Séminaire de rentrée 2014 : témoignage

LEA-Logo-SR2014Bilan personnel de mon séjour à l’IFé du 3 au 5 novembre,

par Audrey Bouvier-Brignon,

correspondante LéA Métiss’Art, collège E.Nonnon de Cayenne, Guyane française

 

Venant de Cayenne, au regard du coût et de la durée du vol Cayenne-Paris-Lyon, il avait été convenu avec N.Favelier, et ma chef d’établissement M.H. Jacobs que mon déplacement inclurait le séminaire mais également la veille et l’avant-veille des réunions avec les personnes susceptibles de suivre ou aider le projet.

Aussi, sur les conseils de N.Favelier, j’ai rencontré S.Lavorel qui s’est rendue pleinement disponible pour me transmettre son expérience et des contacts utiles sur la médiation scientifique, puisque notre projet tourné sur les pratiques artistiques l’an dernier s’est transformé en un projet visant la production d’un jardin créole, avec une éducation à l’environnement, des expériences sur l’eau, les déchets, l’air, des randonnées en forêts amazoniennes pour reconnaître les espèces composant la flore locale.

J’ai également rencontré J.C. Chabanne qui assure le suivi scientifique à l’IFé du LéA et répond toujours à nos interrogations. Nous avons d’ailleurs longuement échangé sur l’évaluation du projet.

Enfin, le séminaire de rentrée qui m’a permis de communiquer autour des autres expérimentations nationales avec les contacts pris lors du séminaire de rentrée 2013 et du colloque Enfance, Art et Langage. Ces relations humaines sont à la fois riches et rassurantes pour mon expérience de coordonnatrice d’expérimentation. Enseignants et chercheurs dans le LéA Métiss’Art de Cayenne nous sentant parfois loin (à juste titre au vue de la distance) des problématiques métropolitaines… Mais finalement,  je constate que nous rencontrons les mêmes contraintes (la course aux euros pour financer, le caractère majeur du lien avec la Cardie, la communication à l’intérieur des équipes). Mon ressenti sur ce séminaire est plus positif que l’an dernier mais mon expérience en est peut-être une des raisons. L’ambiance, les échanges étaient très plaisants. Les présentations du matin avec les échanges l’après-midi me semble une bonne chose. Il faudrait peut-être réduire les ateliers afin que chacun se rencontre, et échange dans un collectif plus conséquent. Les ateliers pourraient être présentés sous forme de problématique, plutôt qu’un thème très large, tel que « une expérimentation scolaire peut-elle fonctionner sans l’adhésion de tous les partenaires (élèves, chefs, équipe pédagogique, chercheurs, parents) ? », « quelles ressources financières possibles pour faire vivre une expérimentation ? »…..


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *