Petite chronique des LéA à Sherbrooke (2)

Mercredi 27 février 2016 : troisième jour de notre séjour à Sherbrooke visant à « explorer comment les milieux scolaire et universitaire peuvent collaborer à la construction et à la mobilisation de savoirs professionnels dans une perspective de mutualisation au bénéfice des deux communautés » en partenariat avec nos collègues québecois.

LeA-UdS-2016-01-27

Toujours en présence de notre hôte Isabelle Nizet, ainsi que de son assistante de recherche, Marie-Eve Desrochers, ce mercredi matin a été l’occasion de présenter à nouveau le réseau les LéA et le projet partenarial de recherche envisagé à de nouveaux acteurs québecois potentiellement intéressés ; acteurs de terrain en les personnes de Marie-Reine Rouillard (Commission scolaire des Sommets) et Marie-Claude Thériault (Commission scolaire des Hauts Cantons), toutes deux conseillères pédagogiques à l’éducation des adultes.

Cette seconde occurrence a permis d’élargir l’éventail des LéA présentés avec deux nouveaux exemples, Collège Elsa Triolet et MaCARhon (après Lycée Mme de Staël), en résonance avec les questionnements qui sous-tendent le projet, et de mesurer à nouveau le vif intérêt procuré par les questions soulevées. En effet, en dépit d’une différence de contextes institutionnels,  des besoins, contraintes, leviers et dynamiques à l’oeuvre similaires ont été mis en avant : besoin que « les lieux de savoir ne travaillent pas en lieux clos« , nous dit Marie-Claude Thériault ; apports mutuels des communautés travaillant en collaboration ; besoin d’un étayage par la recherche pour les conseillers pédagogiques ; intérêt fort pour la question du développement professionnel des enseignants et également des conseillers pédagogiques formateurs ;  et intérêt tout particulier pour les concepts de « broker » et d’ « objet frontière » présentés dans le cadre d’analyse proposé.

LeA-UdS-2016-01-27-amL’après-midi a été consacré à identifier différents éléments nécessaires pour décrire les projets partenariaux et collaboratif que nous étudions, et à envisager comment nos cadres théoriques peuvent contribuer à mettre en lumière certaines problématiques communes émergentes.

 

Article  suivant de la chronique : Petite chronique des LéA à Sherbrooke (3) [Par Réjane MONOD-ANSALDI le 28/01/2016]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *