Lire et écrire en recherche collaborative

Séance de travail lors de la semaine d’étude des LéA-IFÉ au Québec

La place de l’écrit dans les recherches collaboratives s’avère une question vive : elle interroge la collaboration elle-même et invite à réfléchir sur les rôles endossés par les contributeurs d’une recherche. La visite d’étude des LéA-IFE et des LéA libanais au Québec a permis de travailler collectivement cette question de nos activités respectives non seulement de rédaction mais aussi de lecture. 

Qu’est-ce que lire et écrire dans un projet de recherche participative ?

C’est la question que Pascale Thériault (UQAC) a contextualisée en présentant une recherche qui concerne l’enseignement systématique du vocabulaire vers le développement de la conscience lexicale et du plaisir des mots chez les très jeunes enfants. 

La lecture plurielle et l’écriture traversent cette recherche qui a rassemblé une chercheuse et une conseillère pédagogique, qui ont accompagné quatre enseignantes de premier cycle, dans le cadre de quatre rencontres de développement professionnel entre l’automne 2021 et le printemps 2022. 

Quelle méthode de collaboration a mis la lecture et l’écriture au service de la recherche ?

En amont de l’action de recherche, une sélection de textes d’appui est faite par la chercheuse en concertation avec la conseillère pédagogique.

Elles choisissent des textes institutionnels, scientifiques et professionnels qui pourront faire référence dans leur travail avec les enseignantes engagées dans l’action de recherche.

Elles s’arrêtent sur un article publié par un professionnel et adressé à des professionnels de l’enseignement, dont la pertinence pour le projet est d’abord discutée collectivement puis qui fait l’objet d’une lecture collective. Cet écrit facilitera le partage de connaissances et l’étayage des travaux de création collective de séances.

Ensuite, des albums de littérature de jeunesse complètent les références professionnelles des enseignants qui partagent leurs savoirs et analyses dans ce domaine au service de l’enrichissement lexical des enfants. Ainsi la variété des types de lectures reflète la diversité des acteurs investis dans cette recherche collaborative.

Ce retour d’expérience nourrit nos réflexions. Dans nos recherches participatives, les enseignants peuvent être accompagnés pour entrer dans la littérature de recherche. Dans certains cas, les chercheurs mettent divers articles à la disposition du collectif dans un dossier partagé. Dans d’autres situations, ils choisissent de leur restituer des lectures scientifiques ou de leur en fournir des extraits. 

À chacun son métier !

La lecture d’articles scientifiques constitue-t-elle une garantie d’acculturation à la recherche? Ces lectures sont-elles nécessaires pour des contributeurs qui ne sont pas des chercheurs ?

Les lectures mises en partage ne sont pas lues par tous les participants à la recherche. Par ailleurs, il serait naïf de penser qu’une lecture suffit à une acculturation à la littératie scientifique et à l’appropriation de ses codes.

En outre, nombre d’enseignants, conseillers pédagogiques, formateurs et cadres de l’éducation s’engagent dans des recherches collaboratives pour développer leurs pratiques, les discuter et les transformer pour les améliorer, sans souhaiter donner une couleur scientifique à leur activité professionnelle. De même, des chercheurs peuvent ne pas souhaiter passer par une lecture-décryptage face à un écrit professionnel ou à un écrit scolaire d’élève, dès lors qu’il ne s’agit pas de leur objet de recherche.

Les lectures choisies comme références pour une recherche soutiennent la réflexion du collectif, guident l’action d’expérimentation. Elles peuvent aussi cadrer des activités d’écriture, en vue de produire des ressources pédagogiques, de rédiger des articles restituant les fruits de la recherche. La publication d’un article dans une revue scientifique suppose des contraintes académiques d‘écriture dont les codes sont familiers aux professionnels de la recherche. Certains praticiens en enseignement, conseil en formation ou pilotage institutionnel peuvent y trouver leur compte mais d’autres peuvent reprocher aux contraintes du genre scientifique de les éloigner de leur ancrage professionnel. Pour diffuser les connaissances issues de ces recherches, la rédaction peut être collective.

Dans certaines communautés, les chercheurs, aguerris à cette activité rédactionnelle, rédigent une première version du texte puis le soumettent à discussion avec le collectif qui en propose des ajustements, pour une meilleure adéquation aux représentations de l’ensemble du groupe de recherche.

“Éclater le lectorat” pour mieux lire et écrire ensemble

Marie-Pierre Baron (UQAC) travaille activement à promouvoir des formes de publications à l’interface entre les divers lecteurs et scripteurs qui s’intéressent à l’éducation et à la formation. Elle y voit un enjeu de transfert des connaissances issues de la recherche. Elle travaille à “éclater le lectorat”, en faveur de la démocratisation des connaissances issues de la recherche. Dans un monde numérique où les productions scientifiques peuvent circuler en abondance, elle souhaite contribuer à augmenter leur intelligibilité en accompagnant leurs lecteurs.

Travailler avec le milieu scolaire pour distiller la recherche peut réduire le décalage constaté entre les connaissances produites et les connaissances utilisées sur le terrain des pratiques enseignantes et éducatives. Si des relais existent, ils sont parfois discutables ; Marie-Pierre Baron explique que, par exemple, un blog où les collègues partagent des pratiques ne présente pas nécessairement la rigueur scientifique qui permettrait d’augmenter la réussite de l’enseignement. 

La Revue hybride de l’éducation, dont Marie-Pierre Baron dirige la publication, cherche à faire valoir tous les points de vue pour regarder autrement les pratiques en éducation. Diverses modalités de corédaction y sont appliquées, propres à toucher un lectorat pluriel.

Ainsi, cette revue interface, se compose de trois rubriques, décrites sur son site :

  • la rubrique «Milieu de recherche (présente) des articles de recherche sous deux volets : un volet scientifique qui rend compte des démarches et des résultats de recherche et un volet professionnel qui permet la vulgarisation du volet scientifique. Les partenaires des milieux scolaires peuvent ainsi contribuer à certaines étapes d’écriture.»
  • la rubrique «Milieu scolaire (présente) des articles professionnels écrits par des acteurs des milieux scolaires (enseignants, directions, chercheurs, professionnels, etc.).»
  • la rubrique «Place à la relève scientifique (donne) un espace aux étudiants de cycles supérieurs pour présenter leur projet de recherche (en cours ou terminé), ainsi que différentes actions novatrices ou  réflexions contribuant à leur démarche de formation scientifique.»

Se lancer dans l’écriture n’est parfois pas simple pour les enseignants qui manquent de temps, et qui peuvent parfois ressentir un défaut de légitimité. La Revue hybride de l’éducation propose de dissoudre cette contrainte en ayant recours à des entretiens oraux avec les enseignants qui sont ensuite retranscrits et soumis à révision par les auteurs. Les Cahiers pédagogiques, revue d’interface française, use de la même technique aussi du côté chercheur pour dissoudre la contrainte de l’accessibilité des concepts scientifiques.

Serge Quilio (Université Côte d’Azur), enseignant-chercheur engagé dans le réseau de recherche collaborative des LéA-IFÉ depuis leur création en 2011, s’attache à décrire «un art de faire ensemble». Il explique comment il est parvenu, au fil d’un travail d’une année et demie, à la parution d’un Dossier thématique consacré aux LéA-Ifé dans la revue Education et Didactique en relevant le défi d’intégrer des écrits dans lesquels la collaboration et la coopération étaient l’objet d’une production scientifique reconnue.

Qu’est-ce que lire dans un projet de recherche participative ?

Des éléments de définition se dégagent des communications présentées. 

La lecture pratiquée dans les recherches collaboratives présentées cette semaine s’avère une lecture sélective et critique. Mobiliser un écrit et l’exploiter fait l’objet de discussions voire de controverses et de négociations dans la collaboration de recherche. Lecture et écriture peuvent être des objets de recherche mais ils sont aussi un vecteur de collaboration et de développement professionnel. La lecture a pour fonction de nourrir les partages et d’alimenter des écrits. Les bibliographies citées dans nos publications et communications orales en témoignent.

Quel est le moment le plus propice à la lecture partagée ? Est-ce en amont de la recherche ? Est-ce au moment de la mise en œuvre d’un protocole d’enquête ? Chaque équipe de recherche répond à ces questions de manière singulière. Il ne semble pas y avoir de règle.

Écrire dans un projet de recherche participative : des variations sur un même thème

Écrire est une activité incontournable dans les recherches collaboratives présentées : les actes de verbalisation, de mise en texte et de révision formalisent les pensées partagées et soutiennent le développement de chacun.

À chaque format correspondent des profils de destinataires et une échelle de diffusion. Dans le cas particulier du journal de bord, la verbalisation est essentielle pour soi. Le dossier partagé ou le blog touchent une communauté plus ou moins étendue mais relèvent d’un entre-soi et laissent place à l’implicite, avec l’idée que certaines informations vont sans dire. Dès lors qu’il y a édition externe, en revanche, l’écriture contraint davantage à la question des lecteurs. Penser le lectorat est alors nécessaire pour penser l’écrit et orienter l’écriture vers un discours transparent et explicite. Les formes écrites en collaboration varient aussi selon les projets et les acteurs qui y sont engagés. Un format d’édition ne peut donc pas se décréter. Toute la difficulté, dans le champ de l’édition, est de proposer des formats d’écriture qui répondent aux attentes d’un lectorat identifié le plus précisément possible. C’est à cette mise en correspondance entre un lectorat et des rédacteurs que se heurte un comité de rédaction au moment de la création d’une revue.

Du côté québécois, l’histoire de la Revue hybride de l’éducation en témoigne. Du côté français, c’est à cette question que se confronte la revue naissante Partages, qui se consacre aux questions de didactique du français et des langues en contexte de recherche collaborative et qui s’attache à explorer et à définir de nouveaux formats d’écriture. Des formats courts mis au service de projets en cours, avec une composition donnant la priorité au contexte d’expérimentation et à sa méthodologie pour terminer par une ouverture sur les cadres théoriques de référence choisis. 

Si trois formats sont envisagés d’emblée pour cadrer des appels à contribution de cette nouvelle revue, les propositions des auteurs devraient conduire à la confirmation ou à l’évolution de ces cadres.

Lire et écrire ? Lire puis écrire ? Lire et relire pour mieux écrire ?

Ces questions reflètent une partie des échanges de cette riche semaine d’étude.

Lecture et écriture se mettent au service d’un enjeu fort de documentation. Qui documente qui dans nos recherches collaboratives ? Dans le projet présenté par Pascale Thériault, c’est en amont de l’action de recherche qu’un binôme chercheuse-formatrice documentent théoriquement les actions. Elles poursuivent ce travail de cadrage théorique au fil des expérimentations du collectif, permettant aux acteurs de penser leurs actions sous un angle de vue distancié. Dans de nombreux cas, les praticiens documentent eux-mêmes l’activité du chercheur, lorsqu’ils interviennent comme premiers lecteurs critiques d’une publication en cours : leurs lectures, au prisme de leur contexte d’exercice professionnel, offrent aux chercheurs une confirmation ou une demande d’ajustement de leur représentation du monde scolaire. Une mise à jour des connaissances scientifiques peut ainsi s’opérer à l’occasion d’une révision de texte en corédaction.

Ainsi alternées, lecture et écriture se complètent. La porosité entre les deux activités documentaires fonde la collaboration. À cette dynamique de documentation réciproque propre aux collectifs de recherche, s’ajoute une dynamique centrifuge : étayer puis formaliser par l’écrit nos actions de recherche documente également le monde de l’éducation, de l’enseignement et de la formation sur les spécificités de nos fonctionnements collaboratifs.

Suivre l’actualité de la visite d’étude des LéA-IFÉ


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search