Le Cercle d’Étude

Le cercle d’étude est un dispositif d’apprentissage volontaire. Le principe est de se retrouver pour échanger sur un sujet commun et partager son expérience, afin de développer ses connaissances et/ou trouver une solution à un problème.

On y considère que tout le monde a des connaissances, expériences et savoirs qui méritent d’être partagés. Les échanges sont guidés par un «facilitateur», qui instaure un climat de non-jugement.

Le cercle d’étude pose des questions intéressantes sur le rapport entre expérience, connaissances et transmission, et sur l’idée que tout le monde peut former. Les principes du cercle peuvent aussi servir le concept «d’organisation apprenante».

Définition et fonctionnement

Le cercle d’étude désigne une manière d’apprendre dans un groupe guidé par une question, une affirmation, une thématique, un problème à résoudre, une passion commune.

Les membres du cercle se retrouvent pour échanger sur ce qu’ils croient, ce qu’ils savent ou ce qu’ils ont appris, ils confrontent leurs croyances, opinions et savoirs aux questions des autres, à leurs points de vue et leurs expériences personnelles.

Les échanges sont guidés par un membre nommé «facilitateur» du groupe qui est leader mais pas un formateur ; tout en restant en retrait, il oriente les échanges, régule les temps de parole, propose d’autres perspectives, se fait avocat du diable, etc.

Pourquoi c’est intéressant ?

La force du cercle d’étude réside dans les principes qu’il défend, notamment, le climat de non-jugement et la diversité des profils qui y participent. Tous les participants sont à la fois des formateurs et des apprenants. Puisqu’il n’y a pas de hiérarchisation des connaissances ou de l’expérience, tout le monde est légitime dans la transmission des savoirs et peut apporter quelque chose aux échanges.

C’est un dispositif qui demande beaucoup d’engagement, car il est basé sur l’auto et la co-régulation. Cet engagement est mobilisé tout d’abord par la volonté d’apprendre : la motivation à se former vient principalement de l’apprenant lui-même (intrinsèque). Puis, il sera développé par la diversité du groupe qui crée la richesse des échanges et favorise une intelligence collective (Kaplan, 2013).

La reconnaissance des savoirs et de l’expérience d’autrui, et par leur valorisation, les cercles d’études, sont aussi des dispositifs qui développent, chez les apprenants, un sentiment d’efficacité personnelle (Bandura, 2014). Leur confiance en eux grandit en même temps que leurs connaissances.

Le fait de mettre tous les acteurs au même niveau dans un contexte d’apprentissage collectif soutient le concept d’organisation apprenante : le cercle d’étude mutualise les savoirs de chacun, actualise ses compétences, et se remet en question dans le but de se renouveler continuellement. (Duriez, 2017)

Bibliographie

BANDURA, A. (2014). Auto-efficacité. Bruxelles : De Boeck

CARRÉ, P. (2020). L’apprenance – Un nouveau rapport au savoir. Coll. Education Sup. Éds : Dunod

DURIEZ, F. (2017), L’organisation apprenante : dix principes et plus encore, Thot cursus.

KAPLAN, J. (2013), Cercles d’étude au service d’une intelligence collective.

KAPLAN, J. (2009), L’autodirection dans les apprentissages coopératifs : le cas des cercles d’études, Spécificités, 1, n°2, pp. 259-260

LEVASSOR, R (1937), Manuel pour les cercles d’études, éditions SPED, Paris

 

Retrouvez toute l’actualité du LéA Lycée H. Parriat – Montceau-les-Mines ICI


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search