldon

http://eductice.ens-lyon.fr/EducTice/equipe/membres/permanents/gilles-aldon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search