La CARDIE de Créteil : un groupe de travail des LéA pour faire réseau

En 2021, cinq LéA sont en cours dans l’académie de Créteil. Il s’agit de Lieux d’éducation Associés à la recherche, en lien avec l’Institut Français de l’éducation. Ils regroupent des équipes d’enseignantes et d’enseignants ainsi que des chercheuses et chercheurs autour d’objets d’études variés comme le travail en groupe et l’évaluation du langage en classe, l’enseignement des mathématiques, l’engagement des enseignants dans une innovation systémique à l’échelle d’un établissement, …

Ensemble, ils cheminent sur la voie d’une recherche collaborative et partagent leurs travaux à toute la communauté éducative. Ici l’enseignant est un praticien-chercheur légitime et reconnu qui travaille avec des chercheurs sur le terrain.

Les LéA sont donc des foyers académiques où les différentes postures professionnelles évoluent au profit les unes des autres, au profit de l’enseignement et de la recherche. Ils contribuent modestement à accompagner et à alimenter l’innovation pédagogique sur les territoires.

La CARDIE de Créteil reconnaît cette légitimité et cette importance à l’échelle académique en menant depuis 3 ans un groupe de travail avec l’ensemble des LéA de l’académie. Ce groupe réunit les acteurs des LéA, enseignants et chercheurs, pour faire réseau.

>   Présentation des LéA de l’académie de Créteil

 

Faire réseau pour se soutenir mutuellement

Se lancer dans une démarche de recherche en éducation n’est parfois pas chose facile pour les enseignants. Il faut assumer la démarche, trouver ses repères et parfois changer de posture professionnelle tout en s’adaptant au travail avec des chercheurs qui ont leurs propres méthodes, notamment sur des collectes de données et des analyses. Deux catégories professionnelles se rencontrent donc autour d’un objet commun de recherche avec parfois des attentes, des méthodes et des gestes professionnels différents. La CARDIE de Créteil tient à rassembler les enseignants et les chercheurs des LéA de l’académie plusieurs fois par an pour accompagner à ce travail commun. Ces rencontres sont donc autant d’occasions d’échanger sur les difficultés rencontrées et de partager les différentes modalités de travail entre les équipes. 

Il y a par exemple une collègue qui, pendant une réunion, explique qu’elle a des difficultés à gérer toutes les tâches et échéances en tant que collaboratrice des LéA. Elle ne s’attendait pas à cette charge. Le correspondant d’un autre LéA explique qu’il a partagé ce ressenti la première année et que désormais, même si c’est son nom qui est affiché comme correspondant, ils se partagent les tâches entre trois collègues. Ou bien cette fois où un enseignant exprime ses difficultés à faire les retranscriptions d’entretien lors des collectes de données. En réponse, un chercheur d’un autre LéA lui a conseillé un outil technique de reconnaissance vocale pouvant lui faciliter la tâche.

 

Faire réseau pour partager et valoriser une démarche

Le groupe de travail de la CARDIE de Créteil, ce n’est pas qu’un lieu de rencontre. C’est aussi un lieu d’échanges à distance et un soutien pour aider à partager des ressources. Bien souvent les équipes des LéA engagées dans un programme de recherche attendent d’avoir des résultats définitifs et stabilisés de leur recherche pour les partager et les valoriser. La CARDIE de Créteil tente de valoriser, non pas seulement les résultats, mais aussi la démarche de recherche. C’est bien cette démarche, souvent par tâtonnement, qui porte les germes de l’innovation et de ce qui fonde sa capacité pérenne à toujours réinterroger les pratiques. Le partage des résultats peut alimenter la réflexion sur la pratique mais le partage de la démarche peut aussi permettre de décomplexer l’approche et de motiver davantage de collègues à se lancer et à s’engager dans ces recherches. Le groupe de travail des LéA encourage et valorise donc le partage des difficultés rencontrées, des adaptations choisies, des doutes traversés, des allers/retours réflexifs et des changements de voie.

Par exemple, une équipe de LéA sollicita un jour le groupe des LéA de la CARDIE pour partager son inquiétude. Elle changeait régulièrement de problématique au fur et à mesure de ses avancées. Le groupe de travail lui indiqua que c’était tout à fait classique dans une démarche de recherche et qu’il n’y avait pas là la signature d’un manque de rigueur mais que, bien au contraire, c’est ce tâtonnement là que la rigueur nous invite à partager.

 

Faire réseau pour faire du commun sans normaliser

Bien sûr, le groupe de travail de la CARDIE de Créteil ne s’arrête pas aux échanges formels et informels. Il construit.

Chaque équipe s’engage dans un programme de recherche collaboratif et, de ce fait, partage un certain nombre de questionnements et de difficultés communes comme le choix d’une problématique, le choix d’une méthode de collecte de données,… Sans dissoudre les singularités propres aux objectifs de chaque LéA, le groupe de travail tente de construire des réflexions globales sur ces points communs. Ainsi, les enseignants et chercheurs ont travaillé à identifier les caractéristiques de collaboration au sein des LéA, à adopter un regard réflexif sur les modalités et les finalités du travail collectif et à partager les différentes manières de faire autour des objets d’études.

 

Faire réseau sans surcharger

Se réunir, partager et construire ensemble demande du temps or s’engager dans une démarche de recherche c’est déjà en consacrer beaucoup. Cette question de la contrainte temporelle n’est donc pas à éluder mais à prendre en compte. Le groupe de travail  n’a pas vocation à pressuriser encore plus les collègues qui s’engagent, au contraire, il se donne comme objectif d’aider à limiter cette pression par la mutualisation. Nous veillons par exemple à ne faire que deux ou trois réunions de 3h dans l’année. En plus de nos travaux, nous consacrons toujours un temps de ces rencontres à préparer collectivement les séminaires organisés par l’IFé. 

 

Faire réseau pour s’ouvrir

Réunir les équipes des LéA pour se soutenir et construire ensemble, c’est aussi prendre le risque de s’enfermer dans nos réflexions et nos démarches. Le groupe de travail des LéA tente de diluer ce risque en s’ouvrant par l’interconnexion. Ainsi, ce groupe de travail alimente régulièrement les travaux d’autres groupes de travail de la CARDIE de Créteil. C’est par exemple le cas pour le groupe de travail  les pédagogies coopératives, qui utilisent les  réflexions du LéA du lycée Feyder sur le travail en groupe des élèves. La CARDIE de Créteil lance aussi un groupe de travail pour les chefs d’établissement : un lien étroit sera ainsi fait avec le groupe de travail des LéA pour mutualiser des questionnements et des façons de faire sur la question du pilotage de l’innovation, de ses obstacles et de ses leviers.

Plus largement, le groupe de travail des LéA souhaite faire connaître, soutenir et proposer des actions de formation des LéA. Il s’agit de mettre à disposition de la formation les travaux issus des recherches, les réflexions, mais aussi par la même occasion, la démarche de recherche suivie par les collègues.

Reynaud Laurent, responsable du groupe de travail des LéA pour la CARDIE de Créteil

Ressources

Page du groupe des LéA de l’académie de Créteil

Présentation des LéA de l’académie de Créteil

Diffuser des travaux de recherche d’un LéA : quels moyens pour quelles intentions ?



 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search