Valuation du projet Pailleron

Le LéA Pailleron entame sa troisième année d’existence. Nous avions fini notre seconde année avec une réflexion commune sur la «valuation» de notre projet, faisant ainsi suite au séminaire international des LéA 2022. La valeur centrale du Projet Sciences du collège Pailleron semble bien être la «collaboration».

  • Collaboration des membres du LéA.

Le projet LéA a donné lieu à des synergies très positives entre enseignants, chercheurs, représentants de la CARDIE et du REP, et a permis de créer des liens avec l’Ifé et les autres LéA lors des différentes réunions et séminaires. Notre sélection à la Journée Nationale de l’Innovation en 2022 en est un révélateur.

Les identités professionnelles associées à chaque discipline ont été discutées, comparées, synthétisées dans des objectifs de savoir commun autour de la classe de sciences de 6ème et du fil rouge du «voyage vers Mars». Cette synthèse a permis la construction de séquences autonomes intégrant une formalisation des consignes et de la typologie adaptée à tous les élèves, ainsi que des aides-outils permettant de lever les obstacles cognitifs repérés les années précédentes.

Tous ces éléments ont été évalués ces dernières années, en grande partie dans le cadre du travail de recherche de thèse de Lucie Copreaux, orienté vers l’observation de la transformation des pratiques enseignantes dans le contexte du projet Pailleron. En 2021-22, nous avions mis en place des évaluations cohérentes avec cette formalisation. Les résultats nous ont semblé alors prometteurs.

  • Collaboration des élèves

En fin d’année 2021-22, les élèves du projet Sciences ont fait une synthèse de leur année. Il est apparu pour plusieurs groupes une évolution des relations entre les élèves d’une équipe (constituée de quatre élèves). Nous avons alors souhaité orienter notre travail pour l’année 2022-23 sur l’évaluation de la collaboration entre élèves tout au long du projet. Pour cela, nous nous sommes inspirés de l’article de Child & Shaw «Towards an operational framework for establishing and assessing collaborative interactions” (Research Papers in Education, 2019, 34:3, pp.276-297). Ils proposent de distinguer la collaboration en tant que processus («process» dans leur Figure 1, reproduite ci-dessous) et la collaboration dans l’objectif de production de résultats («as outcom »).

Les conditions de la formation (bulle de gauche) sont assurées à travers le changement de la posture enseignante, la construction des tâches, et la constitution hétérogène des équipes pour les élèves. Cet aspect de la collaboration est le résultat du travail mené par le projet Sciences depuis plusieurs années. Cette année, nous mettons en place une méthodologie d’évaluation de la collaboration (bulle de droite) associant observations de séances de classe, interview d’équipe et réponses aux questionnaire par les enseignants après chaque séance et les élèves après chaque thème (ensemble de 4 séances).

Les critères d’observation prennent en compte les aspects individuels et collectifs (voir Child & Shaw et la revue de littérature proposée par Emily Lai 2011, Pearson Publisher) :  Intérêt de chacun pour la tâche (ni trop simple, ni hors de portée) et résolution collaborative (aide apportée au groupe et reçue du groupe – ou de l’enseignant…).  

 

Nous reviendrons au cours de l’année sur le blog des LéA avec les résultats de nos analyses !

Suivez toute l’actualité du LéA Pailleron ici !



Citer ce billet
Emmanuel Rollinde (2022, 19 septembre). Valuation du projet Pailleron. LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tna3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search