Rencontre nationale 2013 : l’avis des participants

lea1213_15mai2013_pictoLionel Vesin, correspondant LéA du LéA Staël

C’est la troisième fois que je participais en tant que correspondant Léa du lycée madame de Staël aux rencontres nationales des Léa. J’ai trouvé ce moment particulièrement intéressant cette année. Les témoignages et la présentation du travail effectué dans deux Léa (Germaine Tillion et Côte d’Or) ont été vraiment précieux. A la fois sur le fond et le contenu du travail de recherche, mais aussi sur les éléments de communication et d’organisation du Léa. Ces éléments ont été d’ailleurs repris lors des discussions dans un atelier l’après-midi. L’exposé des étudiants en master d’architecture de l’information sur les évolutions prochaines du site internet des Léa, ainsi que la possibilité de tester celles-ci en échangeant avec eux ont été vraiment rafraichissante et motivante. J’espère que les changements apportés à cet outil  permettront de faciliter son utilisation et favoriserons les échanges entre Léa.
Gilles Aldon, correspondant IFE des LéA Chabrières et LéA Valéry Depuis l’origine des Léa, je suis correspondant Ifé impliqué dans les relations avec le lycée Parc Chabrières d’Oullins à travers le projet européen EdUmatics. Je suis nouvellement correspondant du lycée Paul Valery à Sète et participe au Léa Côte d’Or. Ma position est donc intéressante puisque je suis acteur dans trois Léa avec des rôles et des responsabilités différentes : impliqué dans la recherche et correspondant au lycée Parc Chabrières, correspondant au lycée Paul Valery mais pas impliqué (pour l’heure) dans une recherche et au contraire, uniquement concerné par la recherche dans le Léa Côte d’Or. La journée de rencontre a ainsi été intéressante à tous ces titres : pour prendre la mesure des outils proposés et pour renforcer les liens d’appartenance au réseau, pour partager les travaux de recherche avec les autres équipes, même si le peu de temps disponible laisse encore un sentiment d’inachevé, et pour développer les relations avec les acteurs des Léa et étendre les recherches dans un contexte favorable ce qui point dans le Léa Paul Valery. Un mot particulier pour l’évolution du site qui me semble être un élément déterminant pour la communication et le dynamisme du réseau : la maquette présentée laisse présager un outil performant !
Ghita Benotmane, Etudiante master AI J’ai participé à la troisième rencontre nationale des LéA le 15 mai dernier à deux titres. Comme étudiante du master architecture de l’information de l’ENS de Lyon, j’ai présenté avec trois de mes collègues le travail que nous avons réalisé autour du renouvellement des outils de communication des LéA. Si nous avions déjà présenté ce projet le 4 avril devant l’équipe pédagogique du master, le faire devant les acteurs du réseau des LéA offrait une toute autre perspective. C’est une chance d’avoir pu recueillir les réactions à chaud des principaux concernés, ce qui a fait de notre projet un peu plus qu’un travail étudiant. J’ai également participé à cette journée en tant que stagiaire de l’IFE pour les LéA. J’ai organisé des tests utilisateurs tout au long de la journée, pour que les membres des LéA puissent manipuler le prototype de la refonte en cours du site web. C’est l’occasion pour moi de remercier toutes les personnes volontaires pour leur disponibilité et leurs retours très enrichissants.
Christian Jourdan, Correspondant LéA Eiffel Ce 15 mai j’ai participé à ma quatrième rencontre des LéA avec la réunion fondatrice du 23 novembre 2011, un habitué pourrait-on dire, mais cette fois-ci, j’étais accompagné du Chef d’Etablissement de notre LéA. J’éprouve un réel intérêt à ces  rencontres qui nous permettent de sortir de notre LéA « cocon » et de l’aspect quelque peu virtuel du réseau et j’en repars avec motivation pour continuer. L’organisation s’est « ritualisée » avec le découpage du matin et de l’après-midi. En matinée, c’est la représentation institutionnelle qui domine, un peu longue, lisse et donnant le sentiment qu’il n’y a pas de problèmes (même la non tenue de certains journaux de bord semble actée sans que la question de leur pertinence ne soit traitée). L’après-midi, les ateliers, véritables moments de rencontre entre acteurs des LéA sont courts et frustrants. S’ils permettent de lancer la discussion sur les points cruciaux du fonctionnement, le manque de temps ne permet pas un développement suffisant et pertinent. Il y a urgence à développer la réflexion autour du fondement même des LéA : la nature et les modalités de collaboration entre les différents acteurs et notamment entre enseignants et  chercheurs académiques. Pourquoi, dès à présent, ne pas faire le point sur les savoirs issus de la recherche quant aux démarches collaboratives ou des modes de travail en équipe pour construire une réflexion structurée, à ce sujet, au sein des LéA ?
Melodie Faguet, Etudiante master ADMIRE La 3ème rencontre nationale des LéA a été l’occasion pour moi d’entrer au cœur du fonctionnement du dispositif LéA. Actuellement en stage de Master 2 ADMIRE (Administrateurs de Institutions de Recherche et de Diffusion des connaissances) à l’Institut Français de l’Education, je travaille sur une problématique liée à l’articulation et l’intégration des LéA au sein de leur environnement. En me permettant de rencontrer et d’échanger avec de nombreux acteurs des LéA, tels que les correspondants IFE/LéA ou encore les responsables académiques, cette journée des LéA m’a permis d’avancer dans ma compréhension de la construction du dispositif LéA. Les ateliers, qui organisent une rencontre entre quatre ou cinq LéA travaillant sur des thématiques similaires, ont par ailleurs fait émerger de nombreux questionnements pour l’année à venir, tant dans le domaine de la communication du projet LéA que celui de la formation des enseignants. Autant de réflexions qui offrent un nouvel angle de vue sur l’ensemble du dispositif LéA, et qui amèneront progressivement le dispositif à se développer en un véritable « Réseau des léA ».
Martine Saint-Aman, Corresdponante LéA Léa EvaCoDICE Merci pour cette rencontre très vivante et riche en témoignages et en échanges dans une optique de collaboration et de co-formation :- témoignages de recherches variées car construites en tenant compte du terrain, des acteurs et des problématiques spécifiques à chaque établissement
– témoignage de démarches d’enseignants, de démarches de chercheurs, de démarche d’étudiants
– échanges de pratiques, de réflexions et de conceptions de la recherche actionAu-delà du pédagogique et du didactique, il s’agit bien d’un engagement coopératif qui remet en cause les pouvoirs établis dans l’acte d’apprendre, qui autorise chaque participant à être acteur et créatif, qui permet à chacun de participer à sa formation tout au long de la vie. S’enrichir, avec nos différences, pour construire ensemble. J’ai apprécié particulièrement le questionnement sur la place faite aux élèves dans la démarche collaborative.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.