Un aperçu du RDV des LéA “Sens et valeurs des projets menés dans les recherches collaboratives”

Ce RDV s’est déroulé le 18 janvier 2023 et a prolongé la Rencontre internationale de mai 2022 en questionnant la manière dont les LéA se sont emparés des apports, réflexions et outils proposés lors de cet événement sur le sens et les valeurs des projets menés dans les recherches collaboratives. Les témoignages de deux LéA ont permis d’initier la réflexion et les échanges avec les participants. Isabelle Nizet (Université de Sherbrooke, Québec) a conclu ce RDV auquel près de 40 personnes ont participé.

Témoignage du LéA Écoles maternelles REP + des Hautes Ourmes – Rennes

La question centrale du LéA porte sur le développement des compétences langagières, discursives et linguistiques des élèves de maternelle dont la langue de référence n’est pas le français.

Sophie Vermeersch et Tiphaine Cadiou-Arinne (enseignantes en petite et moyenne section de maternelle, directrices d’écoles) ainsi qu’Estelle Moumin (correspondante LéA) ont expliqué comment elles se sont saisies de la problématique en amont de la rencontre internationale pour préparer leur communication et ont parlé de leur ressenti suite à l’événement.

Comment avez-vous abordé la thématique de la rencontre ?

En amont de la rencontre un document collaboratif a été complété sur la question du sens et des valeurs du LéA. Cela a permis de construire le poster : Sens et valeurs – Valinsco, tu portes bien ton nom.

Il est organisé en 4 axes :

  • ce que l’on partage,
  • ce que l’on ressent,
  • ce que l’on défend,
  • ce que l’on en dit.

L’accent a été mis sur “évaluer” au sens de “redonner de la valeur à”. Il s’agit de valoriser la place, les compétences de chacun et particulièrement celles des familles et des enfants afin de s’enrichir mutuellement.

Quel a été votre ressenti pendant l’évènement ?

Sophie et Tiphaine représentaient leur LéA lors de la rencontre internationale. Elles ont participé aux ateliers proposés la veille de la rencontre lors desquels elles se sont senties un peu perdues mais elles ont rapidement été accompagnées et guidées par Martine Gadille (chercheuse, membre du comité de pilotage des LéA-IFÉ). Le lendemain, la conférence de Lucie Mottier Lopez les a rassurées et leur a permis de relativiser ce qu’est l’évaluation. Cette expérience les a aidées à théoriser leurs pensées, à la valoriser et leur a redonné de la légitimité. 

Quels ont été les effets, à plus ou moins long termes, de cette rencontre ?

Un retour a été fait à l’équipe du LéA à la fois pour mieux comprendre ce qu’est le réseau des LéA-IFÉ et pour discuter des apports de la journée sur l’évaluation. Cela a eu un impact y compris en dehors de la recherche collaborative puisque cela a permis aux enseignants d’avoir un regard plus critique sur les évaluations nationales.

Stéphanie Clerc-Conan (correspondante recherche du LéA) a précisé qu’un travail a été réalisé autour des travaux de Joaquim Dolz (référence en fin d’article) afin d’identifier les valeurs du LéA : l’importance d’agir sur la dynamique langagière, de reconnaître les différentes langues des enfants, de lier transformation dans l’école et dans le quartier, etc. 

Témoignage du LéA Collège Pailleron – Paris

La recherche du LéA s’intéresse à des séances autonomes pour accompagner les pratiques des enseignants dans un projet interdisciplinaire autour des Sciences en classe de 6ème

Lilia Samali, correspondante LéA, et Emmanuel Rollinde, correspondant Recherche, ont évoqué la manière dont la rencontre a outillé leur réflexion sur la valuation de leur LéA-IFÉ (en lien avec leur article publié sur le blog des LéA-IFÉ).

Dans ce LéA, la recherche prend appui sur l’enseignement des sciences en classe de 6ème. En fin  de première année du LéA, plusieurs professeurs du collège, très impliqués dans la recherche, ont eu leur mutation et ont changé d’établissement. S’est alors posée la question de la cohérence du projet et de la capacité de nouveaux enseignants à pouvoir s’y engager concrètement (les séances autonomes étant dans les emplois du temps de tous les enseignants de sciences de 6ème). La rencontre internationale a permis aux deux correspondants de réaliser qu’un travail sur la valeur de leur LéA pouvait permettre d’en relancer la dynamique. Ils ont donc décidé de modifier l’ordre du jour de la réunion à venir du LéA afin de faire émerger les valeurs et les obstacles du projet et de questionner l’enrôlement de chacun. 

Une réunion pour relancer la dynamique du LéA

Ordre du jour de la réunion du LéA Pailleron

En amont de la réunion prévue fin juin, il a été demandé à tous les collègues de réfléchir au sens et à la valeur qu’ils donnent au LéA. Puis, ces éléments ont été discutés en quatre temps. 

  1. Sens du LéA pour soi

En 1 minute, chaque personne a répondu aux questions suivantes : Qu’est-ce que je fais dans le LéA ? Qu’est-ce que je suis venu y chercher ? Quelle orientation je souhaite donner au LéA ?

  1. Valuation de notre LéA

Chaque personne a disposé d’un maximum de 5 minutes pour évoquer son ressenti personnel, les éléments positifs et les obstacles liés au LéA en termes de collaboration, de productions ou de ressources. Une discussion de 20 minutes a suivi.

  1. Évaluation de notre LéA

Il s’agissait de chercher des indicateurs pour évaluer les obstacles et aspects positifs identifiés au point précédent (pendant une heure).

  1. Rôle des acteurs

La réunion s’est terminée par les projections pour l’année scolaire 2022-2023 (45 minutes).

La valeur centrale relevée par les acteurs du LéA a été la collaboration entre les membres mais également entre les élèves ainsi qu’entre les enseignants et les élèves. Le référent IFÉ du LéA présent lors de la réunion a, quant à lui, soulevé l’importance de l’inclusion comme valeur forte du projet. Les obstacles relevés ont été assez différents d’une personne à l’autre. Un protocole basé sur un questionnaire a été créé afin d’outiller la collaboration dans le LéA et le rôle de chacun.

Ce travail a redonné confiance aux membres du LéA en les dotant d’outils d’évaluation permettant de connaître l’avancée de la démarche, de savoir si un objectif est atteint et de quelle façon. Cela a permis de lever des implicites. C’est également une méthode permettant d’enrôler les nouveaux membres qui arrivent dans un LéA sans être toujours volontaires dans un premier temps (car chargés de l’enseignement faisant l’objet du LéA).

Echanges

Un temps d’échange a permis aux participants de réagir et les éléments suivants ont été mis en avant : 

  • Des “balises” permettent de comprendre dans quoi on s’engage lorsqu’on intègre un LéA, balises également utiles pour la direction des établissements scolaires.
  • Le temps de recul pour interroger la valeur du projet est bénéfique.
  • L’accueil des nouveaux membres d’un LéA est une opportunité pour évaluer le projet et le consolider pour tous. 
  • Il faut pouvoir choisir d’être ou ne pas être dans un LéA : importance du cadre et de son partage pour bien définir et repérer la place et les rôles de chacun. 
  • Les LéA sont parfois trop centrés sur la production (de ressources, de résultats) et pas suffisamment sur l’évaluation du projet (sens et valeurs).
  • Il est utile de clarifier la place du LéA au sein d’un projet d’établissement surtout pour les collègues qui sont en périphérie de la recherche.

Ces échanges ont permis de soulever des questions. 

  • La démarche de recherche collaborative dans un LéA est fondamentale et évolue dans le temps, sans être toujours considérée comme un objet de la recherche. Comment documenter l’évolution de la démarche de collaboration ? Quelles traces laisse-t-elle, comment les garder, les analyser ? 
  • La valeur que les membres d’un LéA attribuent à leur recherche varie dans le temps. Comment en rendre compte ? 

Conclusion d’Isabelle Nizet (Université de Sherbrooke, Québec)

Les deux témoignages montrent que la valuation, son questionnement formel et explicite en impliquant tous les acteurs, est une plus value (valuation questionnée sous forme de bilan pour le LéA Hautes Ourmes et dans une réunion pour le LéA Pailleron). 

La réflexion autour de la valuation est intimement liée à la qualité de la collaboration dans un LéA et joue un rôle central dans l’engagement des acteurs.

Il est important de développer une méthodologie au travers de questions qui vont du “je” au “nous”, qui nécessitent d’être intégrées de manière régulière et qui peuvent révéler des non-dits et des implicites. Les cadres théoriques liés à l’objet de la recherche permettent également de donner de la valeur à la recherche.

Il est nécessaire d’interroger la question du sens au sein du projet, de repérer les valeurs, les conflits de valeur, les rendre explicite. Des actions de passeur peuvent permettre de mener cette démarche et de lever des obstacles.

Pour aller plus loin

La Rencontre internationale de mai 2022 sur le site des LéA-IFÉ et sur le blog des LéA-IFÉ

Les témoignages des LéA :

Articles :

  • Mottier Lopez, L. (2020). Penser l’évaluation des recherches participatives en termes d’enquêtes : quels rapports avec les visées heuristique et praxéologique ? Questions Vives, 33. https://doi.org/10.4000/questionsvives.4804 
  • Dolz-Mestre, J. (2019). La règle du sept de la sociodidactique des langues. In El Barkani, B. & Meksem,Z. (Ed.), Plaidoyer sur la variation. mélanges en hommage à marielle rispail (pp. 21-49). Caen: EME éditions. Retrieved from https://archive-ouverte.unige.ch/unige:116535


Citer ce billet
équipe des léa (2023, 23 février). Un aperçu du RDV des LéA “Sens et valeurs des projets menés dans les recherches collaboratives”. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnc3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search