Les recherches partenariales ont été affectées dans leurs métiers par la crise sanitaire et éducative. Quelles en ont été les conséquences sur les travaux de recherche ?

Article rédigé par Aurore Promonet & Michèle Prieur

 

À l’occasion de la journée d’étude internationale des LéA des 16 et 17 novembre, des acteurs des LéA, des Léa libanais et du Consortium régional de recherche en éducation du Québec ont questionné l’impact de la crise sanitaire sur les recherches partenariales.

Un premier atelier a permis de soulever la question  des conséquences de cette crise sanitaire sur leurs travaux.

Un deuxième atelier proposé à toutes les équipes des LéA présentes au séminaire de rentrée des LéA a permis de documenter assez largement la question des sources d’accompagnement qui ont pu maintenir des activités de recherche durant la période de crise. Ces deux premiers ateliers ont également été proposés à distance à des collègues des réseaux libanais et québécois.

Au cours d’un troisième et dernier atelier conduit en hybride avec les participants des trois pays, les points d’appui ayant permis de conduire des travaux collaboratifs en contexte de pandémie ont été dégagés.

 

Quoi de neuf ?

Les situations inattendues générées par la crise sanitaire ont suscité divers ajustements. Une première expression résume cette expérience inouïe telle qu’elle a été restituée dans nos divers ateliers : quoi de neuf ?

La pandémie a d’abord eu un effet de sidération. Elle a ouvert une période d’incertitude pour nos recherches collaboratives. Si les outils numériques mobilisés dans ce contexte de crise n’étaient pas nouveaux (chat, visioconférences, partage de documents collaboratifs…), leur utilisation s’est accrue, modifiée et mise au service de la continuité de nos travaux. 

Le temps

La distanciation sanitaire a modifié les espace-temps de nos activités communes. Le temps a-t-il été perçu comme suspendu, modifié, distendu ? Nous en avons ajusté l’organisation à ce contexte nouveau : planification, échéances, fréquence et régularité des réunions vers une ritualisation de pratiques faisant lien.

Un socle pour la collaboration

Les acteurs et actrices de nos collectifs ont pris appui sur leurs infrastructures de référence, qu’elles soient internes ou externes au groupe constitué par chaque recherche. Nos échanges ont porté sur des rôles dont l’émergence a contribué à soutenir nos collectifs. Certaines personnes jouent un rôle moteur, en soutenant, par exemple des participants dont elles observent une mise en retrait, à certaines étapes des travaux du groupe : épisode de formation où il s’agit d’occuper une fonction de formateur/formatrice vis-à-vis des nouvelles modalités de travail. Pour éviter que la prise de distance momentanée de ces personnes ne se mue en décrochage et ne disloque le groupe, ces dernières ont pu être invitées à endosser un rôle d’observateur/observatrice. Passif mais impliqué, ce rôle de participant.e.s périphériques a pu introduire une dimension d’analyse des activités du groupe et se révéler un intéressant facteur de cohésion.  Un tel ajustement des rôles de chacun offre un solide socle à nos collectifs. Pour le nommer, a été proposée l’expression « leadership collaboratif ». Le terme « leadership » ne fait pas l’unanimité. Il a fait l’objet de vives discussions.

De nouvelles formes de collaboration ont donc émergé. Elles ont soutenu du développement professionnel

Le consensus mis au jour par cette mise en commun nous encourage à envisager des renforcements de nos partenariats internationaux par des partages de nos pratiques, de nos ressources et de nos littératures de référence. Ce consensus se concrétise dans le fait que d’un pays à l’autre, d’un métier à l’autre ce sont des continuités qui se sont observées davantage que des ruptures. Les liens tissés dans nos équipes pluricatégorielles se sont consolidés face à l’épreuve. De tels constats invitent à poursuivre notre définition des spécificités de nos recherches.

Trace d’Aurore Promonet de l’atelier 3 de synthèse

Retrouvez les autres articles des travaux du séminaire international de novembre 2021 :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search