Séminaire de rentrée 2012 : l’avis des participants

Voici les réactions de différents participants au séminaire de rentrée des LéA du 17 octobre 2012.

Bénédicte MoureyBénédicte Mourey, correspondante du LéA Côte d’Or Professeur des écoles et formatrice dans le premier degré nouvellement arrivée dans le département de la Côte d’or, j’ai été nommée sur un poste de conseillère pédagogique départementale, chargée de la mission école du socle-expérimentation-innovation auprès de Madame Evelyne Greusard, DASEN. Dans le cadre de ces missions, je suis devenue la correspondante du LéA Côte d’Or.Ma participation au séminaire des LéA le 17 octobre m’a permis de bien appréhender le rôle de correspondante LéA, ainsi que le concept des Lieux d’Éducation Associé. En effet, la présentation générale des LéA en matinée a permis de clarifier le dispositif et de le positionner par rapport aux partenaires institutionnels. Il apparaît clairement que l’existence et la légitimité des LéA ne peuvent se faire que dans le cadre de partenariats établis et institués par des conventions.De plus, les ateliers de l’après-midi nous ont permis d’échanger sur le rôle des correspondants, sur les freins et obstacles à surmonter. Le fait d’être avec des « anciens » correspondants LéA permet de bénéficier de leur expérience dans ce rôle nouveau et de créer des liens pour partager nos travaux sur le site collaboratif.Enfin, j’ai pu échanger de nombreuses informations sur le projet spécifique de la Côte d’Or avec la correspondante IFE et mettre en place une vraie collaboration. L’intégration dans le groupe s’est faite naturellement grâce à l’accueil chaleureux des organisateurs et des participants.
 Aristide CriquetAristide Criquet
correspondant du LéA MACARhon
Le « Séminaire sur les outils des LéA » du 17 octobre 2012 a été très constructif pour moi, très récemment invité à entrer dans le réseau, à plusieurs titres :1°) En termes de contact humain :Aussi efficace que puissent être les outils numériques pour communiquer (messagerie électronique, documents partagés en ligne, …), il m’apparaît fondamental de ponctuer le travail distant par des rencontres régulières afin de conserver sa dimension humaine à tout projet, sans compter le facteur (re)dynamisation que les rencontres en présentiel procurent généralement.La participation à cette journée représentait en outre pour moi la toute première occurrence pour « mettre un visage » sur l’ensemble des principaux responsables du projet, ainsi que sur celui des principaux contacts opérationnels qui seront les miens au sein de ce dispositif, élément non négligeable dans la facilitation des échanges et communications à venir.2°) En termes d’appréhension de l’ampleur, des objectifs, et de l’organisation du dispositif :Les interventions et la conférence du matin ont représenté un moment clef pour moi au regard de la représentation désormais bien plus précise que je peux me faire du réseau des LéA et de ses ambitions.En effet, ayant été invité il y a très peu de temps par Sophie Soury-Lavergne à rejoindre, en tant que correspondant LéA, le LéA MaCARhon dont elle est correspondante IFÉ, malgré son évocation de la notion de réseau, et malgré les lectures que j’en avais faites sur le site de l’IFÉ, j’étais loin de me douter à quel point les LéA représentaient un dispositif phare pour l’institut, et de l’ampleur des ambitions qui y sont associées. Élément de motivation supplémentaire à participer à ces travaux dans un contexte amorcé de refondation de l’école et des pratiques de formation afférentes.3°) En termes d’implication/participation :J’ai enfin trouvé extrêmement positif et constructif que les différents acteurs des LéA soient conjointement sollicités pour définir ensemble, l’après-midi, les éléments de charte qui vont guider leurs actions respectives. Cela me semble un facteur fort d’implication et de mise en cohérence de l’action de chacun, même si dans mon cas, tout nouvel arrivé, je ne dispose pas encore du moindre recul pour analyser et estimer quels éléments de ces chartes seront susceptibles de se révéler respectivement plus ou moins pertinents. Mais, l’idée qu’elles constituent avant tout un guide, qui plus est évolutif au fil de l’expérience, et non un cadre rigide et inhibiteur, a par conséquent rendue très intéressante la participation de tous, à mon sens, au processus de réécriture/précision de la version initialement proposée.Au final, une journée où tout était à découvrir pour moi et qui ne m’a procuré que des satisfactions ; journée ayant par ailleurs été extrêmement bien préparée sur le plan organisationnel, et de ce fait, très agréable à vivre.
Pascal FinoPascal Fino
Correspondant du LéA Cité Scolaire Internationale de Lyon
Représentant de la Cité Scolaire Internationale de Lyon, c’est tout d’abord en « voisin »que je suis venu participer au séminaire des correspondants LéA. La proximité des 2 établissements a déjà permis des collaborations ponctuelles, en particulier lors de la Fête de la science. L’objectif de cette rencontre était de voir comment aller plus loin et de créer un véritable partenariat.Fort de mon expérience d’ancien formateur associé à l’IUFM je connais l’importance du rôle et de la place de chacun des partenaires. Ne voulant pas être, à l’époque déjà, un simple terrain d’expérimentation, j’avais réussi à créer une réelle collaboration avec les professeurs du pôle scientifique et en particulier Charles-Henri Eyraud qui est maintenant et logiquement mon correspondant IFÉ.Les présentations du matin m’ont rappelé quelques mauvais souvenirs. Ainsi alors que des LéA ont déjà fonctionné l’an passé seules des personnes de l’IFÉ sont intervenues pour les présenter. Par ailleurs l’utilisation abusive de sigles ou jargon m’a semblé s’éloigner des réalités du terrain… erreurs de jeunesse sans doute, me suis-je dit.Sans me décourager j’ai donc profité de la pause méridienne pour «  réseauter » et ainsi nouer des contacts très prometteurs avec le LéA de Manosque, lui aussi école internationale.L’après-midi je suis donc revenu  plein d’espoir afin que l’on définisse mieux, les uns et les autres, nos rôles respectifs et réciproques. L’atelier sur la charte des correspondants a été très utile en ce sens car nous avons pu aborder les aspects concrets de notre tâche, ses contraintes et ses obstacles : l’aspect administratif de la signature de la convention pour nous, directeurs d’école sans reconnaissance statutaire, étant le premier à résoudre.Les animateurs de l’équipe de pilotage ont montré, tout au long de la journée, leur enthousiasme, leur implication et leur disponibilité.La diversité des personnes présentes est aussi très prometteuse pour la suite.J’espère ainsi que le travail de cette année va porter ses fruits et qu’au prochain séminaire je ne viendrai plus en voisin mais en véritable partenaire. »
 Laurent VeillardLaurent Veillard
UMR ICAR (CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon)
Correspondant IFÉ du LéA Lycée de l’automobile Émile Béjuit
Le projet de recherche Pratiques langagières, circulation des savoirs et gestes professionnels en LP, vise à mieux comprendre les variations des conditions d’enseignement, d’apprentissage et de socialisation langagière d’un type de situation didactique à un autre (cours disciplinaires, atelier, stage …) au sein des formations de CAP et de Bac professionnel. Il a démarré en septembre 2011 dans un lycée des métiers de l’automobile de la région Lyonnaise et a été retenu comme Lieu d’éducation Associé par l’IFÉ en septembre 2012. Je suis le responsable scientifique de ce projet, et, depuis septembre, le correspondant IFÉ du LéA.J’avais déjà participé à la première rencontre des LéA au printemps 2012 qui, quoique intéressante sur le plan du fonctionnement du dispositif, m’avait paru manquer de temps d’échanges informels entre les participants. Nous sommes en effet sur un dispositif (les Léa) en construction et il me semble qu’il y a un fort enjeu à ce que les différents chercheurs et enseignants engagés sur des terrains variés puissent s’informer mutuellement, confronter leurs expériences et construire des rapprochements en fonction des objets d’étude et des lieux. Il y aurait sans doute un risque à tenter de formaliser trop vite et trop fortement le dispositif. De ce point de vue, cette deuxième rencontre m’a beaucoup plus intéressé car elle a laissé davantage de temps à la confrontation des expériences. J’ai ainsi pu échanger avec M. Huchette et C. Jourdan qui travaillent dans le cadre d’un LéA à Gagny, sur l’amélioration des apprentissages issus des expériences de stage en BTS. Nous avons évoqué la possibilité de mettre en réseau les différents LéA qui travaillent sur des problématiques de formation professionnelle initiale. Je suis donc preneur de larges temps d’échanges de ce type lors des prochaines journées.Enfin, l’atelier sur la charte des correspondants LéA m’a aussi beaucoup intéressé dans la mesure où il a permis de se pencher sur des aspects très concrets du fonctionnement des LéA et du rôle des uns et des autres ce qui est une préoccupation importante pour notre projet actuellement.
 Monique Loquet
Monique Loquet
CREAD
(Université Rennes2)
Correspondant IFÉ du LéA « Musée de la Danse »
Maître de conférences-HDR en didactique des activités physiques sportives et artistiques, au CREAD – Université Rennes 2, je représente le LéA nouvellement intégré, appelé « Musée de la danse » (Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne) dans ses activités de création, de diffusion et d’éducation artistique.Les travaux du 17 octobre confirment bien, à mes yeux, la vocation des LéA à renouveler les formes de recherche en éducation, en favorisant les interactions entre professeurs, éducateurs, formateurs et chercheurs, autour des problèmes rencontrés dans la profession.Les échanges de la journée font clairement apparaître une double nécessité de la recherche : l’utilité sociale concernant les relations complexes apprendre / faire apprendre, et la perspective coopérative pour concevoir, mettre en œuvre et évaluer des formes éducatives démocratiques innovantes.Le projet « Musée de la danse » centré sur une vision de l’éducation artistique opposant initiés et profanes, trouve au sein du réseau un lieu de réflexions, d’appui, et de partage de ressources.La journée a ainsi permis de nouer des liens étroits avec le LéA « Enfance Art et Langages » de Lyon, et avec le groupe de travail Art et Éducation de l’IFÉ.Quelques idées à prolonger :

  • penser des stratégies afin de démystifier « la » recherche auprès des professionnels, et montrer que « des » recherches impliquant des praticiens visent la transformation des pratiques quotidiennes ;
  • caractériser dans le cadre des LéA, différents types et niveaux d’articulation possible entre praticiens et chercheurs (innovation locale, recherche-action, ingénierie collaborative…)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *