5ème Rencontre des LéA – Ateliers de communications scientifiques sur l’articulation entre recherche et production de ressources au sein des LéA : Atelier 5

(Animation et compte-rendu de l’atelier par Réjane MONOD-ANSALDI)

L’atelier 5 rassemblait des présentations des LéA Réseau Rennes sur le sujet « Une production de modules M@gistère : questions théoriques, formatives, méthodologiques et épistémologiques.« , LéA Réseau de collèges et lycées Debeyre sur le sujet « La diffusion de l’innovation par la formation : comment transformer une expérimentation pédagogique en ressource de formation pour une formation hybride ? » et LéA collège Marseilleveyre sur le sujet « Les ingénieries didactiques au service du développement de l’enseignement et de la professionnalité enseignante.« 

Si chacun de ces LéA explore des thèmes de recherche différents (enseignement des fables et des mathématiques au primaire, enseignement des mathématiques au collège, enseignement de la géographie prospective aux collège et lycée), tous trois sont impliqués dans la conception de parcours de formation M@gistère, un type de ressources particulièrement attendu des travaux des LéA, qui pose un grand nombre de questions.

Loïs Lefoeuvre et Gérard Sensevy ont présenté rapidement l’histoire du LéA Réseau Rennes, qui émane d’un groupe de recherche ESPE impliquant des enseignants de plusieurs écoles. Ce LéA expérimente trois dispositifs concernant l’enseignement des fables et l’enseignement des mathématiques au primaire (recherche ACE et jeu du trésor), qui travaillent tous sur les systèmes sémiotiques et de représentation. La conception de deux parcours M@gistère, actuellement en cours, repose sur les mêmes étapes que les recherche du LéA : travaux mutualisé entre enseignants, chercheurs, et formateurs sur les savoirs en jeu, conception et mise en place d’un dispositif didactique et analyse partagée et mutualisée des gestes d’enseignement du professeur, le tout dans une approche itérative du « faire et refaire », qui est un facteur de développement professionnel réinvesti dans le module M@gistère.

La présentation à trois voix du LéA Debeyre a permis de croiser les points de vue de l’institution scolaire avec Nathalie Malabre, IPR de géographie, correspondante du LéA, de la recherche avec Sylvie Considère, chercheuse didactienne de la géographie, et de la formation, avec Lucas Gruez directement impliqué dans la construction et l’animation du module M@gistère en cours d’expérimentation. Leurs travaux visent la mise en place d’une géographie active dans les classes, pour permettre aux élèves de mieux s’approprier leur territoire à différentes échelles, et d’envisager leur propre mobilité sur ce territoire. Cet objectif passe par le développement professionnel des enseignants et le développement de la géographie prospective, qui consiste à enseigner ce qui n’existe pas : le futur des territoires. Il s’agit également de désenclaver les enseignants de l’académie, en proposant via le parcours M@gistère, des lieux où les enseignants pourront mutualiser à distance et échanger entre pairs. Le parcours explore ainsi de nouvelles formes de ressources (fichier MP3, vidéo, twitter) et veut favoriser le butinage et la mise en réseau.

Les deux enseignantes doctorantes du LéA collège Marseilleveyre, Karine Drousset et Farida Méjani ont ensuite présenté le fonctionnement de leur équipe, regroupant enseignants, chercheurs, formateurs et travaillant sur les conditions de développement de parcours d’études et de recherche (PER) en mathématiques dans un collège « standard » dans/pour un nombre significatif de classe et d’élèves. La nécessité de faire et refaire, en analysant après chaque expérimentation les difficultés rencontrées par les élèves et les enseignants a bien été montrée.

Les discussions ont permis d’identifier plusieurs questions transversales sur les parcours M@gistère. Quel temps de formation mobiliser dans un parcours M@gistère ? Si le cadre varie entre le primaire où la durée des parcours est contrainte et le secondaire où des durées variables peuvent être envisagées, les différents participants à l’atelier se sont accordés sur l’importance d’une durée longue de la période de formation pour permettre un véritable développement professionnel. Comment découper la formation M@gistère en activités signifiantes pour respecter l’autonomisation des participants et des formateurs, tout en accompagnant suffisamment les tâches proposées ? Cette question de granularité s’articule à des questions de structure des parcours, certains concepteurs insistant sur la nécessité de détourner la linéarité de M@gistère pour que chacun puisse y entrer selon ses besoins, ait la possibilité de butiner les ressources, et de s’engager dans des travaux collaboratifs.

Comment articuler les phases de formation en présentiel et à distance ? La plus-value de la présence a été notée par tous les concepteurs, certains rapportant même la constitution de groupes d’enseignants qui se retrouvent en établissement pour faire les activités du module entre eux. La constitution de ces groupes a également été discutée, la collègue IPR précisant qu’elle trouvait parfois un intérêt à s’extraire d’un groupe en formation, pour favoriser certains type d’échanges. La question de l’ouverture des parcours à un fort effectif de participants, ou de façon décalée pour certains participants, et les moyens de favoriser l’émergence de collectifs et la constitution de réseaux d’enseignants autour d’un parcours ont également été discutées, en lien avec les modalités d’inscription aux parcours, et de leurs mises en lien avec des réseaux existants.

Enfin d’autres questions soulevées par les concepteurs concernent les modalités de test des parcours avant leur diffusion, et la façon de prendre en compte dans la conception les formateurs qui mettront en œuvre ces parcours, en envisageant à la fois leur propre formation et leur temps de travail pour l’accompagnement des participants. L’ensemble de ces questions sont aussi travaillées au sein du groupe I_M@g de l’IFE qui regroupent les concepteurs de parcours M@gistère des LéA et des équipes de l’IFE.

Les échanges ont également permis d’exprimer la durée importante du travail de conception nécessaire à la production d’un parcours M@gistère, qui suit la durée déjà importante des recherches collaboratives à l’origine des parcours proposés par les LéA. L’atelier a aussi été l’occasion de souligner que ces recherches nécessitent une approche réflexive, où le positionnement de chacun peut varier et doit souvent être négocié, dans des collectifs entre personnes de statuts et fonctions différents qui prennent du temps à se développer, surtout si le travail de chacun n’est pas vraiment reconnu par l’institution.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *