Paroles d’enseignants – LéA Circonscriptions de Besançon 2 et Besançon 3 – Collèges (ICARE)

Le projet du LéA circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges (ICARE) est centré sur l’observation des gestes didactiques mis en œuvre lors des séances de compréhension en lecture. Il vise à accompagner les enseignants du CP à la 6ème en leur apportant des outils d’observation et des critères à partir de la recherche en développant trois hypothèses :
– Les gestes qui favorisent les interactions, qui ouvrent un espace de réflexion, faciliteraient les apprentissages et les progrès des élèves dans le domaine de la compréhension en lecture.
– Ces gestes pourraient devenir des objets de formation.
– Une formation fondée sur les gestes didactiques permettrait des changements et une amélioration des résultats des élèves.

Séance plénière du 5 juillet à Besançon

A l’issue de notre première année de réflexion et d’expérimentation du dispositif “Pas à Pas”1 proposé par Marie-France Bishop dans le cadre du LéA circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges (ICARE)2, nous nous sommes réunis en séance plénière pour établir un premier bilan d’étape au mois de juillet 2022. Cette réunion regroupait l’ensemble des professeurs des écoles de cycle 2 et cycle 3 et des professeurs de collège, des formateurs, inspecteurs du 1er degré et conseillers pédagogiques et de la chercheure investis dans ce dispositif.

Le Pas à Pas est considéré comme un levier devant permettre aux élèves de faire émerger des compétences métacognitives liées à la compréhension de textes lus et entendus. Il s’agit
pour le groupe de travail d’éprouver ce dispositif et de conscientiser les gestes didactiques3 mis en œuvre qui lui donneront toute sa pertinence. Lors de cette réunion, nous avons laissé
les enseignants s’exprimer sur leurs premières expériences à partir de quelques questions dont voici la synthèse.

Des constats généraux partagés

  • L’engagement des élèves dans l’activité de compréhension est renforcé lorsqu’on segmente le texte à partir des nœuds de compréhension. Cette activité se transforme en une
    démarche d’investigation source de motivation.
  • La permanence du cadre didactique favorise l’enrôlement des élèves dans la tâche et elle leur permet plus largement de donner du sens à l’activité.

Quels progrès avez-vous constatés chez vos élèves ?

  • Le développement de la capacité à débattre ensemble, s’écouter, argumenter y compris dans d’autres domaines disciplinaires.
  • La construction et le renforcement de compétences langagières pour raconter, justifier son propos.
  • La capacité à questionner le texte tout au long de la lecture : les élèves sont en alerte. Ils reviennent sur leurs premières élaborations et les révisent.
  • Un déplacement du contrat didactique habituel qui est : « trouver les bonnes réponses » vers un objectif partagé :« devenir un lecteur flexible et stratège ».
  • Les élèves manifestent une écoute soutenue de leurs pairs, de l’adulte.
Modélisation de l’action conjointe

Qu’est-ce qui fait progresser vos élèves ?

Les temps de recueil d’hypothèses permettent à nos élèves d’apprendre à s’écouter, à justifier leurs propos, ceci sous certaines conditions :

  • Poser un cadre pertinent et sécuriser l’atmosphère dialogique.
  • Rappeler les règles avant et au cours des échanges.
  • Mobiliser des gestes d’atmosphère4
    -Utiliser un vocabulaire précis pour les relances (les paroles des enseignantes déclenchent une activité intellectuelle).
    L’action conjointe5 mise en œuvre dans les différentes séquences permet de réduire les hypothèses fantaisistes à condition de :
    -Utiliser un tableau donné ou construit avec les élèves qui permet de catégoriser les hypothèses (fortes, faibles ou fantaisistes), par des mots ou par
    des gestes.
  • D’opérer et d’encourager le retour au texte pour justifier, trancher, réviser.
  • Projeter le texte au tableau et le distribuer aux élèves.

Quels gestes vous ont semblé fondamentaux pour faire progresser vos élèves ?

Dans la préparation de la séance, il semble nécessaire de :

  • Anticiper les outils nécessaires.
  • Lire et préparer (collectivement) les textes.
  • Anticiper les modalités d’interrogation et de relance.
  • Mettre en lien l’oral et l’écrit.
  • Prévoir un temps de contextualisation du texte pour créer un horizon d’attente et renforcer les compétences référentielles et lexicales des élèves. Cette réflexion est reprise du point de vue des formateurs qui ont contribué à la mise en place des Pas à Pas en classe et à leur observation. Dans le cadre de la préparation, elle devient efficiente à condition de :
  • Bien définir les objectifs assignés aux séances et les avoir constamment en tête : comprendre le texte mais aussi apprendre à comprendre.
  • Identifier les noeuds de compréhension et élaborer les questions inférentielles à plusieurs : équipe complète ou équipe de cycle.
  • Garder et exploiter des traces de l’activité des élèves (hypothèses, bulles de pensées, appréciations…).
    Lors de la mise en débat des élèves, il semble important d’ouvrir un espace de réflexion sous certaines conditions :
  • Conscientiser les microdécisions et les gestes didactiques liés : se mettre en retrait, pointer des éléments du texte, relancer, renvoyer au groupe, faire justifier, demander aux élèves de se représenter le récit (faire le film), écrire les relances en amont, laisser un temps de réflexion avant de solliciter les élèves.
  • Faire émerger au cours des échanges et/ou institutionnaliser en fin de séance les procédures.
  • Après une question, utiliser le passage à l’écrit (et dessin) pour permettre à l’enseignant d’évaluer la compréhension en cours d’élaboration des élèves. L’écrit évolutif de
    la pensée de l’élève peut devenir un outil pour montrer sa flexibilité mentale.

Quelles sont les difficultés rencontrées et comment s’en emparer ?

  • Quelques élèves peinent encore à comprendre. Comment s’en préoccuper et ne pas les laisser sur le bord du chemin ?
  • Certains petits parleurs n’ont pas osé s’exprimer.
  • Les élèves n’investissent pas tous encore totalement cette nouvelle posture de lecteur.

Les enseignants ont commencé à investir le dispositif Pas à Pas tant au niveau du support didactique qu’au niveau des gestes professionnels et didactiques qu’il implique. Certains de
ces gestes auront besoin d’être affinés pour en mesurer la pertinence dans le cadre de ce dispositif ce qui fera l’objet de notre travail dans les années 2 et 3.

___________________________________________________________________________________

1 Marie-France Bishop, Aider à comprendre, deux canevas d’enseignement de la compréhension au cycle 2, forumlecture.ch, 3. (2018), Récupéré sur le site de la revue: .
2 Le LéA Icare a débuté en septembre 2021, à Besançon.
3 Françoise Morel et al., « Décrire les gestes professionnels pour comprendre des pratiques efficientes », Le français aujourd’hui 2015/1 (n° 188), p. 65-77.

4 Dominique Bucheton et Yves Soulé, « Les gestes professionnels et le jeu des postures de l’enseignant dans la classe : un multi-agenda de préoccupations enchâssées », Éducation et didactique, 2009,v (n°3), p.29-48.
5 Gérard Sensevy, « Le travail du professeur pour la théorie de l’action conjointe en didactique », Recherche et formation, 2008, (n°57), p.39-50.

Retrouvez toute l’actualité du LéA-IFÉ Circonscriptions Besançon 2 et 3 – collèges



Citer ce billet
emaire (2023, 2 juin). Paroles d’enseignants – LéA Circonscriptions de Besançon 2 et Besançon 3 – Collèges (ICARE). LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tndb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search