Les apports du LéA sur le développement professionnel des enseignants

Deux témoignages de professeurs d’histoire-géographie du Lycée Le Corbusier d’Aubervilliers

Pierre Guivaudon :

Les trois années du travail collectif du Léa m’ont permis non seulement d’enrichir mes pratiques personnelles d’enseignement, mais également de faire évoluer mon point de vue d’enseignant sur les avantages d’un apprentissage par projet.

Au cours des réunions de travail, j’ai pu profiter des réflexions collectives mêlant les approches croisées d’universitaires spécialistes de didactique et de pédagogie, d’historiens et de professeurs du secondaire. L’élaboration de différents protocoles de récoltes d’informations auprès des élèves et d’applications pédagogiques pensées à plusieurs m’ont convaincu de la nécessité du travail en groupe pour mieux penser des activités et en interpréter les résultats. Le travail avec des collègues d’un collège de Saint-Denis m’a permis de mieux envisager l’intérêt d’une meilleure liaison collège-lycée sur le territoire.

Ce projet a été l’occasion d’un travail avec plusieurs classes de collège et de lycée sur le long cours d’une année scolaire complète. J’ai pu constater l’intérêt pour ma pratique d’enseignant d’une approche locale de l’histoire sociale et de la géographie. La remobilisation au cours de l’année de plusieurs notions et exemples du programme de géographie, d’EMC ou de SES pour proposer une contextualisation de l’exposition ou des recherches personnelles des élèves sur leur histoire familiale permettent de souligner l’intérêt d’une approche transdisciplinaire, nécessaire à la microhistoire. Autrement dit, il me semble que ce travail collectif met en lumière la pertinence de mener en parallèle du suivi des programmes communs un projet annuel de travail de recherche et réflexion historique ou géographique avec les élèves. Cela facilite l’incarnation et l’appropriation des notions, améliorant donc la qualité des apprentissages.

Maïté Klachko :

Le travail mené a été à la fois enrichissant du point de vue de ma pratique pédagogique et didactique, mais aussi des réflexions collectives menées avec les chercheuses et les autres enseignants du Léa. Je n’avais jamais eu l’occasion de mettre en œuvre un projet sur un temps aussi long.

Les moments d’élaboration collective ont permis des échanges très motivants, basés à la fois sur les lectures scientifiques proposées, la construction d’outils de travail commun puis d’analyses des données récoltées. Ils m’ont permis de réfléchir à mes pratiques et à leur possible évolution. J’ai beaucoup appris sur la façon dont les élèves perçoivent leur travail en classe. La réflexion sur leur rapport à l’histoire, et sur la déconstruction de ce rapport a été centrale.

L’essentiel de notre travail s’est développé autour de l’exposition «La vie HLM». Nous avons cherché à préparer, puis prolonger et approfondir les thèmes centraux de l’exposition. Nos élèves sont issus pour la plupart de quartiers dits «défavorisés». Comment percevaient-ils leur place dans le récit national ? En utilisant les méthodes des historiens (expérimentées lors des ateliers de l’exposition), comment pouvaient-ils comprendre et construire leur place dans ce récit ? Nous avons donc travaillé sur le vécu des élèves et leur histoire familiale, à la manière de la «micro storia», dont nous avions parlé en classe. Cela a été l’occasion de préparer des frises chronologiques d’histoires familiales ou individuelles, d’écrire des récits de vie, d’aller chercher des documents d’archives privées familiales, d’interviewer des proches… Les élèves se sont non seulement initiés au travail de l’historien, mais ils ont parfois appris et surtout valorisé leur histoire personnelle et familiale, souvent perçue par eux comme inintéressante ou banale au départ.

Au-delà des élèves impliqués dans le projet, j’ai pu réinvestir ces approches avec d’autres classes.

Retrouvez toute l’actualité du LéA Collège Lycée Plaine commune – 93



Citer ce billet
Diane Chamboduc de Saint Pulgent (2023, 27 février). Les apports du LéA sur le développement professionnel des enseignants. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnc4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search