Des paroles informelles aux dilemmes professionnels

     Lors de la préparation de la restitution de la visite d’étude au Québec, pour le séminaire de rentrée des LéA 2022, nous nous sommes dit qu’il serait intéressant d’avoir un regard enseignant sur cette rencontre.

     En préparant donc cet éclairage enseignant, je me suis dit qu’il fallait avant toutes choses commencer par remercier l’IFÉ pour avoir ouvert cette opportunité de participer à cette visite d’étude. Il nous faut bien remarquer, sans pour autant s’y résigner, qu’il est rare pour un enseignant d’avoir l’opportunité de décélérer, de sortir la tête du guidon de la pratique quotidienne pour découvrir des systèmes et des fonctionnements éducatifs différents du nôtre. Bien sûr, on peut se plonger dans la littérature, des ouvrages ou des articles, mais il faut selon moi privilégier les rencontres. Privilégier cette friction au réel des échanges car dans les interstices des présentations formelles se placent des temps de discussion, en dehors du cadre. Je pose ici l’hypothèse que ces temps d’échanges informels ont aussi quelque chose à apporter dans le développement professionnel de celles et ceux qui mènent des recherches collaboratives dans le cadre éducatif.

     Je propose donc de dévoiler des situations informelles que j’ai vécues lors de cette visite d’étude en exposant rapidement leur contexte et les réflexions qu’elles ont déclenchées comme dilemmes professionnels.

     “Tu sais notre pays est construit sur un brassage de culture“, me dit Rim, enseignante chercheuse au Liban, autour d’un café filtre. En effet le Canada et le Liban ont cela de commun que dans leur histoire récente ils construisent une société dite “multiculturelle”. Si je ne maitrise pas totalement ce concept, je vois là une hypothétique incidence sur certaines approches éducatives. En effet, construire un collectif sociétal sur la base des différences, sans chercher nécessairement à normaliser, conditionne sans doute l’approche éducative de l’inclusion ou de l’intégration dans une classe. De la même manière, quand les acteurs éducatifs se lancent dans des recherches collaboratives avec des chercheurs, le travail est sans doute quelque peu facilité car la prise en compte des différentes visions et approches est comme inscrite dans l’ADN culturel des acteurs.

     “Gère ta fougère“, une inscription qui tapisse les murs des écoles primaires que nous avons visitées. Cette affiche est entourée d’autres qui rappellent les compétences psycho-sociales, les stratégies à adopter en lien avec ces compétences, etc… Les élèves ont aussi une heure hebdomadaire pour travailler ces compétences (En savoir plus : immersion dans une école primaire québécoise). Cette quasi omniprésence m’a marqué et a fait émerger un dilemme professionnel :

Les compétences psycho-sociales peuvent-elles, et doivent-elles, être découplées des compétences disciplinaires ?”

     “Leadership collaboratif“, une expression que me partage Loïc, enseignant-chercheur au Québec, sur le chemin d’une école que nous allons visiter. En se rendant dans cette école, Loïc me prévient : “Tu vas voir ici les directrices et directeurs d’école ont vraiment une marge de manœuvre. Ils gèrent le financement de l’école et les recrutements.” Je stoppe la marche en l’interrogant sur les éventuelles dérives que peut avoir cette autonomie, en France cela inquiète. Il me répond que de toute façon cela ne pourrait pas marcher en France car nous ne pratiquons pas de “leadership collaboratif”. Je m’arrête à nouveau en entendant cette expression qui résonne pour moi sur des tonalités très paradoxales. Bien entendu, je comprends le principe sociocratique que cela sous-tend (à mon retour Sylvain Connac me proposera de consulter les travaux de Caroline Letor à ce sujet : les directions d’école au cœur du changement)  mais il y a sans doute là une dimension culturelle à interroger au travers du prisme de ce multiculturalisme évoqué plus haut. Un nouveau dilemme professionnel se dessine et persiste : “Faut-il changer la culture avant de changer la structure ou faut-il changer la structure pour tenter de changer la culture ?”

     “A 12h, tout le monde est sur le laptop !” me précise Nathalie, une doctorante québécoise à la pause qui suit sa présentation. Elle venait de nous parler des groupes de développement professionnel qu’elle organise pour mettre des collègues en réseau. Cela se passe en visio sur le temps du déjeuner. Le distanciel, nous nous y sommes tous consacré lors de la pandémie. Au Québec et au Liban, il est encore très présent dans le système éducatif, soit car il aide à mettre en relation des collègues séparés par des grandes distances dans un territoire vaste, soit car les crises qui s’accumulent ne permettent pas véritablement de reprendre un cours “normal” des choses. Le distanciel a donc ces avantages pour permettre d’échanger entre collègues qui n’ont pas nécessairement la possibilité de se rencontrer. Un autre dilemme professionnel surgit : “Faut-il, et comment, organiser des temps d’échanges informels dans un travail en distanciel ?”

     “Les profs se lèvent et vont en classe quand même !” me confie Nadia, une enseignante au Liban, lors de l’attente à l’aéroport. Nous parlons des crises que traversent les libanais et du quotidien qui devient de plus en plus difficile. Le salaire des enseignants a diminué d’un facteur dix et la moitié de la rémunération est gelée dans le système bancaire. Malgré cela, les profs vont en classe… quand même ! Notre visite d’étude avait pour objet de réflexion le développement professionnel des enseignants et des chercheurs dans une recherche collaborative, ce qui est certain c’est qu’en matière de conscience et d’intégrité professionnelle, les enseignants sont au rendez-vous, quoi qu’on en dise de temps à autres.

     J’aurais pu témoigner de bien d’autres situations informelles qui donnent à penser et qui suggèrent que les échanges qu’organisent ce partenariat entre le Liban, le Québec et la France nourrissent le développement professionnel de chacun.

Les paroles informelles seraient-elles des ancrages authentiques pour soulever des dilemmes professionnels ? 

Suivre la journée du Séminaire de rentrée 2022


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search