Le LéA Réseau des écoles collège à Saint-Laurent du Var 06 invité à la journée de la recherche à l’INSPE de l’académie de Nice sur le thème de l’évaluation bienveillante

Le 3 mai dernier les acteurs du LéA Réseau des écoles collège à Saint-Laurent du Var 06 et leur délégation composée d’Alexandra EXIGA en SVT, Marie-Noëlle BAYET, CPE, et la direction du collège rencontraient les étudiants de master 1 MEEF de l’INSPE de l’académie de Nice dans le cadre de la journée de la recherche, en lien avec la thématique de l’évaluation.

C’est tout naturellement que les collègues se sont exprimés sur leurs pratiques pédagogiques et éducatives accordant une place particulière aux rituels scolaires permettant de limiter le stress ou l’anxiété ressentis par près de 51 % des élèves  du point de vue du récent rapport de consensus du CNESCO sur le sujet.

Les étudiants étaient venus nombreux pour assister à cette journée thématique valorisant les récents travaux de chercheurs en éducation. Les 40 minutes d’échanges ont permis d’exposer quelques exemples et constats en lien avec l’évolution de la forme scolaire traditionnelle, soutenue dans le projet scientifique du LéA sur le bien-être scolaire et la bienveillance éducative, pour une entrée facilitée dans les apprentissages.

Vous pouvez accéder à l’enregistrement en podcast vidéo de ces fructueux échanges : Podcast UCAPOD 

A. Exiga, M-N Bayet et M. Ighzernali

Témoignages des actrices du LéA

En SVT, parole donnée à Alexandra EXIGA

Je suis enseignante en SVT et comme tout le monde, j’ai vécu le stress de l’examen, de l’évaluation et mes élèves le vivent encore aujourd’hui. La peur de l’échec, la peur de se tromper, de dire une mauvaise réponse, du jugement aussi. Alors j’ai réfléchi à comment diminuer ce stress, comment essayer de réguler un petit peu toutes ces émotions qui sont négatives.

Et donc j’ai réfléchi à la question, j’ai lu et j’ai découvert une pratique, celle de la cohérence cardiaque ou respiration synchronisée qui requiert de pratiquer une respiration très lente. Il s’agit de prendre de grandes inspirations et de grandes expirations sur cinq secondes pendant environ cinq minutes, en se concentrant sur son souffle, sur son rythme cardiaque. Sur internet j’ai trouvé quelques vidéos que j’ai un petit peu adaptées pour mettre des messages positifs.

Les élèves ne connaissaient pas du tout cette pratique. Il a ainsi fallu leur expliquer comment ils devaient faire, ce qu’ils devaient ressentir, sur quoi ils devaient se concentrer. Et je n’exerce pas cette pratique exclusivement avant les évaluations. Je la mets en œuvre aussi avant mon cours : cinq minutes en début de séance, justement pour les reconcentrer, les calmer, les apaiser surtout avant un contrôle. Cela marche encore plus avant un contrôle parce qu’ils savent qu’il y a un enjeu véritable, car pendant une séance classique ils sont souvent déjà particulièrement attentifs, concentrés.

Alors certains se concentrent sur leur respiration, pour essayer de se calmer, certains d’entre eux ferment les yeux, d’autres posent la main sur leur cœur pour sentir leur cœur battre. Ils s’efforcent de ralentir leurs respiration et rythme cardiaque pour être le plus serein possible au moment de l’évaluation.

Donc voilà, c’est quelque chose qui est prouvé scientifiquement, ce n’est pas juste une lubie comme ça. Non, non, il y a vraiment des études qui montrent que réellement il y a une synchronisation entre le rythme cardiaque et la respiration et que le fait de diminuer le rythme cardiaque, et bien ça va justement diminuer les hormones du stress à l’intérieur du corps et donc forcément apaiser la personne qui le pratique.

Alors, je mets en œuvre ce petit rituel et puis je leur demande de sortir leur matériel, avant le contrôle pour être sûr qu’ils soient prêts, et une fois que la petite vidéo est terminée, ils sont déjà en condition et leur feuille est déjà sortie. Ils n’ont pas besoin de chercher, de se dire «mince, j’ai oublié ma feuille, je n’ai pas fait la présentation…» ; tout est déjà prêt.

Ils sont dans les conditions optimales pour faire leur évaluation.

Ensuite, en fin d’évaluation, on a toujours des élèves qui ont besoin de temps supplémentaire. Et donc le problème, c’est comment gérer cela ? Alors, certains professeurs enlèvent des questions. Moi j’ai le temps : la chance en SVT, est que ces évaluations ne durent qu’une demi-heure sur 1 h de cours.

Mais comment occuper les élèves qui ont fini, qui attendent ; et comment éviter les bavardages ?

J’ai eu l’idée de leur mettre à disposition des petits mandalas avec des messages positifs, un peu cachés, un peu subliminaux à l’intérieur du mandala : ait confiance en toi, etc… Et le fait de se concentrer sur le coloriage, comme ce sont des petits carrés, des petites formes géométriques, du coup ça aussi ça permet de sortir de leur évaluation, cela les aide à passer à autre chose et à se relaxer avant la correction.
J’ai la chance d’avoir une grande salle de sciences avec des paillasses sur roulettes. Ceci m’a permis de réaménager l’organisation de ma salle. J’ai pu dégager un petit coin au fond où j’ai installé une petite pelouse synthétique, une petite table basse et des coussins.

Bien sûr, je ne l’utilise pas seulement au moment des évaluations : mais aussi quand un élève a besoin de s’isoler et qu’il veut travailler à autre chose ou faire son mandala. J’ai également une petite bibliothèque avec des livres de SVT adaptés aux enfants sur la biologie et la géologie. Ils peuvent donc prendre un livre, s’ils veulent se détendre, ou même prendre leurs propres livres, ou encore prendre des devoirs à faire pour s’avancer. Ils peuvent aller librement dans ce petit espace pour couper avec l’évaluation, pour évacuer le stress engendré. Voilà, ce n’est rien d’extraordinaire, mais c’est pour répondre et être attentif à leurs besoins.

Pendant ce temps, je peux vérifier que tout est bien compris, s’ils ne comprennent pas certains termes. Etre disponible pendant l’évaluation, circuler entre les tables pour la reformulation, pour leur dire «mais rappelle-toi ça, on l’a vu en classe, on a fait le cours là-dessus, rappelle-toi, on a fait un TP là-dessus, on a fait une manipulation là-dessus.» Et là, surtout pour les manipulations, ils disent «ah oui, là, ça oui, je m’en souviens !“, et ça fait un éclair dans leur cerveau, ils arrivent alors à retrouver le lien. Sous l’effet du stress, ils se déconnectent parfois de leurs connaissances. Le fait d’être là, d’être rassurant et d’être à leurs côtés en disant “si, rappelle-toi, tu l’as vu, n’aie pas peur, tu connais ton cours, il n’y a pas de raison que tu n’y arrives pas”. Et juste ça, ce ne sont quelques paroles et ça leur suffit pour relancer la machine.

Parole donnée à Marie-Noëlle BAYET, CPE

Voilà, le mot d’ordre, c’est la sécurisation et les élèves maintenant ne peuvent pas concevoir une autre façon de faire. Ils se sentent en sécurité, car le projet tel qu’on l’a présenté et tel qu’on le travaille avec eux en fait nos partenaires et ils viennent nous dire “mais là ce n’est pas comme ça que ça pourrait se faire. Ce qui serait bien, c’est que ça puisse se faire comme en SVT ou comme en anglais”. Et donc dans le cadre du travail que je fais avec les élèves de la convention du Conseil de la vie collégienne, il y a un groupe d’élèves qui dans une délégation ont le souhait de travailler avec moi pour porter une parole auprès de l’ensemble des professeurs à propos des situations dans lesquelles ils se sentent en confiance, en sécurité et qui fonctionnent tous les jours, y compris dans les moments d’évaluation.
“Lors d’une évaluation, ce doit être normal et moi je vais faire mon maximum, et normalement ça va bien se passer”. Et donc les élèves viennent maintenant s’exprimer pour nous dire dans la vie de tous les jours et quand ils sont évalués, ce qui fonctionne ce qui leur correspond, ce qui banalise l’évaluation et les mets en mesure de réussir. Et c’est un petit peu ce qui nous interpelle et qui est passionnant parce qu’ils sont maintenant en train de nous accompagner pour construire ces nouvelles pratiques, y compris en matière d’évaluation et au moment des évaluations.

Retrouvez tous les articles de blog du LéA Réseau des écoles collège à Saint-Laurent du Var 06



Citer ce billet
solange CIAVALDINI-CARTAUT (2023, 10 mai). Le LéA Réseau des écoles collège à Saint-Laurent du Var 06 invité à la journée de la recherche à l’INSPE de l’académie de Nice sur le thème de l’évaluation bienveillante. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnd4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search