Chronique d’une rencontre interLéA PRO

Le 8 mars 2023, les équipes de trois LéA-IFÉ impliquant des lycées professionnels se sont rencontrées pour mettre en commun leurs réflexions : LéA Réseau de lycées pro – Limoges ; LéA Réseau CAPture en lycées professionnels – Aix-Marseille ; LéA [PRO] – Nancy-Metz. Entre singularités et points de convergence, découvrez les LéA PRO du réseau !

Le 27 janvier 2023, Pauline  propose une rencontre entre les 3 LéA-IFÉ qui associent des lycées professionnels : 

« Accepteriez-vous, en tant que coordinatrices des deux autres LéA sur les LP, de participer à un temps d’échange pour mutualiser nos réflexions et les apports de ces LéA sur le fonctionnement de ces établissements ? »

Le 8 mars, le rendez-vous est pris. Nous ne sommes pas 6 mais 10 personnes connectées : les correspondants et au moins une autre personne par LéA, parmi lesquelles des enseignants, des IEN, des chefs d’établissement et des chercheurs. Un tour d’écran permet de faire plus ample connaissance. 

LéA Réseau de lycées pro – Limoges – FORMSCOLEEP – (année 1) 

L’acronyme signifie FORMe SCOlaire Enseignement Engagement Professionnel. Comment ce LéA a-t-il démarré ?  Depuis 2020, quatre lycées professionnels  de l’académie de Limoges accompagnés par la CARDIE et les corps d’inspection ont expérimenté  différentes modalités d’adaptation de la forme scolaire. L’introduction du « chef d’œuvre » dans les cursus de CAP a été un inducteur de ces démarches qui ont questionné les pratiques pédagogiques autour du quand ?, où ? comment ? Un inventaire en a été fait lors d’une rencontre inter-établissements en juin 2022 : aménagement des temps de cours, dispositifs d’accompagnement individualisé pour les élèves à besoins spécifiques, mise à disposition d’espaces collaboratifs pour les élèves, co-interventions, projets collaboratifs de type humanitaire…  Sous l’égide du LéA, deux autres LP les ont rejoints depuis.

A l’automne dernier, un premier recueil de terrain a été conduit par des binômes chercheur/membre du rectorat, au cours de 6 « visites d’établissements »  : les atouts et les difficultés exprimées par les équipes, notamment leurs enthousiasmes initiaux souvent déçus, ont permis de d’identifier des besoins et de proposer des pistes méthodologiques, autour de deux thématiques : (1) Faire venir et garder les élèves de CAP ; (2) Fidéliser les engagements d’équipes face à la précarité des moyens. Ces entrées constituent un fil rouge de notre première année à visée exploratoire :  elle se matérialise par une première entrée méthodologique consistant à établir des portraits d’élèves de CAP  via des entretiens biographiques : qui sont ceux qui viennent, qui restent ou qui partent et comment parlent-ils de leur métier, de leur formation, de leurs perspectives ? La seconde entrée méthodologique repose sur des relevés ethnographiques pour caractériser les paramètres des écosystèmes (lycée, bassin de stages et d’emploi, contextes territoriaux et pédagogiques) qui se révèlent  “affiliants” et “qualifiants”. En creux, nous cherchons à révéler quelles forces didactiques et institutionnelles centrifuges /vs/ centripètes agissent sur la fuite/vs/ la persévérance des élèves et des équipes.   

Nos questionnements se portent actuellement sur  les modalités de restitution / co-construction des résultats entre chercheurs et acteurs scolaires, à la fois pour accompagner les équipes dans un renouvellement de  la forme scolaire, ajusté aux besoins et attentes, mais aussi pour  lutter contre des formes d’épuisement ou de désenchantement des équipes. Les prochaines rencontres inter-établissements fin mars et début juin prioriseront cette dimension collaborative. 

LéA Réseau CAPture en lycées professionnels – Aix-Marseille – (année 2)

Le LéA sur le Lycée Professionnel & les CAP (LyP&CAP) est, à l’origine, une expérimentation pédagogique menée par l’Inspection Anglais-Lettres avec un réseau de 20 enseignants d’anglais dans 18 lycées professionnels. L’expérimentation, nommée CAPture, repose principalement sur des modules de deux heures en CAP, voie professionnelle dont l’ambition est le raccrochage scolaire des élèves, avec pour effet de chercher à favoriser l’employabilité des élèves, leur insertion professionnelle. Le projet est suivi par la CARDIE et il est soutenu par l’EAFC de l’académie d’Aix-Marseille. Plusieurs chercheurs de l’université d’Aix-Marseille participent au projet dans une démarche pluridisciplinaire (sciences de l’éducation, didactique des langues, économie et sociologie de l’éducation, ergonomie de l’activité enseignante).

L’ensemble de l’équipe a suivi l’itinéraire d’une recherche académique collaborative en essayant de créer les conditions d’une prise de risque raisonnée pour faire “bouger les lignes” dans les pratiques professionnelles. Pour y parvenir, il a été nécessaire de mettre en place un espace de confiance et d’échanges entre les enseignants (présentiel & m@gistère à distance). Il a fallu redéfinir le “temps du cours” et les environnements d’apprentissage pour contribuer au développement des compétences langagières et psychosociales. L’équipe a travaillé sur l’évaluation positive des élèves en élaborant conjointement un positionnement diagnostic (objectif de la Transformation de la Voie Professionnelle). Enfin, l’enjeu de cette recherche collaborative a aussi porté sur des apports de stratégies pédagogiques innovantes, des supports de communication et des indicateurs pour mesurer la pertinence des actions menées en vue de dynamiser et valoriser de l’implication des élèves et des enseignants. 

Aujourd’hui, l’équipe pluricatégorielle est engagée dans le LéA sur l’expérimentation de nouvelles pratiques entre enseignants et le développement d’une culture d’auto-évaluation et de démarche qualité. Des thématiques phares ont été identifiées comme pôles de développement professionnel personnalisé pour les enseignants : la classe flexible; l’hétérogénéité et la mixité des élèves; l’inclusion scolaire (EBEP, ULIS); le rapport des élèves à l’école. Le collectif vise ainsi la mise en place d’actions personnalisées et individualisées favorisant le développement professionnel et la communication des actions menées en vue de valoriser et transmettre les pratiques pédagogiques des enseignants, à l’aide d’un cahier de bord.

LéA [PRO] – Nancy-Metz – (année 3)

Nos élèves doivent produire un écrit de 30 pages relatif à leur période de formation en milieu professionnel. Après avoir analysé un corpus de ces écrits nous avons conclu à l’intérêt d’un travail de personnalisation des productions obtenues. Dans ce but, nous travaillons à l’accompagnement des élèves par des enseignants de disciplines générales et de spécialisations professionnelles, en co intervention.

Nous souhaitons faire de cet écrit prescrit une occasion pour chaque élève de penser son propre parcours, de s’approprier son métier et de prendre la mesure du parcours sur le plan personnel accompli au fil du temps.

Des professionnels tuteurs ont été interrogés par les enseignants des spécialités professionnelles sur l’intérêt de cet écrit de leur point de vue. Ces entretiens de remise en situation à partir des écrits des élèves ont été conduits selon un protocole défini en commun. Les propos recueillis sont d’ordre à donner du sens à la production de ces rapports d’activité. Les professionnels y accordent en effet de l’importance parce qu’ils y retrouvent les principes et les gestes fondamentaux du métier. Ils les lisent comme des traces de professionnalisation qui peuvent documenter un entretien de recrutement. De tels résultats sont complétés par la mise en œuvre de séances en co-intervention dédiées à la composition d’écrits courts facilitant l’entrée dans le métier par l’écriture. 

LAboratoire CRem

 Pour conclure…

Nous constatons que chaque équipe développe son projet dans des contextes singuliers (entre 3 et 6 établissements). Chaque équipe mobilise des cadres de références scientifiques, professionnelles et institutionnelles qui lui sont propres. Pour autant, nous repérons un point de convergence fondamental : notre centration sur les élèves et notre volonté de valoriser et de sécuriser leur parcours. Notre visée première est l’accrochage ou le raccrochage scolaire. Nous œuvrons de manière collaborative en articulant action de recherche et expérimentations en classes. Nous veillons à ce que la formation ait du sens pour les élèves. Nous nous attachons aussi à rendre ces derniers conscients de leurs compétences  tant sur un plan académique que professionnel. Nous avons enfin la préoccupation commune d’accompagner nos élèves dans leur construction identitaire pour qu’ils se préparent à un avenir harmonieux.

Cette rencontre inter-LéA des lycées professionnels ouvre une nouvelle aventure collective : nous envisageons de communiquer ensemble dès que l’occasion s’en présentera.

Bien entendu, il n’est pas question de constituer un club fermé. Nous nous réjouissons d’avance de nous croiser lors des rencontres de mai, tout en souhaitant vivement entrer en dialogue avec des équipes LéA ancrées dans d’autres lieux d’éducation, lors des ateliers auxquels nous participerons. 

Auteurs / contributeurs : Elisabeth ARTAUD (CARDIE) – Paul COUTURE (IEN)  – Pauline DAVID (MCF) – Didier ESSELIN (IEN) – Jérôme FATET (MCF) – Caroline HACHE (MCF) – Marie-Hélène JACQUES (PU) – Stéphanie JOUBLIN (enseignante lettres-histoire) – Maryan LEMOINE (MCF) – Jean-Philippe LEOPOLDIE-USCAIN (IEN) – Julian MANNEVILLE (enseignant MVA) – Frédéric MICHEL (enseignant CMI lettres-anglais) – Christophe MULLER (IEN) –  Aurore PROMONET (MCF) – Eric TORTOCHOT (MCF)



Citer ce billet
apromonet (2023, 4 avril). Chronique d’une rencontre interLéA PRO. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tncq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search