Donner de la valeur à la recherche collaborative : avec qui et pour qui ?

Catherine Hurtig-Delattre, chargée d’études au pôle formation IFÉ, a participé à la Rencontre Internationale de mai 2022. Elle nous partage un témoignage de ces deux journées vécues avec le Réseau des LéA.

Au-delà de ces constats récurrents et réjouissants, je me suis attachée à un champ de réflexion quant à la méthodologie de recherche : celle de la gestion de l’asymétrie parmi les acteurs de la recherche collaborative. Car le nom même de ce type de recherche implique une forme d’horizontalité. Pour autant, tous les acteurs ne sont pas sur un pied d’égalité : ils ont des parcours différents, des expertises différentes, des missions différentes dans la conception, la mise en œuvre puis la valorisation de la recherche. Cela est vrai entre chercheur-e(s) et professionnel-le(s) dits «de terrain». Toutes les équipes sont en tâtonnement pour construire un parcours partagé tout en reconnaissant les différences. Cela se complique considérablement lorsque des parents d’élèves -donc des adultes non professionnels- sont parties-prenantes de la recherche. Et cela devient particulièrement délicat lorsque des élèves sont également impliqués.

La plupart du temps, parents et élèves vont être «objets d’études» : on va «enquêter» sur leurs actions, leurs avis, leurs ressentis qui seront autant de données permettant de mieux comprendre la situation.

Pourtant, plusieurs LéA explorent courageusement d’autres voies. Ainsi le LéA REP+ Barbusse – Cité Educative Vaudaise, qui coopère depuis le début avec un groupe de parents d’élèves, partenaires à part entière du projet. Mais aussi le LéA classes coopératives Lycée Feyder (93) (pratiques coopératives) , le LéA Ecole Jules Ferry – Villeurbanne (créativité musicale) le LéA Réseau Ecoles-Collèges Maine et Loire (écrits philosophiques)  qui intègrent les élèves comme «interlocuteurs valables» au sein de la recherche. Ces LéA entendent «faire avec» et non plus «faire pour» . Passionnantes brèches dans l’asymétrie vécue par les élèves et les parents… mais des foules de questions se bousculent !

Associer oui, mais avec quelles modalités ? Avec quelles limites pour ne pas leurrer un interlocuteur certes valable, mais à une place si différente ? Par exemple : à qui appartiennent les données recueillies (les textes/productions musicales/vidéos de classe/entretiens ou récits de parents) ? A quel moment, avec quelle méthode, avec qui décide-t-on de leur traitement, de leur anonymisation ? Qui produit les critères de choix des extraits étudiés, les catégorisations ? Ou encore : quelle distance entre «faire avec» et «évaluer avec» ? Et enfin : comment gérer les affects, normalement présents pour des acteurs qui n’ont pas la mise à distance du professionnel ?

Une piste possible : peut-être pourrait-on transposer ici le concept « d’asymétrie à parité d’estime[1] », si précieux dans les relations co-éducatives[2]. Il s’agit d’assumer l’asymétrie : clarifier les rôles différents, expliciter les moments où les expertises sont mises en commun et celles où elles agissent séparément, en ayant toujours à l’esprit cette estime réciproque non hiérarchisée. Cela ouvre à la possibilité de s’interpeller, de se laisser bousculer sans chercher ni la prise de pouvoir, ni la fusion-confusion. La mise en pratique de ce concept pourrait passer par une transposition de la méthode des « savoirs croisés » d’ATD quart monde[3], qui propose de travailler d’abord par «groupes de pairs» et de prendre en compte systématiquement l’asymétrie lors des temps en groupes hétérogènes (par une attention particulière aux mots de vocabulaires et à l’accès aux concepts, par une organisation spécifique des tours de parole et des restitutions, etc…).

Une aventure pourrait peut-être se tenter, qui concrétiserait les liens entre les pôles de l’IFÉ : pourquoi pas co-construire une formation de formateurs avec des parents d’élèves acculturés grâce au LéA ? Ainsi on pourrait réfléchir à «former avec» au lieu de «former pour»…

A suivre !

Catherine Hurtig-Delattre, Centre Alain Savary, pôle formation de l’IFÉ/ENS

Retrouvez l’actualité des LéA ici :

LéA REP+ Cité Educative Vaudaise

LéA classes coopératives – Lycée Feyder (93)

LéA Ecole Jules Ferry – Villeurbanne

LéA Réseau Ecoles Collège – Maine et Loire


 

[1] Concept développé par les sociologues Gaston Pineau et Claire Hébert-Suffrin dans les Réseaux d’échanges réciproques de savoirs https://www.rers-asso.org/ et par l’ANLCI (Association Nationale de Lutte contre l’Illetrisme) http://www.anlci.gouv.fr/

[2] http://www.touteduc.fr/fr/archives/id-13165-la-coeducation-c-est-possible-mais-a-parite-d-estime-ouvrage-

[3] https://www.atd-quartmonde.org/nos-actions/penser-agir-ensemble/croisement-des-savoirs/




Citer ce billet
équipe des léa (2022, 24 juin). Donner de la valeur à la recherche collaborative : avec qui et pour qui ? LE BLOG DU RÉSEAU DES LéA-IFÉ. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tn9l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search