Séminaire de rentrée 2014 – La collaboration entre chercheurs et praticiens (Atelier)

LEA-Logo-SR2014

Plusieurs questions ont été posées par les participants de cet atelier animé par Karine BERNAD-DROUSSET et Serge QUILIO, concernant la collaboration entre chercheurs et praticiens

 

 

 

Questions à Frédéric Torterat, correspondant du LéA Nucera ayant présenté son expérience le matin :

  • Quelle participation des productions écrites au développement du travail collaboratif ?
  • Quelles fonctions sont attribuées à chacun des documents écrits ?

Questions à l’ensemble des participants de l’atelier :

  • Retrouvez-vous dans le LéA auquel vous appartenez des similitudes avec celui présenté ce matin ?
  • Avez-vous été confronté à un problème relatif à la coopération entre enseignants et chercheurs ?
  • Comment amener les enseignants à adopter une posture réflexive ?
  • Les origines du questionnement du LéA permettent-elles de mieux comprendre les conditions nécessaires au développement de la relation praticien-chercheur ?
  • Quelles sont les modalités pour construire un espace où les préoccupations peuvent être partagées ?
  • Qui doit évaluer le projet ?
  • Qu’est-ce que cela change de travailler dans un LéA ?

 

Echanges ; éléments de réponse…

–  Dans le LéA Éclair Nucéra, comment les productions écrites, exposées ce matin, participent-elles au développement du travail collaboratif ? Quelles sont les fonctions attribuées à chacun de ces documents écrits ?

Frédéric TORTERAT explique que LéA Nucera  travaille à partir de trois types de documents écrits :

  1. Les listings d’élèves : les professeurs les transmettent à l’équipe des encadrants, après les avoir éventuellement modifiés pour des raisons de respect de confidentialité des personnes impliquées.
  2. Le carnet de bord dans lequel les chercheurs rapportent leurs observations.
  3. Le bulletin de liaison dont la publication est à l’initiative des associations, et les sujets abordés concernent le quartier. Il est mutualisé par trois bibliothécaires qui organisent un stage destiné aux enseignants.

– Retrouvez-vous dans le LéA auquel vous appartenez des similitudes avec celui présenté ce matin ? Avez-vous été confronté à un problème relatif à la coopération enseignants et chercheurs ?

Une difficulté est exprimée par un participant. Elle concerne un LéA dont le projet n’a pas été construit avec les didacticiens. Cette horizontalité dans la relation enseignants–chercheurs (reprise d’un intervenant) n’existe pas. Par exemple, les enseignants refusent que les chercheurs rentrent dans leurs classes.

– Comment amener les enseignants à adopter une posture réflexive ?

Jean-Paul FILIO souligne l’importance des temps de présence : la question de l’horizontalité doit se traiter en présentiel. Dans le LéA Arts et Cultures, les cinq enseignantes se filment. Puis, est organisée une séance collective durant laquelle sont visionnées les films.

Serge QUILIO met en avant les outils  disponibles pour enclencher un travail collaboratif.

– Les origines du questionnement du LéA permettent-elles de mieux comprendre les conditions nécessaires au développement de la relation praticien-chercheur ?

Soit la problématique est clairement définie au départ. Cela semble être souvent le cas des LéA qui poursuivent le travail d’un groupe préexistant. Soit la problématique n’est pas complètement définie. Un travail de problématisation est alors à réaliser collectivement.

– Quelles sont les modalités pour construire un espace où les préoccupations peuvent être partagées ?

Un exemple : Un procédé itératif est mis en place. On organise des entretiens d’auto confrontation à partir d’extraits de films. Les enseignants et les chercheurs commentent. Il est important de rechercher des points de contact plutôt que des points de divergence.

Certains ont proposé le terme co-élaboration pour décrire le travail qu’enseignants et chercheurs ont à réaliser au sein d’un LéA.

– Qui doit évaluer le projet ?

Il a été exprimé l’opinion selon laquelle « il y a toujours une position surplombante et c’est normal ».

– D’autres éléments ont nourri les débats :

  • Le travail de l’enseignant et celui du chercheur suivent des temporalités différentes.
  • Un collectif ne peut pas être composé d’un seul enseignant et d’un seul chercheur.
  • S’il n’y a pas une proximité géographique entre enseignant et chercheur, cela ajoute une difficulté.
  • Il y a toujours des imprévus partagés.
  • Quand on construit quelque chose, on a besoin d’un éclairage théorique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *