Compte-rendus des deux dernières réunions de 2014 du LéA Marseilleveyre : Travail sur les PER

Réunion du 27 novembre 2014.

Sont présents les membres de l’équipe de recherche, les enseignantes du collège Marseilleveyre ainsi que les deux collègues des deux établissements alentours.

Les participants se sont scindés en deux équipes pour pouvoir travailler plus concrètement sur les projets en cours : l’une des équipes a réfléchi collectivement à l’amélioration du PER sur le théorème de Thalès : si la version en quatrième s’avère fonctionnelle, la proposition de l’équipe de recherche pour la classe de troisième ne satisfait pas les professeurs du LéA. L’autre groupe a travaillé sur les aménagements apportés à une version initiale du PER sur l’algèbre en troisième.

Réunion du 18 décembre 2014.

Sont présents les membres habituels de la réunion.

L’ordre du jour programmé pour cette réunion a été envoyé à tous une semaine plus tôt :

⁃ bilan symétrie

⁃ bilan algèbre

⁃ point sur Thalès : mais peu d’avancées sur le doc. Des difficultés subsistent….. Prévu d’y travailler en janvier.

La discussion s’engage sur les difficultés rencontrées avec le théorème de Thalès qui rappellent celles rencontrées avec celui sur les nombres relatifs pour lesquels sont aussi prévues des reprises même s’il s’avère robuste d’année en année. Une enseignante remarque même que certains élèves prennent conscience de la différence entre les différents types d’enseignement qui leur sont dispensés : ils font des parallèles entre les PER qu’ils ont rencontrés et s’engagent plus volontiers dans une démarche de raisonnement, indiquant ainsi une évolution du contrat didactique.

Après le départ de deux collègues pour cause de réunions dans leurs établissements, les participants restants s’intéressent alors au PER sur la symétrie centrale en classe de cinquième : les trois enseignantes l’ont fait passer dans leurs classes et un premier bilan est dressé : les élèves ont eu des difficultés par méconnaissance des propriétés enjeu des différents raisonnements.

Dès le début du PER, se pose la question de faire vivre la nécessité d’un raisonnement : la réponse fournie est-elle toujours vraie ? Y en a-t-il d’autres ? Et ce type de questionnement est encore pris en charge par les professeurs. Le manque de soin dans les productions des élèves (des pliages successifs avec la même feuille…)  est aussi relevé mais vite dépassé par la fourniture de plusieurs photocopies pour chaque tentative.

De même la question du milieu des segments, cruciale dans le déroulement du PER est encore trop souvent à la charge du professeur selon deux d’entre elles, ce qui semble indiquer selon l’un des chercheurs que les élèves restent dans la géométrie pratique relative à l’espace sensible. La troisième, pour inciter les élèves à s’emparer de cette question leur donne un exercice qu’elle expose pour lequel le point recherché n’est pas le fameux milieu des segments, exercice qui intéresse vivement les autres enseignantes qui vont l’utiliser dans leurs classes.

L’usage des TICE avec le logiciel Géogebra est aussi salué comme apportant une réelle plus-value dans la dernière étape du PER pendant laquelle les élèves visualisent mieux l’invariant et les déplacements de points dans la transformation qu’est la symétrie centrale.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.