Quand attribuer une valeur aux recherches collaboratives ne va pas de soi

Les 17 et  18 mai derniers s’est déroulée la 12ème Rencontre Internationale des LéA. Une centaine de personnes, membres du réseau des LéA et partenaires institutionnels et internationaux se sont retrouvés pour une journée sur le thème “Sens et valeur des projets conduits dans les recherches collaboratives”.

 

Pour introduire la réflexion sur cette thématique, Lucie Mottier-Lopez, Professeure à l’Université de Genève, nous a proposé une conférence intitulée “Repérer, coconstruire, reconnaître la valeur d’une recherche collaborative : enjeux de régulation pour les LéA et pour le Réseau des LéA”

Les acteurs de différents LéA se sont ensuite prêtés au jeu et ont partagé leurs expériences autour de la valeur de leurs productions, de leur démarche, du sens qu’ils donnent à leurs travaux et de la façon dont ils se sentent évalués. (Résumés des contributions du matin, Résumés des contributions de l’après-midi).

Isabelle Nizet, de l’Université de Sherbrooke, nous a apporté en fin de journée son regard transversal sur les nombreuses communications scientifiques des LéA et des pistes de réflexion pour poursuivre notre travail autour de l’évaluation des projets LéA.

Voici quelques réflexions partagées lors de cette journée riche en collaboration !

Évaluer une recherche collaborative ne va pas de soi …

Les recherches collaboratives, comme toutes autres recherches, sont évaluées de façon itérative en amont, pendant et à l’issue des travaux. Cela passe par des dossiers de demande de financement, par des communications écrites ou orales soumises à des pairs, par un ajustement entre analyse et recueil de données, par le regard de l’institution, etc. L’évaluation existe. Et pourtant, elle ne va pas de soi. 

Cette rencontre a permis d’interroger la nécessité même de cette évaluation et a donné des pistes pour envisager la valeur des recherches collaboratives en tenant compte de leurs spécificités. 

 

Pourquoi est-ce difficile de donner une valeur aux recherches collaboratives ?

L’évaluation fait peur, elle opère un contrôle. Dans une recherche collaborative, nous tentons d’instaurer et de maintenir un climat de confiance entre tous les acteurs, de suspendre les jugements normatifs. Comment évaluer sans briser ce lien de confiance ? Ne faut-il pas mieux oublier l’évaluation afin de préserver la collaboration ? Et si évaluation il y a, sur quoi doit-elle porter ? Les produits de la recherche ou le process ?  

Les produits s’attachent souvent à répondre à une problématique locale, à des attentes du terrain. Les résultats ne seront donc pas toujours transférables. Quant au process, il concerne à la fois la méthodologie de la recherche mais également la démarche de collaboration. Par ailleurs, la collaboration dans un LéA implique des acteurs différents avec des objectifs variés. 

Comment évaluer ces visées différentes ? A partir de quelles normes les évaluer ? Et comment prendre en compte les temporalités différentes à l’œuvre dans les recherches collaboratives ? Les LéA se construisent souvent pour répondre à une urgence locale. Les professionnels ont besoin de réponses immédiates à leurs problématiques, réponses que la recherche ne peut pas fournir à court terme. 

Se pose également la question de la légitimité des produits de nos recherches collaboratives et donc de leur évaluation. On se demande si ce que l’on a développé va servir, on s’interroge sur la qualité de notre collaboration et de nos productions. 

Finalement, l’évaluation est souvent un impensé dans les recherches collaboratives et pourtant, le risque de ne pas la travailler est que d’autres le fassent à notre place sans prendre en compte nos spécificités.

Si la valeur de la recherche collaborative n’est pas pensée par les acteurs internes aux projets, elle ne le sera que par des acteurs extérieurs.

 

Quelle évaluation externe des recherches collaboratives ?

L’évaluation externe est importante pour le projet et ses acteurs. Selon le principe de double vraisemblance, dans les recherches collaboratives elle s’appuie sur une évaluation scientifique et également une évaluation des usagers des savoirs et productions.

Elle permet la reconnaissance et participe de l’objectivation, de la mise à distance nécessaire à l’avancée de la recherche. Pour le LéA Bordeaux Sud Achile par exemple, la participation à des colloques et communications a contribué à une validation scientifique alors que la participation à des formations a contribué à une évaluation par les professionnels. Ces confrontations et rencontres avec des acteurs des deux communautés ont enrichi les chercheurs et enseignants, elles ont permis de sortir du local pour aller vers le départemental et le national.

Quant au LéA REP + Barbusse – Cité Éducative Vaudaise, ils ont travaillé sur le regard que peuvent porter des personnes extérieures sur leur recherche. Cette analyse, sans complaisance, a montré la difficulté à faire reconnaître la transférabilité des productions issues du LéA à d’autres contextes. Les enseignants de l’établissement ne participant pas au projet pensent la recherche comme pertinente pour les acteurs mais n’en voient pas l’intérêt collectif. L’institution y voit une possibilité de fournir des ressources locales pour le terrain. Les habitants du territoire perçoivent principalement l’engagement des acteurs, la lutte pour l’amélioration des conditions de travail des enfants du collège. Enfin, les membres du laboratoire porteur du projet peinent à considérer le travail mené dans ce LéA comme une recherche à part entière, ils en reconnaissent l’intérêt sans pour autant l’estimer prioritaire. Finalement, l’évaluation externe met ici en avant la valeur locale et l’intérêt individuel que les acteurs peuvent y trouver.

Il est donc nécessaire que les acteurs des LéA rendent eux-mêmes visible la valeur de leurs productions pour être reconnus. Cette reconnaissance est également une préoccupation du terrain afin que le fruit de la recherche soit partageable avec d’autres. Cette valeur attribuée, partagée collectivement est nécessaire pour que le projet fasse sens et ne peut prendre appui que sur les regards extérieurs.

Cette évaluation externe ne pouvant prendre en compte toute la richesse des recherches collaboratives, elle doit être nourrie par l’évaluation interne.

Quelle évaluation interne des recherches collaboratives ?

Les recherches collaboratives peuvent difficilement se limiter à une évaluation externe des produits de la recherche et de la méthodologie utilisée pour les produire. Il est important de s’intéresser également à la démarche de collaboration qui contribue aux produits de la recherche. Une évaluation interne de cette démarche par les acteurs est un moyen de la réguler au fil de l’eau et de consolider la robustesse de ses produits.

Quelques pistes pour une évaluation interne des recherches collaboratives

Pendant ces deux journées de travail, des outils et des pistes ont été proposés pour initier ou poursuivre une réflexion autour des évaluations des recherches collaboratives.

Vous pouvez les retrouver ci-dessous :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search