DÉCLAM : un dispositif

  • DECLAM : un dispositif ? Oui, mais lequel ?

La question qui s’est posée était de déterminer si l’on était en présence d’un dispositif pédagogique ou d’un dispositif de formation, si DECLAM relève de l’ingénierie pédagogique qui définit des contenus et des méthodes dans un dispositif d’enseignement-apprentissage à l’intérieur même du cours, ce qui renvoie donc aux pratiques dont les enseignants sont des “spécialistes” ;  ou d’une ingénierie de formation qui est «l’ensemble d’activités de conception, d’étude et de coordination de diverses disciplines pour réaliser et piloter un processus visant à optimiser l’investissement formation» (Poncelet, 1990), ce sont donc les démarches méthodiques et cohérentes qui sont mises en œuvre dans la conception du dispositif afin d’atteindre efficacement l’objectif visé.

  1. Qu’est-ce qu’un dispositif[1] ?

«Ensemble de moyens mis en œuvre en vue de satisfaire une intention. Il y a dans cette définition l’idée d’une transformation particulière de l’action, que nous définissons comme l’ensemble des processus, pratiques et usages agissant pour et sur, des objets, des individus, des organisations, etc.» (Aussel, 2013).

Pour Peeters et Charlier (1999) le dispositif est un «concept situé» qui s’inscrit dans une «certaine vision du monde» (ibid.), Audran (2010, p. 38)[2], quant à lui, considère le dispositif comme «contexte et guide de l’action» défendant l’idée que c’est en passant par sa description fine qu’il est possible d’atteindre l’intentionnalité des concepteurs et ainsi en avoir une vision «culturelle». Il n’est pas un cadre fixe, rigide, mais il est capable de se «re-créer dans un processus récursif au fur et à mesure qu’il en est fait usage» (Vial, 2012 ; Dupuy et Lefeuvre, 2014).  

Le dispositif permet d’organiser, d’agencer la réalité afin d’atteindre des buts, de concrétiser des intentions ; il peut être plus ou moins complexe, grand (Belin, 2001).

  1. Les processus en jeu dans un dispositif

«Les dispositifs permettent d’organiser, d’agencer la réalité afin d’atteindre des buts, de concrétiser des intentions.» (Aussel, 2013)

Deux processus sont inhérents au dispositif :

  • Le processus fondamental qui correspond à l’ensemble des étapes structurant son fonctionnement. Il fait appel à 3 pôles :
    • Les intentions,
    • Les expériences vécues par les destinataires,
    • Les effets escomptés et non escomptés sur les acteurs
  • Le processus opérationnel qui correspond aux phases successives de sa mise en œuvre :

  • DECLAM : un dispositif de formation ?

Côté «ingénierie», tout dispositif éducatif, affirme Audran (2016), au sens général, demande préparation, anticipation et planification. Avant d’être vécu un dispositif est d’abord «écrit» ou scénarisé par un auteur. Un dispositif est donc avant tout le fruit didactique d’un langage d’ingénieur.

Audran (2010) distingue plusieurs sortes de dispositifs et les hiérarchise en définissant les macro, méso et micro dispositifs éducatifs :

  • Les dispositifs «institués» (macro) se trouvent au niveau politique et correspondent aux valeurs véhiculées par les sociétés dans lesquelles les dispositifs s’inscrivent ;
  • Les dispositifs «situés d’ordre didactique» (méso) correspondent aux stratégies mises en œuvre par les acteurs du dispositif pour répondre aux objectifs des dispositifs institués ;
  • Les dispositifs «instrumentaux» (micro) qui présentent «l’interface entre la stratégie des acteurs et les destinataires» : l’interface entre les objectifs traduits de l’enseignant du niveau 2 et les élèves.

DECLAM est donc un dispositif de formation qui s’inscrit dans un processus fondamental dont l’intention est orientée «apprenants», avec pour finalité le développement de connaissances et de compétences et une volonté d’émancipation dans le cadre d’«interactions d’influence réciproque dans lesquelles l’apprenant est considéré comme un acteur capable de changement et envers lequel l’enseignant(e) a des responsabilités» (Freire, 2013) ; et d’efficacité dans l’exigence de résultats en adéquation entre les objectifs fixés en amont ; l’expérience est de type « allotélique (Belin, 2001). Cela signifie que l’individu investit le dispositif, que son expérience s’y enrichit et qu’il en gardera une trace en dehors du dispositif. Belin (Ibid.) explique que l’intention (but) du dispositif oriente le type d’expérience vécue. […] Après avoir expérimenté le dispositif, l’acteur est capable d’une action sur le monde. Son expérience lui donne un pouvoir, la capacité de «modifier» le monde. Ainsi, il est enrichi par le dispositif » (Aussel, 2013) ; l’effet de type modelage (Belin 2001) –  on «n’en sort pas avec la même «forme» qu’en y entrant» (ibid., p.238).

Pour Bandura (1963), la majorité des apprentissages sociaux se fait sur une base vicariante en observant le comportement des autres et les conséquences qui en résultent pour eux. Pour Raynal et Rieunier (1997), dans Pédagogie : dictionnaire des concepts clés, il s’agit d’un apprentissage par observation puis reconstruction ; ils citent, entre autre, un proverbe africain : «Si tu es dans un village inconnu, avant de danser, regarde donc comment dansent les autres.».

  • Evaluation-conseil du dispositif DECLAM

«L’évaluation est un système normé de jugements d’un référé vis-à-vis d’un référent en vue de prendre une décision quant à l’action évaluée.

  • Le référé renvoie selon Hadji (1989) à «des données qui sont de l’ordre du fait, et qui concernent l’objet réel à évaluer» (p. 25) ;
  • Les référents renvoient à «des données qui sont de l’ordre de l’idéal et qui concernent des attentes, des intentions ou des projets s’appliquant au même objet» (p. 25). (Aussel, 2013) ;
  • «L’adjonction du terme conseil à celui d’évaluation met l’accent sur la responsabilité du tiers intervenant qui conduit la démarche évaluative et en régule les effets formatifs jusqu’à pouvoir recommander des repères pour l’action aux différents acteurs qui s’y sont volontairement engagés» (Bedin, 2007).

La démarche praxéologique (Lhotellier, A. & St-Arnaud, Y., 1994), spécifique aux sciences humaines, sera construite (visée, méthode, processus) d’autonomisation et de conscientisation de l’agir (à tous les niveaux d’interaction sociale) dans son histoire, dans ses pratiques quotidiennes, dans ses processus de changement et dans ses conséquences.

Les deux approches seront, pour l’une, centrée sur le produit du dispositif et visant à évaluer l’efficacité ; et pour l’autre, écologique, davantage orientée vers le développement des acteurs dans une triple articulation (Lecointre, 1997) « Référence / Référé / Référent ».

 

[1] Foucault, 1975 ; Peeters & Charlier, 1999 ; Beuscart & Peerbaye, 2006 ; Agamben, 2007 ; Audran, 2010 ; Astier, 2012 ; Dumet, 2012 ; ; Fourcade & Krichewsky, 2012 ; Guillemot & Vial, 2012

[2] Audran, J. (2010). Dispositifs et situations. Contribution à l’étude anthropologique et communicationnelle des environnements d’apprentissage en ligne dans l’enseignement supérieur. (Habilitation à diriger des recherches, Université Paris Descartes, Paris, France). 

 

Retrouvez toute l’actualité du LéA Lycée H. Parriat – Montceau-les-Mines ICI


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search