Groupes de co-développement : des exemples dans la formation des enseignants au Québec

Dans un précédent article, nous avons évoqué les communautés de pratique (CoP). Nous nous intéressons ici à un dispositif proche : le groupe de codéveloppement professionnel. Lors de la visite d’étude des LéA-IFÉ au Québec en septembre 2022, nos partenaires québécois nous ont présenté deux projets mettant en œuvre de tels groupes et dans lesquels ils ont eu l’occasion d’intervenir. Le premier exemple concerne des enseignants en poste en Cegep (Collège d’enseignement général et professionnel, accueillant les élèves de 17-18 ans) et le second des enseignants en formation ou débutants.

Éléments de définition

Le groupe de codéveloppement professionnel a pour objectif de permettre le développement professionnel des participants à partir d’une recherche de solutions portant sur une situation présentée par l’un d’eux.

Ils [Les participants] sont amenés à adopter une posture de praticiens-chercheurs dans l’enquête et dans l’entraide.

Champagne, 2020

Chaque rencontre s’appuie sur le témoignage d’un participant et suit 6 étapes (Payette et Champagne, 1997; Payette, 2001) :

  • Exposé de la situation (témoignage) : brève description d’une situation professionnelle en lien avec le thème par l’un des participants (préparation avec l’animateur de quelques points importants pour guider le discours en amont) ;
  • Collecte d’informations : questions des participants pour préciser des points du témoignage, mieux le comprendre ;
  • Synthèse et attentes du participant : question pour savoir ce que la personne attend du groupe, analyse d’une situation ou éléments de résolution par exemple ;
  • Analyse de la situation : les participants analysent la situation, donnent leur avis, formulent des suggestions (parfois avec les propositions d’intervenants qui contribuent à la discussion) ; la personne qui a témoigné ne s’exprime plus, ne fait que prendre des notes ;
  • Synthèse et plan d’action : un témoin choisi en amont exprime ce qu’il retient ;
  • Apprentissages : chaque participant explique ce qu’il a retenu.

Une synthèse est rédigée par le “témoin” et validée par tous.

Si ces groupes peuvent ressembler aux CoP, ils s’en distinguent notamment pour la raison suivante :

Dans une communauté de pratique, le projet commun est très apparent, rejoignant les intérêts généraux d’un grand nombre. Dans un groupe de codéveloppement professionnel, si chaque membre est invité à se développer en interaction avec les autres, il travaille d’abord sur ses projets personnels.

Champagne, Langelier, 2008

Groupe de codéveloppement professionnel accompagné pour des enseignants de collégial – une recherche action-formation du CRRE

Cette recherche action-formation a été présentée par Nadia Cody, Sandra Coulombe, Anne Kafka et Sophie Nadeau-Tremblay (UQAC et Cégep de St-Félicien).

Contexte du Cegep

Les enseignants de Collégial ou Cégep (Collège d’enseignement général et professionnel, accueillant les élèves de 17-18 ans) ont une formation initiale souvent disciplinaire et un métier nécessitant des adaptations importantes liées aux développements pédagogiques et technologiques, à la diversification des caractéristiques des étudiants, à la pression pour de meilleurs taux de réussite et de diplomation ou encore à une approche-programme et approche par compétences. Le développement professionnel des enseignants est donc une priorité afin de développer ou consolider les savoirs professionnels requis pour l’exercice de la profession.

Recherche action-formation

C’est dans ce cadre qu’une recherche action-formation a été impulsée. Elle s’appuie sur un dispositif de groupe de codéveloppement professionnel à distance, dispositif accompagné par deux conseillers pédagogiques. L’objectif de cette recherche est de former les participants, collecter des données de recherche et apporter des changements dans l’action.

Les questions de recherche sont les suivantes :

  • Quels savoirs professionnels peuvent être partagés et développés grâce à la participation à des groupes de codéveloppement en milieu collégial ?
  • Quels apports peut avoir le groupe de codéveloppement professionnel à l’égard du développement professionnel ?

Modalités d’organisation

Le dispositif de codéveloppement professionnel a concerné 8 enseignants volontaires d’un Cégep accompagnés par 2 conseillers pédagogiques. Ils se sont rencontrés 4 fois sur une année scolaire en visio lors de séances d’une heure très cadrées par l’animateur.

Les thématiques des rencontres ont été choisies par les enseignants participants :

  • interactions orales entre les élèves ;
  • encadrement et soutien aux étudiants ;
  • cohérence et équité en évaluation ;
  • aborder les sujets sensibles en cours.

L’équipe de recherche, quant à elle, s’est réunie 8 fois pendant cette même période. Elle a travaillé à partir des synthèses effectuées suite à chaque rencontre, d’un questionnaire et d’un Focus group.

Chaque rencontre a respecté les 6 étapes des groupes de codéveloppement professionnel.

Résultats de la recherche

Le premier objectif de la recherche est d’identifier les savoirs professionnels partagés et développés par les enseignants grâce à la participation à un groupe de codéveloppement professionnel accompagné. Les premiers éléments d’analyse (la recherche est toujours en cours) permettent de penser que les savoirs professionnels les plus fréquemment partagés sont des savoirs sur les élèves, des savoirs pédagogiques et contextuels.

Les enseignants s’appuient sur leurs savoirs expérientiels pour partager des savoirs professionnels. Les groupes ne réunissant pas d’enseignants des mêmes disciplines, les savoirs disciplinaires ont été peu mobilisés.

Des savoirs identitaires et collaboratifs émergent également à travers la participation à ces groupes (par exemple, la nécessité d’être bienveillant envers soi-même). L’intelligence collective est également mise à profit avec une prise de conscience que le groupe peut aider à cheminer professionnellement.

Le deuxième objectif de la recherche est d’identifier des facilitateurs, des défis et des retombées liés à la participation à un groupe de codéveloppement professionnel accompagné. Les premières analyses permettent de dégager les éléments suivants :

  • Facilitateurs : organisation du groupe (importance de la personne responsable, taille du groupe, temps alloué, interdisciplinarité, etc.) ; climat (respect et confiance).
  • Défis : temps (de discuter, de partager, d’entendre les points de vue des personnes accompagnatrices, celui qu’on prend pour la prise de notes ; celui qu’il faudrait prendre si l’on souhaite poursuivre sur le thème après la rencontre, celui qu’on n’a plus à l’heure du midi pour se reposer, etc.).
  • Retombées : développement de compétences à partir d’un doute, d’une préoccupation partagée ; différentes postures (aidé et aidant) ; importance de l’écoute, d’être sensible à ce que les autres vivent ; importance d’être bien outillés ; anticipation de différentes situations, collaboration versus compétition, etc.

Groupe de codéveloppement professionnel accompagné pour futurs et nouveaux enseignants – la plateforme numérique TrEnsForma pensée avec la recherche

Les éléments suivants s’appuient sur l’intervention de Nadia Cody, Sandra Coulombe, Ugo Collard-Fortin et Julie Courcy (UQAC) qui nous ont présenté la plateforme TrEnsForma.

Contexte

A l’origine, des étudiants en enseignement du baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire de l’Université du Québec à Chicoutimi ont souhaité participer à des groupes de discussions avant de réaliser leurs premiers stages. Ils souhaitaient échanger avec d’autres étudiants ayant vécu cette expérience, avec des tuteurs, des enseignants en exercice…

Cette demande allait dans le même sens que les recommandations provenant des évaluations de programmes de formation à l’enseignement. Elle correspondait à un projet de recherche collaborative qui visait à dégager et analyser les savoirs partagés par les stagiaires dans le cadre de groupe de codéveloppement professionnel interprogramme et à identifier des stratégies de collaboration université/milieu scolaire permettant de diversifier et de mobiliser les différents savoirs partagés répertoriés.

Des groupes de codéveloppement professionnel accompagnés ont donc été mis en place la première année du projet et ont fait l’objet d’une recherche-action-formation.

Recherche-action-formation

Côté étudiants, 28 stagiaires provenant de trois modules de formation (préscolaire-primaire ; adaptation scolaire et sociale ; enseignement secondaire) ont participé à la recherche. Cinq groupes de codéveloppement professionnel accompagnés ont eu lieu en 2017-2018, à trois moments, pendant 90 minutes : en décembre (avant la majorité des stages), en février (à la mi-stage) et en mars (un peu avant la fin des stages).

Trois chercheuses, quatre conseillers pédagogiques, une direction d’école et trois enseignantes, ont animé et accompagné ces groupes composés d’une dizaine de stagiaires.

La recherche a montré que les principales préoccupations des stagiaires sont d’ordre pédagogique : gestion et organisation de la classe, prise en compte des élèves ayant des besoins particuliers, etc. Des savoirs, qualifiés d’émergents, savoirs identitaires et collaboratifs, sont également très présents.

Les savoirs de référence, qu’ils soient théoriques, disciplinaires ou académiques, sont peu évoqués. L’une des pistes d’explication tient à la forme des échanges lors des rencontres qui induirait un langage quotidien dans lequel les savoirs académiques ne sont pas différenciés de ceux de la pratique.

«Nous retenons que la priorité pour les stagiaires s’avère de pouvoir se définir en tant que professionnels, pour soi et par rapport à autrui.  Ils doivent être en mesure d’identifier leur rôle et leurs responsabilités, ainsi que celles de leurs collègues, ce qui, par la suite, les amène à pouvoir développer une culture de collaboration au sein de leur milieu professionnel.»

Gagné, A., Cody, N., Coulombe, S., Doucet, M. & Nadeau-Tremblay, S. (2021)

Pour en savoir plus sur cette recherche

Suite à cette première recherche, des dispositifs complémentaires ont été identifiés pour accompagner les étudiants.

Le projet a abouti à la création d’une plateforme numérique à destination des futurs et nouveaux enseignants :TrEnsForma. Elle est le fruit d’un partenariat universités-milieux.

TrEnsForma

La plateforme propose :

  • du mentorat (des conseils d’étudiants plus avancés dans leurs études) ;
  • une bibliothèque virtuelle (comprenant notamment des capsules vidéos et audios de chercheurs sur des thématiques en lien avec le métier d’enseignant) ;
  • un espace de co-formation : codéveloppement professionnel (définition et fiches de synthèse des situations analysées) et communautés de pratique
  • des événements mis en avant

Les fiches de synthèse proposées sur le site (partie co-formation) sont utiles pour mieux comprendre le déroulement d’un groupe de codéveloppement professionnel. Vous pouvez consulter par exemple une fiche sur une gestion de classe difficile.

Pour aller plus loin

Caron, J., & Portelance, L. (2017). La collaboration entre chercheuse et praticiens dans un groupe de codéveloppement professionnel.Éducation et socialisation,45.https://doi.org/10.4000/edso.2555

Champagne, C. (2020). Le groupe de codéveloppement professionnel. Revue de l’analyse de pratiques professionnelles, No 18, pp. 24-42. http://www.analysedepratique.org/?p=3721 (consulté le 22 novembre 2022)  

Champagne, C., Langelier, L. (2008). Apprendre avec les autres. Effectif, volume 11, numéro 3. https://carrefourrh.org/ressources/developpement-competences-releve/2008/06/apprendre-avec-les-autres (consulté le12 décembre 2022)

Dumoulin, M.-J., & Desjardins, J. (2019). Chapitre 9. Un modèle de codéveloppement professionnel en formation continue des enseignants associés au Québec pour déjouer l’opposition entre reconnaissance et mise en question du savoir d’expérience: InPerspectives en éducation et formation(p. 157‑178). De Boeck Supérieur.https://doi.org/10.3917/dbu.guibe.2019.01.0157

Gagné, A., Cody, N., Coulombe, S., Doucet, M. & Nadeau-Tremblay, S. (2021). Favoriser les liens cours-stages : défis et savoirs émergeant de discussions entre stagiaires et acteurs des milieux scolaire et universitaire dans le cadre d’un dispositif de coformation intermodulaire en enseignement. Revue hybride de l’éducation, 4(5), 165–186. https://doi.org/10.1522/rhe.v4i5.857

Gagnon, V. (2017). S’impliquer dans des groupes de codéveloppement professionnel accompagné : Témoignage d’un observateur. Revue hybride de l’éducation1(1), 173‑184. https://doi.org/10.1522/rhe.v1i1.15

Morrissette, J., & Charara, Y. (2015). Le groupe de codéveloppement : Un levier de réflexivité des enseignants en transition professionnelle ?Questions vives recherches en éducation,N° 24.https://doi.org/10.4000/questionsvives.1805

Payette, A. et al. (2001). Le codéveloppement et autres formes d’apprentissage-action, Revue Interactions, 5(2)

Payette, A. et Champagne, C. (1997). Le groupe de codéveloppement professionnel. Ste-Foy : les Presses de l’Université du Québec.

Suivre l’actualité de la visite d’étude des LéA-IFÉ



Citer ce billet
équipe des léa (2022, 12 décembre). Groupes de co-développement : des exemples dans la formation des enseignants au Québec. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tnbb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search